Le golf pour tous a un prix !

Alors que la France, à travers les objectifs de la Fédération Française de Golf, vise à atteindre le cap des 700.000 golfeurs licenciés dans les 4 prochaines années, les États-Unis, eux, ont perdu 5 millions de joueurs sur la dernière décennie selon la National Golf Foundation. En cause, un sport qui prend trop de temps et des règles trop compliquées selon les moins de 35 ans, population américaine la plus touchée dans cette désertion des parcours. Les expériences se multiplient pour tenter d’inverser la tendance et rendre le golf plus attractif et plus fun pour tous.

Il étaient 30 millions en 2005 et ils sont désormais autour de 25 millions de golfeurs aux USA et cette dégringolade commence à inquiéter sérieusement les organisations officielles au point même de déclarer que le golf est en danger. Nouveaux équipements, nouvelles règles et des changements profonds sont alors entrepris. L’objectif n’est évidemment pas de dénaturer le golf mais bien de proposer des moyens pour recruter des nouveaux adeptes et séduire les plus jeunes.

Nous devons cesser de faire peur aux gens en leur disant qu’il n’y a qu’une seule façon de jouer au golf en respectant des règles spécifiquesTed Bishop, président de la PGA américaine

Certains clubs mettent ainsi en place des parcours réservés aux débutants avec des trous d’un diamètre de 15 pouces (environ 38 cm) au lieu des 4,25 pouces (10,8 cm) habituels avec comme effets immédiats un gain de temps d’1 heure sur 18 trous joués et de 10 coups de moins sur sa carte de score standard. De telles modifications ont même incité les clubs à proposer un aller façon golf avec clubs et balle et un retour joué avec un ballon façon footgolf.
Pendant le dernier salon du golf, lors d’une conférence de la journée des professionnels, Thomas Levet racontait que le club près de chez lui (Floride, USA) avait décidé de « supprimer » le hors limite en considérant toute zone hors parcours (jardins des maisons environnantes par exemple) comme un obstacle d’eau. Conséquence : on ne joue plus de balle provisoire et on droppe sa balle selon les règles habituelles. Encore une initiative qui favorise un jeu plus rapide.

C’est également du côté des innovations que l’on peut trouver des nouveaux moyens de rendre le golf plus accessible aux débutants. Les fabricants de matériel s’en donnent à coeur-joie pour nous allécher avec des drivers et des fers qui envoient la balle de plus en plus loin. Les publicités nous montrent ces magnifiques joueurs professionnels qui propulsent leur balle à des distances qu’on est parfois heureux, nous amateurs, de faire en 2 coups. Alors on s’empresse de commander ce dernier bijou qui nous permet d’envoyer effectivement la balle plus loin… dans les sous-bois car finalement ce satané slice n’est toujours pas corrigé avec ce nouveau club ! :-) Mais l’innovation peut avoir des effets bénéfiques comme l’invention d’une balle « anti-slice » : la polara qui annonce 75% de réduction en moyenne de cet effet indésirable. Si elle n’est évidemment pas homologuée en compétition, elle aurait au moins le mérite d’offrir la satisfaction au jeune joueur de rester plus souvent sur le fairway et de ne pas se décourager trop vite.

 Des services pour les golfeurs… et les non golfeurs.

Les propriétaires de parcours doivent aussi certainement repenser leurs offres, pas uniquement au niveau du prix, mais aussi dans leur contenu. Pour se développer, un club compte majoritairement, pour ne pas écrire seulement, sur ses abonnements, ses greens-fees, ses quelques ventes de nourriture, de boissons et son pro-shop plus ou moins fourni.

Attirer plus de personnes passera nécessairement par un « dépassement de fonctions ». Le club-house doit devenir un lieu de convivialité pour tout golfeur, confirmé ou débutant, et pour tout accompagnant ! Parce que la nouvelle génération peut y trouver son compte à se retrouver dans le club voisin qui propose en son sein une console de jeux vidéos (sur le golf tant qu’à faire), parce qu’une famille sera séduite par se rendre sur le golf qui décline un concept de « 4 trous, 4 balles en famille » du dimanche en fin d’après-midi, parce qu’un couple sera ravi de l’offre 9 trous + dîner du samedi ou bien encore parce que les collègues de bureau auront plaisir à se retrouver régulièrement grâce à la formule « 6 trous après 6h du soir ».

Bien sûr, ce qui fait le golf, ce sont aussi ses institutions et son esprit conventionnel. Ils sont nombreux à craindre que l’ouverture vers le plus grand nombre soit la mort de l’étiquette, donner l’accès à tous ces ignorants (au sens premier et non péjoratif) qui en oublieront de relever les pitches, ratisser les bunkers et autres règles respectueuses du parcours. Ce qui n’arrive jamais avec les golfeurs actuels, bien sûr ! ;-) Simplement une question de sensibilisation et d’éducation qui ne devrait pas vraiment poser de problème quand on voit la vitesse avec laquelle les nouvelles générations ont déjà intégré le tri sélectif par exemple.

Le golf pour tous a un prix. Celui d’accepter que, d’un côté, c’est un sport pratiqué par quelques centaines de joueurs qui en font leur métier et, de l’autre côté, cela doit être un jeu synonyme de convivialité, de partages et de plaisirs pour des millions de personnes à travers le monde.

