dimanche 5 avril 2020

Présentation Interactive : Nouvel Index World Handicap System

La mise en place du nouvel Index 2020 suscite de nombreuses interrogations sur son application pour chacun, nous vous proposons d'y répondre dans un webinaire organisé par la Team LPBB.

Rolex Series: l’heure de gloire… Vraiment?!

L'élite va gagner plus, le golf c'est moins sûr.

Keith Pelley- European Tour -Rolex Series
Keith Pelley

En 2015, quelques mois après sa nomination en tant que patron du Tour Européen, Keith Pelley avait annoncé son souhait de proposer une alternative viable au PGA Tour. En clair, il n’était plus question que le circuit dont il avait désormais la charge soit vu comme une “2ème division” par les joueurs. Enfin, essentiellement ceux du haut du top mondial.

Outre-Atlantique, les dotations des tournois de la saison régulière (exception faite des Majeurs et des WGC) oscillent entre 3 M$ et 9M$ si on retire de la liste The Players qui offrira 10,5M$ en 2017. Pour la saison 2017 qui vient de commencer sur le PGA Tour, 16 tournois proposent des Money Prize supérieurs ou égaux à 7 M$.
Sur l’European Tour, lors de cette saison 2016 qui vient de se terminer, il n’y aura eu que les 3 tournois des (ex-)Finals Series, le Turkish Open, le Nedbank Challenge et le DP World Tour à plus de 7 M$.

Le nouveau jackpot des Rolex Series

Mais ça c’était avant!
Avant cette annonce, mardi dernier (le 15 novembre), d’une Ligue des Champions du golf qui proposera assurément 7 tournois très fortement dotés (≥7 M$) dès l’année prochaine. La liste devrait même en contenir sans doute 8 (on pense à l’Open de France), peut-être 9 au final en 2017 pour atteindre 10 tournois à l’horizon 2018.

À ce jour, ce sont donc le BMW PGA Championship (5,3 M$ en 2016), l’Irish Open (4,2M$), le Scottish Open (4M$) et l’Italian Open (3,1M$) qui vont bénéficier de cette injection de dollars pour mieux séduire les grosses cylindrées mondiales. Merci Rolex!

D’abord, à défaut d’un retour au source permanent des McIlroy, Rose et autres Stenson, l’objectif du patron de l’European Tour est bien d’éviter que les stars montantes européennes, tels les Fitzpatrick, Pieters et consorts, ne cèdent à l’appel des billets verts du PGA Tour.

Mais pas seulement.
Cette création des Rolex Series a pour but d’être suffisamment attractive pour faire voyager les autres stars internationales vers le continent européen plus souvent. Pari intéressant même s’il reste encore à prouver.
Cependant, le calendrier européen est aménagé en conséquence. 2017 proposera sur 3 semaines consécutives l’Irish Open puis le Scottish et enfin The Open. Un brelan anglo-saxon qui dépassera au total les 22 M$ de dotation, avec l’avantage supplémentaire que les 2 premiers tournois offriront une belle préparation pour le 3ème, en terme de type de parcours et de similarités de conditions de jeu.

À titre de comparaison, sur le circuit américain, The Open sera précédé du Greenbrier (7,1 M$) puis du John Deere Classic (5,7 M$) sur des parcours qui ne sont en rien des Links. Suffisant pour faire pencher la balance en faveur de l’Europe?

Un tour européen à 2 vitesses

À chaud, on ne peut que s’enthousiasmer à l’idée de voir les meilleurs joueurs du golf au monde plus souvent en Europe, et notamment à Paris si l’Open de France rejoignait effectivement les Rolex Series.

Mais le revers de la médaille est la difficulté sous-jacente pour tous les autres, tous ces joueurs confirmés ou en devenir, ceux qui font le métier et qui vont devoir batailler un peu plus encore pour tenter se faire une place au soleil. Ceux qui ne constituent pas l’élite d’aujourd’hui.
Car il y en aura fatalement moins pour eux, des places disponibles au départ, dès lors que les meilleurs seront présents plus fréquemment (sans parler d’éventuels champs limités). Ils seront donc beaucoup à se partager peu sur tous les autres “petits” tournois de la saison.

Avec cette nouvelle donne, Keith Pelley vient surtout d’offrir une grosse cerise au gros gâteau que se partageaient déjà ses membres VIP. Au terme de cette saison, Henrik Stenson, par exemple, vient de recevoir un bonus de 1,25M$ en tant que vainqueur de la Race to Dubaï 2016. Une jolie somme qui s’ajoute à ses 4M$ de gains par ailleurs.
Sachant que ces Rolex Series ne remplacent pas la Race To Dubaï et n’ont donc aucun enjeu comptable autre que celui lié au porte-monnaie. Hélas c’est dans l’air du temps, les riches vont avoir l’occasion de devenir encore plus riches.

Pour compenser, la Race to Dubai se retrouve adossée d’une Access List dès cette nouvelle saison qui débutera le 1er décembre.
Un nouveau classement qui ne tiendra pas compte des gains accumulés dans les Rolex Series, et autres gros rendez-vous de la saison. Les 10 premiers de cette Access List qui ne sont pas dans le Top100 de la Race to Dubaï, classement qui lui comprend tous les gains de tous les tournois, conserveront leur carte la saison suivante… ^^
(Bref, du boulot en perspective pour Gurwann, notre spécialiste sur ce blog!)

