L’US Open est le Majeur qui a construit sa réputation autour des parcours exigeants qu’il propose chaque année et à la préparation « aux petits oignons » de l’USGA, censés faire pleurer les joueurs même les plus costauds. Mais l’an dernier, à Erin Hills, les joueurs ont maltraité le parcours et mis à mal le savoir-faire de l’USGA. Rickie Fowler a ouvert le tournoi avec un 65, imité par Hideki Matsuyama le lendemain. Lors du Moving Day, Justin Thomas a signé la 4ème carte de 63 dans ce Majeur en 117 ans d’existence. Enfin, 7 des 9 scores finaux les plus bas par rapport au Par de l’histoire ont été signés lors de cette édition, dont le -16 du vainqueur américain Brooks Koepka.

En 2017, ils étaient ainsi 11 joueurs entre -16 et -8. A titre de comparaison, 16 sous le Par était aussi le score final de Rory McIlroy lors de sa victoire en 2011 au Congressional Country Club. Le nord-irlandais avait réussi une semaine exceptionnelle avec 4 tours sous les 70 (65-66-68-69), Jason Day, seul second, avait terminé à -8. Rory aeffaçant des tablettes le record de -12 établi par Tiger Woods sur le parcours de Pebble Beach en 2000, alors que les seconds avaient terminé à +3 !!

Il y a 7 ans, cet « affront » d’un joueur du Vieux Continent avait alors été lavé dès l’édition suivante sur le parcours de l’Olympic Club en Californie. Webb Simpsons a remporté l’US Open 2012 avec un total de… +1 ! Aucun joueur n’ayant réussi à « casser » le Par plus de 2 fois en 4 jours.

Shinnecock Hills, le test par excellence

Cette année, le 118e US Open de l’histoire revient à Shinnecock Hills, du côté de New-York, et l’USGA s’en frotte les mains. Ce parcours emblématique a accueilli le Majeur lors de la 2e édition en 1896, puis en 1986, 1995 et 2004. La première version du parcours, 12 trous créés en 1891 et étendus à 18 en 1894, avait été jugée trop « facile » par les joueurs l’ayant arpenté lors de l’US Open 1896. A l’époque, au cours d’un tournoi disputé sur 36 trous, pourtant seule une douzaine de cartes sur les plus de soixante rendues étaient sous le Par (80), le vainqueur James Foulis terminant à -8.

« C’est le parcours le plus difficile du monde ! Le retour me fait peur à mourir » John Daly – US Open 1995

Depuis Shinnecock Hills a été redessiné (1937) et accueilli l’US Open 1986 qui a consacré Raymond Floyd pour son 4e et dernier Majeur. L’américain, à quelques semaines de fêter ses 44 ans, est le seul des 155 joueurs au départ à terminer sous le Par (-1). Lors de cette édition, le parcours très Links écossais dans le dessin comme dans l’esprit avait été balayé par les vents et les pluies parfois violentes. Rough dense, fairways étroits, greens timbres-post et bunkers en nombre avaient fait chuter quasiment tous les joueurs le premier jour où 45 d’entre eux avaient joué au-delà de 80 (+10) !

Embed from Getty Images

Re-belote en 1995 où Corey Pavin remporte son seul Majeur avec un total de 280 (E). Lors du premier tour, dans une journée quasi sans vent, 10 joueurs sur 155 ont rendu une carte sous les 70 alors que Shinnecock Hills offraient des conditions presque agréables après 4 jours de pluie rendant les greens réceptifs et plutôt lents !

Le parcours situé à Southampton sur Long Island est soumis à aux vents imprévisibles qui peuvent changer totalement le parcours d’un jour à l’autre mais aussi d’un trou à l’autre car les fairways n’ont pas été construits parallèles les uns aux autres.
Shinnecock-Hills-Golf-Club-Course-Tour

En 2004, Retief Goosen avait beau avoir signé un total de -4 pour remporter son second US Open, cette édition avait déclenché une fameuse controverse. Le score du sud-africain était l’arbre qui cachait la forêt car, derrière lui, Phil Mickelson à -2 était le seul autre joueur sous le Par. Le 3e finissait à +1 et les joueurs à +4 s’offraient un Top5. L’USGA a « perdu » le contrôle du parcours cette année-là. Les joueurs préféraient viser directement le bunker du Par3 du 7 car la balle ne tenait pas sur le green !

Quand le vent du Nord-Est souffle sur le parcours, les membres de Shinnecock Hills préfèrent rester jouer aux cartes au club-house ! Cliquez pour tweeter

Avant cet US Open 2018, 10 nouveaux départs ont été installés pour rallonger le parcours (6.808m) de près de 450m par rapport à 2004. L’une des différences importantes réside dans les fairways beaucoup plus larges qu’il y a 14 ans, certains dépassant les 50m ! D’ailleurs après la fessée d’Erin Hills infligée par les joueurs au parcours l’and dernier, l’USGA est venu faire des modifications pour tenter de les rendre plus étroits, même s’ils seront encore 15 yards en moyenne plus larges qu’en 2004.

Entre la difficulté naturelle du parcours et l’orgueil de l’USGA, il faudra savoir être patient, précis et stratégique pour succéder à Brooks Koepka. Tous les meilleurs joueurs du monde seront présents, y compris Tiger Woods et Phil Mickelson qui seront 2 des 5 joueurs à avoir participé aux éditions de 1995 et 2004. Lefty a signé respectivement une place de T4 et 2e. Et si, pour lui aussi, l’heure de la revanche avait enfin sonné ? 😉

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.