Chez les Rozner, le golf est une affaire de famille, de générations en générations. Un arrière-grand-père qui a ouvert le golf de Royan, une grand-mère très impliquée dans le golf de la Boulie, une mère ornée d’un très joli palmarès amateur, Olivier Rozner est naturellement tombé dans la marmite de la petite balle blanche depuis son plus jeune âge.
Olivier Rozner termine sa 4ème saison chez les professionnels et va tenter de franchir début novembre les PQ2 de l’European Tour avec le même succès que les PQ1 (T10 de l’épreuve en Allemagne). Interview.

Bonjour Olivier, on va démarrer cette interview par un petit flashback qui symbolise cette passion du golf dans la famille. Retour en 2011. Ta maman fait partie de l’équipe de France Senior et remporte le championnat d’Europe. De ton côté, tu te qualifies à l’Open de France alors que tu es seulement amateur. Raconte-nous cette expérience ?

L’Open de France, c’était incroyable. Jouer un tournoi sur l’European Tour quand tu es amateur, c’est déjà fabuleux mais, en plus, quand c’est l’Open de ton pays, c’est encore plus fantastique. C’est sûr que je n’ai pas très bien joué mais j’ai appris beaucoup sur le jeu, l’attitude et la marge de progression nécessaire.
Tu te rends compte que la différence avec les professionnels se fait sur quelques petits détails à affiner et essentiellement sur la stratégie de jeu où ils sont très forts.

Tu deviens professionnel en 2013, comment se passent les débuts ?

Cette première saison, j’évolue sur le Challenge Tour. Cela a été une année un peu difficile. Je jouais correctement en début de saison mais je trouvais qu’il me manquait quelque chose donc j’avais pris la décision de changer de coach et de reprendre beaucoup de choses à zéro. Mais cela ne s’est pas passé comme je le souhaitais donc je suis revenu auprès de mon coach formateur, Guillaume Biaugeaud.
J’ai joué sur le Pro Golf Tour ensuite avec deux saisons correctes (15ème de l’Ordre du Mérite en 2014 et en 2015).

Cette année, tu ne pourras pas faire partie du Top5 qualificatif pour le Challenge Tour mais tu viens de franchir le 1er Tour des Q-School, c’est ton objectif prioritaire de cette fin de saison ?

Effectivement. Avant, il me reste le dernier tournoi de la saison régulière du Pro Golf Tour. Cela va me permettre de garder le rythme de jeu et de continuer sur mon bon été. En plus, je n’ai pas gagné cette saison et je voudrais bien finir en beauté (Olivier terminera 3ème à 1 coup du vainqueur -ndlr-).
Avec les qualifications des cartes européennes, j’espère donc quitter le Pro Golf Tour et accéder au moins au Challenge Tour, c’est le minimum que je me fixe car j’estime être au niveau. Après, ce sont les cartes donc tout peut arriver.

Entre-temps, tu as aussi changé de coach…
Olivier Rozner - Adamstal Open 2015 -Pro Golf Tour
Olivier Rozner – Adamstal Open 2015 (© GolfOuest)
Oui, maintenant je m’entraîne avec Franck Lorenzo-Vera depuis 1 an et demi. J’ai commencé avec lui en mai 2015, on s’est vu 2 fois et le premier tournoi que j’ai joué ensuite, je l’ai gagné (Adamstal Open en juin 2015) ! 🙂 Logiquement, je lui ai dit: “Banco, on attaque !” Il m’a prévenu qu’on aurait 1 an de travail devant nous et ça s’est concrétisé effectivement cet été avec des bons résultats (2 Top5 et 1 Top20 lors des 3 derniers tournois).

Quelle est donc la recette de Franck alors ?

Il m’a donné un cadre et m’a permis de bien m’entourer avec un préparateur physique et, depuis 3 mois, un préparateur mental. Sur le plan technique, il a appris à me connaître et me proposer un système qui me convient où je suis autonome.

Comment cela se passe au quotidien sur un circuit satellite comme le pro Golf Tour ?

On essaie de s’entraider entre joueurs français car ce sont des circuits qui proposent peu d’argent. L’ambiance est bonne entre nous les français, on ne se met pas de bâtons dans les roues. Même des joueurs qui évoluent à plus haut niveau ne nous oublient pas, je pense par exemple à Alexander Levy et ça fait plaisir.