Cette nouvelle organisation va donc offrir deux classements et des tournois qui rapportent des points dans l’un mais pas dans l’autre. En dehors d’offrir une complexité supplémentaire à la compréhension du circuit pour le commun des amateurs de golf, l’European Tour ne vient-il pas tout simplement de créer lui-même une “2ème division” en son sein avec les joueurs des Rolex Series et les autres?!

Et le golf dans tout ça?

Par ailleurs, on pense aussi aux autres tours sur lesquels des centaines de golfeurs et golfeuses auraient certainement apprécié de bénéficier d’un soutien financier supplémentaire pour vivre un peu mieux. À titre d’infos, le Challenge Tour propose une dotation aux alentours 10 M$ pour l’ensemble de la saison et celle du Ladies European Tour avoisine les 7m$ environ (hors British Open et Evian Championship)… Soit l’équivalent d’1 tournoi à 1 tournoi et demi des Rolex Series.

Dans un autre registre, on pourrait aussi avoir aussi un Open de France qui, par son nouveau statut, limite les possibilités de participation des jeunes talents tricolores. Et quand on sait, au travers du récit de leur expérience, ce que cela peut représenter dans leur développement personnel, c’est une chance de moins dans leur carrière.

Plus d’argent, plus de stars pour espérer plus de rentrées d’argent dans les caisses de l’European Tour qui, rappelons-le, a affiché fin 2015 un déficit supérieur à 9 m€.
Forcément les droits TV vont grimper et le golf sera toujours confiné en retour à des chaines payantes.
Et ne nous y trompons pas, les prix des billets d’entrée sur les tournois vont aussi s’envoler, au détriment de l’accessibilité pour les moins fortunés (mais tout aussi passionnés) et donc ré-enfoncer le clou de ce sport de riches.

On est d’accord l’élite tire les autres vers le haut, l’élite attire et fait rêver les plus jeunes d’une réussite à la fois sportive et sociale.
On l’observe avec le football évidemment, mais n’oublions pas que ce sport s’appuie sur une masse d’amateurs et de licenciés en progression globale depuis des décennies.
Ce n’est pas le cas du golf. Depuis 5 ans, la réalité est celle des licenciés en baisse et des parcours qui ferment…

Rolex Series - vraie (fausse) bonne nouvelle
Evolution du nombre de golfeurs licenciés en Europe de 1990 à 2015

Le golf a besoin de nouveautés, de toucher plus de jeunes, de poursuivre son développement auprès du public féminin, bref de faire grossir la masse sur laquelle l’élite pourra s’appuyer pour, à son tour, attirer encore plus de joueurs et joueuses.

Keith Pelley en a conscience, déclarant que “le golf devait se réveiller et être plus fun“.

Pourtant dimanche, lors du dernier tour de cette finale du circuit européen à Dubaï, on a observé un rythme de jeu inversement proportionnel à l’agacement qu’il génère chez le téléspectateur, une réalisation télé toujours aussi monotone, et qui privilégie à outrance les anglais, ou encore une finale qui n’en était pas vraiment une avec le sacre de Stenson qui passe plutôt inaperçu au vu de la formule actuelle. Bref, l’European Tour est vraiment bien loin du compte.

Et le sentiment domine que ces Rolex Series n’apportent toujours rien d’innovant pour répondre aux préjugés et constats récurrents qui attristent régulièrement tous les amoureux du golf.

Mais après tout, ce n’est pas nouveau, l’argent ne fait pas le bonheur.

Newsletter gratuite

Lisez nos articles quand vous le souhaitez (4 emails par mois maximum)

Merci de cocher la case pour valider votre abonnement à la newsletter LPBB
Avatar
Lionel
Installé à Stockholm depuis 2015, Lionel est spécialiste en Marketing digital. Il a le style vestimentaire de Henrik mais plutôt le swing de Marcel. Il s'éclate toutefois depuis 2012 avec La Petite Balle Blanche, car il n'y a vraiment que sur son blog qu'il arrive à jouer en régulation ! Spécialités : golf féminin, archives et records du golf, rédac´chef