Vous pourriez lire aussi :

Author: Lionel Boscher

Consultant Indépendant en Marketing et Communication à titre professionnel, je suis passionné de sports en général et de golf en particulier. J'ai créé et j'anime ce blog pour partager et promouvoir ce superbe sport. La petite balle blanche pour tous ! Site pro : http://nytta-consulting.com

Share This Post On

5 Comments

  1. Egoistement je préfère ne pas denaturer le golf quitte à être moins nombreux. De toute façon le prix sera toujours un frein

    Post a Reply
    • L’objectif n’est pas de dénaturer le golf mais d’offrir des variantes et d’étoffer les offres pour séduire de nouveaux adeptes, les fidéliser pour ensuite leur permettre de pratiquer le golf avec plaisir. Quand on a un niveau de jeu suffisant et qu’on a mordu à l’hameçon, jouer au golf avec ses règles actuelles n’est plus un problème… Sauf peut-être le prix ! ;-)

      Post a Reply
      • Superbe article que je compte tout de même commenter ! J’aime le concept du « 6 trous après 6h » ou du « 9h trous et dîner derrière » mais qu’est ce qui empêche de faire ça à l’heure actuelle? Et puis non, moi l’idée d’un 9 trous golf et d’un 9 trous footgolf c’est juste impensable !
        Ensuite, le fait d’élargir le trou pour les débutants… soit, ça se conçoit. Mais qu’en sera-t-il quand ces débutants seront vraiment mordus de golf, qu’ils commenceront les vrais parcours et que, bizarrement, leur progression ne sera que plus difficile? Ne vont-ils pas lâcher, eux-aussi, comme 5 millions d’américains, trop impatients d’arriver au niveau de leur rêve et se rendant compte que ce qu’ils voient à la télé reste le plus souvent à la télé?
        Le golf est un sport difficile qui demande patience et persévérance. Pour moi, ce n’est pas rendre service à ce sport que de faciliter la tâche dès le début. Soit on s’accroche et à ce moment là le golf devient une drogue, soit il devient à la portée de tous et oui, il sera alors dénaturé. Parce qu’au delà d’un sport, le golf est autre chose, une chose qui requiert des qualités humaines. Et si l’enfant capricieux et impatient fait une colère parce que sa balle va hors limites, alors il n’est pas fait pour ça.
        Critique un peu sévère je l’avoue mais c’est le fond de ma pensée. On a appris comme ça, pourquoi les autres ne le pourraient-ils pas?

        Post a Reply
        • Merci Margaux… passionnée ! :-) Cet article recense plusieurs idées ou actions déjà testées, tout n’est sans doute pas bon à prendre, je ne fais que poser un débat pour susciter les réactions. Nombreux sont les sports qui engendrent des dérivés ou des étapes. Un enfant apprend à courir sur 60m avant de passer sur 100m. Créer des étapes de progression n’est pas dénaturer un sport. Pour grandir, un sport ne peut être réservé à une élite, qu’elle soit celle des plus riches, des plus jeunes, des plus forts ou des plus courageux. Les puristes ne peuvent accepter les modifications apportées au jeu en lui-même et je le comprends. Je suis passionné comme toi et je reste convaincu que l’on peut faire mieux et plus pour rendre le golf plus accessible. Et si cet article a permis de commencer ou poursuivre les réflexions, c’était l’objectif ! :-)

          Post a Reply
  2. Bonjour Lional, ton article est intéressant, mais je ne pense pas que le fait de changer les règles soit bénéfique pour les nouveaux golfeurs, le golf à de beaux jours devant lui, et ce sans devoir changer les règles, ou créer de nouveaux concepts, concernant l’élargissement des trous, il y a des limites au changements.. Ces américains de savent plus quoi faire alors.

    Au niveau national, ce qui bloque ce sont les mentalités. « Je fais du golf ! » « Ah, mais c’est pas un sport ça » ou bien « ça doit te coûter cher ». Voilà mon avis et mes idées que je partage avec plaisir:

    1. La Fédérantion travaille pour rendre le golf plus attractif mais je pense que revoir son plan de communication et ses actions serait une bonne chose. Je pense que l’opération tous au golf pourrait être conduite deux fois par an, avec la Ryder Cup en 2018, il y a de belles perspectives à saisir.

    2. En effet ce n’est pas donné. Je pense que les golfs doivent travailler d’avantage ensemble, en synergie, pour être le plus attractif. A l’inverse de se tirer dans les pattes dans certains cas.

    Exemple, mettre en place des tarifs préférentiels:

    - repas+green fee+seau de balle pour un prix de XX€. Ce genre de formule marche très bien dans d’autres pays. Le club house doit être un endroit ou les golfeurs doivent se sentir bien, le XIXème trou…

    3. Au niveau marketing, je pense que les fabricants doivent démocratiser leurs offres, élargir leurs offres packaging pour attirer les nouveaux, et ce en pratiquant un prix intéressant, et plus bas.

    Pour les grandes enseignes sportives, Décathlon le fait très bien, en pratiquant des prix bas, avec sa gamme Inesis. Mais qu’en est-il de Go sport ? Inter Sport ? Chaque magasin devrait avoir un rayon golf présent.

    4. Enfin, les structures types « practice dans la ville » sont de beaux concepts à mettre en place.

    Prenons l’exemple des pays asiatiques où les practices voient les jour (Thongchai Jaidee et son practice) à tous les coins de rues, et ce n’est pas la place qui manque en France. Le salarié viens taper ses balles entre 12 et 2 par exemple.

    Voila amis golfeurs et non golfeurs, bonne journée et bon golf !

    Post a Reply

Envie de réagir ?