Puisque justement tu as joué sur ces circuits de 2ème (Challenge Tour) et 3ème division européenne (Pro Golf Tour et Alps Tour), quelles sont les différences ?

Je pense que cela se situe surtout au nombre de vainqueurs potentiels. Là où sur les circuits satellites, il n’y en a qu’une poignée, sur le Challenge Tour, ils sont 70. Après le Challenge Tour, c’est l’anti-chambre de l’élite donc il y a plus de compétiteurs et les cuts, par exemple, vont se décider plus bas que sur le Pro Golf Tour ou l’Alps Tour.

Ton avis sur le golf français ? Si tu devais le noter entre 1 et 10 ?

C’est vrai que maintenant que Victor (Dubuisson) n’est plus aussi bien placé dans la hiérarchie mondiale et que Alex (Levy) a perdu quelques places, je le placerai sans doute un peu moins haut sur l’échelle. Mais, globalement, le niveau moyen français est très très fort par rapport aux années passées. On le voit quand même avec les nombreux tricolores sur l’European Tour. Alors, pour donner un note, je dirais 7 sur 10.

La Ryder Cup 2018 a lieu en France, tu en penses quoi ?

Honnêtement, sur le plan sportif, je ne me sens pas du tout concerné par cet évènement parce que, d’ici 2 ans, à moins d’un déclic énorme, je n’ai aucune chance d’être dans l’équipe. Sinon, d’un point de vue personnel, cela va être un évènement fantastique avec les meilleurs joueurs du monde et sûrement une ambiance de dingues !

Avant de conclure, que trouve-t-on dans le sac d’Olivier Rozner ?

Sandwedges SM6 (46°, 52° et 58°) de chez Titleist comme du F9 au F3 (716-CB) et le F2 (716-TMB). Les bois de parcours de chez TaylorMade (M1) et un putter Odyssey de chez Callaway.

Envie de passer un message ?

Je remercie toutes les personnes qui me soutiennent ainsi que bien évidemment mes sponsors qui sont Pharmacie Référence Group et Lucien Bennatan, Jean-François Jeanne, Golf Plus, Titleist et Puma.

© GolfOuest (Photo en Une)

Interview In/Out de Olivier Rozner

Questionnaire In/Out de La Petite Balle Blanche : un aller en 9 questions “in-side” golf et un retour en 9 questions “out-side” golf.

 

  1. Ton club préféré ?
    Le putter
  2. Le coup que tu aimes le moins jouer ?
    Le lob shot
  3. Le tournoi que tu aimerais gagner ?
    Le British Open
  4. Le golf aux JO, une bonne chose ou peu d’intérêt ?
    Bonne chose… mais pas dans la bonne formule de jeu !
  5. Le meilleur conseil golfique que tu donnerais à un jeune en devenir ?
    S’améliorer dans son système
  6. Les 3 joueurs pour ta partie de rêve ?
    Tiger Woods, Bubba Watson et Jack Nicklaus
  7. Si tu pouvais changer une règle au golf, laquelle ?
    Pouvoir se dropper lorsque sa balle est dans un divot sur le fairway
  8. Joueur (se) préféré(e) et la question que tu aimerais lui poser ?
    Dustin Johnson et je lui demanderai comment il fait pour être aussi fort physiquement
  9. Ton pronostic pour la Ryder Cup 2016 ? (itw réalisée avant l’épreuve)
    Les américains qui mettront une volée aux européens

    USA-Ryder Cup 2016
    (AP Photo/David J. Phillip)
  10. Si tu n’avais pas été pro, tu aurais aimé être ?
    Dans l’Armée de Terre
  11. Au restaurant, le plus souvent tu commandes ? ?
    Tomates mozzarella
  12. Ton film ou ta série préféré ?
    24 heures chrono
  13. Que trouve-t-on comme musique sur ton iPod ou équivalent ?
    C’est assez varié, de la vérité française, du rap, de la techno, …
  14. Tu roules en … ?
    C4
  15. Quand tu ne joues pas au golf, ton occupation ?
    Faire du sport, du squash notamment. j’adore les jeux de balle.
  16. Les réseaux sociaux, tu en penses quoi ?
    Une très bonne chose pour communiquer et j’aime beaucoup savoir la vie des gens donc j’adore ça
  17. Ton prochain voyage ?
    L’Île de La Réunion cet hiver
  18. La question dont tu aimerais connaître la réponse ?
    Sur quel circuit vais-je évoluer ces prochaines années ? 🙂

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.