3 Commentaires

  1. Merci Lionel pour cet état des lieux qui correspond exactement à ce que je pense et que malheureusement les médias ne s’empressent pas trop de relayer.
    On va arriver avec ces Rolex Series à une situation terrible à plusieurs titres dont certains que vous soulevez. Déjà on ne sait pas trop sur quelles bases sera sélectionné le champ de joueur de ces Rolex. On parle d’un champ de 70 joueurs, ce qui veut dire qu’il y aura a priori le top 60 de l’European Tour et sans doute une dizaine de joueurs du PGA attirés par des euros, par le fait de pouvoir bien préparer The Open et par l’objectif de récupérer des points mondiaux sans risque puisqu’il n’y aura pas de cut. Où seront les Français dans ce tableau ? A part Alex Levy sans doute assurer d’y participer grâce à sa victoire l’an passé, Victor Dubuisson s’il ne dégringole pas au classement d’ici là, peut-être Michael Lorenzo-Vera qui a engrangé des points en janvier, ça risque d’être tout. Prenons l’exemple de Romain Langasque. Depuis qu’il est passé pro il a manqué 1 cut (sur le challenge tour l’an passé), a fini 2nd du championnat du monde et il enchaine les top 20. Pourtant il plafonne à 100 000 points et vu le peu de tournois qui restent d’ici le début des Rolex, il aura très peu de chance d’entrer dans le champ, sauf grosse perf au Maroc ou en Chine. C’est triste et déplorable.
    Autre élément important, la disparition de tournois comme l’Espagne par exemple pose un nouveau problème. En mars et en avril s’enchainent les championnats du monde et les majeurs, avec là encore des champs réduits, et des points énormes même pour les mal classés. Par exemple Hideto Tanihara a engrangé 66000 points pour une 32e place au WGC Mexico, il est devant Benjamin Hébert qui a fait des perfs honorables et a joué 6 tournois cette année. Et ce sera pire après le Dell Match play et le Masters, des joueurs qui auront des résultats médiocres voire mauvais dans ces tournois hyper dotés vont entrer dans le top 60 de l’European Tour alors que les joueurs moyens qui n’y sont pas et qui obtiennent des résultats corrects vont en sortir, et ne pourront pas participer aux Rolex Series. C’est un cercle vicieux. Michael Lorenzo-Vera doit vraiment regretter d’avoir manquer les 2 derniers trous du desert swing, ça lui a fermé toutes les portes.
    Je prédis en tout cas que l’an prochain, nous aurons moins de 10 joueurs français sur l’European Tour, tous ceux qui n’ont pas pris de points en début d’année vont souffrir; Paradoxalement, il sera plus simple de monter sur l’ET à partir du Challenge tour (15 places) que de se maintenir dans l’ET si on n’est pas dans les 100 premiers (10 places), c’est aberrant et ça va démotiver beaucoup de pros.
    Les riches vont effectivement devenir plus riches, les autres vont avoir encore plus de mal à vivre et seule une perf énorme leur permettra de grimper dans la hiérarchie, la régularité ne sera plus récompensée comme elle l’était. On peut faire le parallèle avec ce qu’il se passe en ce moment en Ligue des Champions avec la propositions d’avoir des Wild cards pour les grosses équipes. Là c’est la même chose. Je comprends la nécessité de renforcer l’ET mais à la PGA, ils ont le Web.com qui est correctement doté, nous en Europe n’avons pas grand chose et l’écart est trop important entre les Rolex Series et les autres tournois.
    Quels grands joueurs iront jouer les Nordea, Lyoness et même le BMW Open qui sont coincés au milieu de tournois à 7 et 10 millions de dollars ?
    Bon tout ceci est un peu dans le désordre mais en tout cas je suis 100 % d’accord avec vous et je pense qu’il va y avoir 2 ou 3 années de transition très compliquées pour l’ET, et ça va faire de gros dégâts parmi les joueurs.

    • Merci Vincent de votre commentaire qui soulève des points pertinents. Espérons que le futur nous donnera tort et que cela fera le bonheur d’un maximum de joueurs et surtout du golf. On ne manquera pas de faire le point et un bilan de cette 1ère saison des Rolex Series en fin d’année. Un grand merci pour votre suivi 🙂

  2. Pour info et suite à un message à peu près équivalent que j’ai posté sur la page de Golf Plus, il m’a été répondu qu’une grande partie de l’émission Golf+ le Mag de ce soir 20 mars serait consacrée aux Rolex Series, donc on risque d’avoir quelques précisions, en espérant qu’ils éviteront la langue de bois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Chronique de Confinement – WGC Match Play – Day 4 & 5

C'est la conclusion du WGC Match Play 2020 imaginée par Julien, un final à la hauteur de l'événement !

Winter Golf en Écosse

A l’occasion d’un WE entre copains à Edimbourg dans le cadre du tournoi des 6 Nations, Anthony en a profité pour quelques parties sur des fameux parcours locaux. Une superbe invitation au voyage et au golf !

Adrien Mörk : “Les universités américaines offrent un niveau de compétition très élevé”

Adrien Mörk, ancien joueur sur les circuits européens, est arrivé aux USA en 2012. Désormais, Head Coach à Texas Christian University à Fort Worth près de Dallas, il nous explique longuement le système américain et ses forces. Un très bel entretien réalisé par Christophe.

Newsletter Gratuite

Lisez nos articles quand vous le souhaitez (4 emails / mois maxi)

Merci de cocher la case pour valider votre abonnement à la newsletter LPBB

Chronique de Confinement – WGC Match Play – Day 2 & 3

Julien, fan de golf, poursuit son débrief très personnel des matches de poules du WGC Match Play qui devait avoir lieu cette dernière semaine de mars.

Argolf, une nouvelle série de fers au programme !

Argolf sur le devant de la scène en 2020 avec de nouvelles séries de fers dans la continuité de 2019. Pierre Reyval, commercial au sein de la société bretonne nous en dit plus.