Hole-in-One, c’est le tout en un pour un tour d’horizon de l’essentiel de la semaine qui vient de se terminer et, en conclusion, le programme de celle à venir.
All in One: All the News in One post!
😉

Dernier Hole-in-One avant l’été avec notamment un beau week-end outre-Atlantique des françaises ! On se retrouve fin Août pour cette rubrique hebdomadaire.

1Watson qui rit, Casey qui pleure… Encore !

Bubba Watson, l’autre gaucher américain est définitivement de retour en 2018 en devenant le 1er joueur avec trois titres cette saison, après le Genesis Open et le WGC Match-Play. C’est aussi une 3e victoire, après 2010 et 2015, au Travelers Championship. Il y a 3 ans, Bubba avait triomphé de Paul Casey après playoff. Cette année il est revenu sur l’anglais dans le dernier tour alors que celui-ci comptait pourtant 6 coups d’avance après 54 trous. Sur le 15, trou signature du parcours, l’américain profitait de sa puissance pour attaquer le green de ce court Par4 (270m). Même si son coup terminait dans le bunker, la sortie était parfaite et, sur un putt de 3.5m, il signait son 7e birdie du jour pour rejoindre Casey à -16. L’anglais, en dernière partie, jouait dans le Par pour ce 4e jour, et quelques instants plus tard, partait à la faute sur le 16 puis le 17 pour voir le titre s’envoler définitivement, d’autant que Watson avait signé un ultime birdie au 18 pour terminer à -17. Bubba passe de la 20e à la 13e place mondiale, et monte sur la 3e marche du podium provisoire de la FedEx Cup.

2Le trophée pour Wallace, le show pour Olesen

Cela aurait pu être la journée parfaite pour Thorbjörn Olesen. Le vent des 2 premiers jours était tombé, les positions de drapeaux moins compliquées et le danois en profitait pendant ce dernier tour pour rendre une carte avec 16 coups de moins que la veille (77-61). Olesen joue son aller en 32 (2 birdies et 1 eagle) avant d’enflammer son putter pour 7 birdies sur le retour, il ne fait “que” le Par aux 12 et 14. Longtemps leader au club-house à -9, cela n’était toutefois pas suffisant pour s’adjuger le titre de ce BMW International Open 2018. Le parcours était plus tendre pour tous et Matt Wallace signait 7 birdies sans aucun bogey pour terminer à -10. Aucun des 6 co-leaders après 3 tours dans les dernières parties de la journée n’a pu le rejoindre, la faute à un bogey au 17 pour Martin Kaymer notamment. C’est le 3e titre européen parmi l’élite pour Matt Wallace en 13 mois qui lui permet de se rapprocher un peu plus du Top50 mondial (66e).

Les bleus: Une semaine allemande “sans” pour les tricolores. Si Sébastien Gros a occupé le fauteuil de leader après 18 trous, il termine seulement T26 (-2) et premier français. Bourdy (T33/-1) est le seul autre bleu sous le Par total parmi les 7 qualifiés du week-end.

3Hataoka, la nouvelle star

Le Japon pourrait bien avoir trouvé sa future star. A 19 ans, Nasa Hataoka qui joue sa seconde saison sur le LPGA vient de signer une réelle démonstration pour remporter le Walmart NW Arkansas 2018 après 4 Top10 consécutifs en avril et mai. La japonaise a commis une seule erreur sur les 54 trous de l’épreuve, un bogey au trou 14 lors du premier tour, ce qui ne l’avait pas empêché de signer 64. Une carte de 65 le lendemain puis 63 au dernier tour pour un total de 22 birdies qui lui offrent une victoire avec 6 coups d’avance sur l’américaine Austin Ernst. Hataoka s’appuie notamment sur un driving solide (240m en moyenne alors qu’elle mesure seulement 1.58m) et des coups de fer précis (déjà 2 trous-en un cette saison). Petite par la taille, mais grande par le talent sans aucun doute !

Les bleues: Encore une belle semaine pour Céline Boutier. 2 premières cartes de 66 qui nous ont laissé espérer mieux alors que la française était dans le Top5 après 36 trous. Une dernière carte sous le Par (-1) lui offre un 3e Top15 en 7 départs. Delacour (-6), Icher (-2) et Herbin (+1) avaient passé le cut.

4Preedasuttijit: la 2e fois, c’est toujours mieux

15 mois après être passée professionnelle, la thaïlandaise Kanyalak Preedasuttijit jouait son second tournoi sur le LET. La première fois, c’était lors de l’édition précédente de ce Ladies European Thailand et Kanyalak n’avait pas passé le cut. Avec 4 cartes sous le Par et un total de -15, cette nouvelle participation est un coup de maître. Elle l’emporte avec 1 coup d’avance sur la coréenne amateur Selon Hyun et 5 sur sa compatriote Chayanun. Manon Mollé termine 6e à -7 alors que la française était sympathiquement et efficacement caddeyée par Ariane Provot qui avait, elle, raté le cut avant le week-end.

5Ricordeau, pour le plaisir !

Marion Ricordeau s’était posée la question cet hiver d’arrêter sa carrière mais a opté pour jouer encore et se faire plaisir avant tout. Après 5 cuts manqués en 5 tournois sur le Symetra Tour, la française signe une belle place de T4 dans le Michigan qui vient récompenser ses sensations qu’elles jugeaient meilleures semaine après semaine. Confirmation lors du Island Resort Championship où la tricolore rend 3 cartes sous le Par pour terminer à -7 et seulement 2 coups de la vainqueur chinoise Ruixin Liu.

6La loi écossaise

Cela fait 8 ans que l’Ecosse attendait la victoire d’un joueur du cru dans l’épreuve du Scottish Open version Challenge Tour. David Law a refait son retard d’un coup sur les leaders au départ du dernier jour grâce à une dernière carte de 67. Pour sa 5ème saison pleine en 2e division européenne, l’écossais de 27 ans s’adjuge son premier trophée. Une victoire qui lui permet de grimper à la 10e place du classement général de la saison.


Souscription Gratuite
Pour rester informé gratuitement de l’actualité du golf, pour suivre les préparatifs de la Ryder Cup 2018 ou encore pour lire ce que vous ne voyez pas ailleurs, abonnez-vous ! (4 newsletters par mois maximum).

Désabonnement quand vous le souhaitez.

[mc4wp_form id=”11508″]

7Le programme de cette semaine

Femmes

Hommes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.