Ce week-end avait lieu la fête annuelle du golf français et ce matin, Mike Lorenzo-Vera (Bravo Mike!!) nous a évité d’avoir la gueule de bois. Pourtant avec sa superbe 3ème place lors de ce premier HNA Open de France du nom, il aurait été logique que nous ayons mal au crâne après les quelques verres pour célébrer sa qualification au prochain The Open -20 au 23 juillet 2017-.

Mais non, MLV nous a redonné le sourire et apaisé notre agacement autour de la polémique allumée par les plumes du quotidien sportif L’Equipe. La question n’est pas, ici, de savoir si les journalistes concernés ont raison sur le fond et tort sur la forme, ou l’inverse, ou même totalement tort ou raison. Elle n’est pas non plus à savoir si les joueurs savent, ou ne savent pas, accepter la critique.

Le golf devient un sport, après tout

Mais après réflexion, ce genre d’articles me fait finalement penser que le golf a peut-être passé un cap dans sa popularité. On n’en est plus désormais à des articles qui ne cessent d’ouvrir et de fermer des parenthèses pour expliquer au commun des lecteurs ce qu’est un cut, un birdie, un bogey ou un caddie. Non, le golf est devenu suffisamment populaire pour, qu’à l’instar des autres sports, on ait aussi le droit d’avoir des articles « coup de gueule » empreints de parti pris ou de frustration.

Entendez-moi bien, je ne suis pas d’accord avec tout ce qui a été écrit, d’autant plus si certains faits sont inexacts. Cela reste un fondement du journalisme que de valider ses informations. Toutefois, de manière générale, je ne suis pas non plus toujours en phase avec l’angle adopté par un journaliste, quel que soit le sujet de sa prose, parce que cela peut faire éclater mes propres convictions.

J’ai aussi lu sur les réseaux sociaux que le journaliste en question n’est « que » 13 de handicap donc de quel droit peut-il écrire sur le golf! Autant dire tout de suite que je vais fermer le blog LPBB dans la foulée de cet article… ^^ Il faut être quel index pour avoir ce droit?
Je ne vois pas beaucoup d’anciens professionnels de football, tennis, cyclisme et autres disciplines dans les signatures des articles sportifs que l’on peut lire quotidiennement dans la presse ou sur le web.

Même de la mauvaise publicité, c’est de la publicité

Donc non, le problème n’est pas à la légitimité du journaliste, car c’est son métier -il ne sait pas faire le vôtre, ni vous le sien d’ailleurs-. Bien sûr, personne n’aime le style lorsqu’il devient trop méprisant. Mais on sait aussi que le ton et les mots peuvent être à l’opposé lorsqu’ils relatent une victoire, ou une performance. Prenons, les articles de Dubuisson après son match-play face à Jason Day en 2014, alors qu’il n’a pas gagné.

Chaque jour, depuis 5 ans que j’ai créé ce blog et que je passe sur les réseaux sociaux, Twitter en tête, j’ai lu des centaines d’articles, des milliers de tweets et autres déclarations sur les golfeurs, français ou autres, et sur cette petite balle blanche qui est notre passion. Mais voilà, le mot est dit, et sa définition sans équivoque: « Mouvement affectif très vif qui s’empare de quelqu’un en lui faisant prendre parti violemment pour ou contre quelque chose, quelqu’un. » Il y a, et il y aura toujours, des « supporters de » et des « détracteurs de », des pro- et des anti-. Toutefois, il y a une règle fondamentale dans le golf qui s’appelle l’étiquette, l’essence même de ce sport. Ni le mépris, ni l’agressivité, ni les insultes n’en font pas partie.

Nous sommes toutes et tous des passionnés. Nous aimons le golf. Alors ne le mettons pas exagérément sous le feu des critiques et des déchirements en faisant écho à ce qui ne sert pas notre sport. Ne laissons pas non plus un sport de gentlemen offrir des batailles de cour de récréation. Discutons, débattons et ayons des avis bien sûr mais mettons surtout notre enthousiasme à faire grandir le golf en France et notre énergie à contribuer à son développement. Relayons et transmettons ce qui favorise la sensibilisation au golf, la beauté du jeu et les valeurs qui lui sont attachées.

En vous souhaitant un bel été à toutes et tous. Vive le golf!

2 commentaires

  1. Belle article Lionel!
    Il y aura toujours des #haters quand tu donne un avis qui tranche un peu ou va contre le mouvement général.
    La défense de ses opinions et le style d’écriture de LPBB reste le tiens et si le gens ne sont pas en phase avec, il suffit de fermer la page.

    Quant à moi, je continue à te lire et a travailler mon GOLF car au fond on a tous le même OBJECTIF … se faire plaisir!
    Golfiquement.

    • Merci Jérémy! Très sympa. L’article ne concernait pas directement LPBB mais plutôt le journal l’Equipe mais je ne me fais pas d’illusions sur le fait que nous ayons aussi des « haters ». Toutefois, comme tu dis, nous resterons fidèles à notre style. Bonne progression!! 🙂

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here