Ce sera l' »homme » à battre dans cette Ryder Cup pour les 24 joueurs. Le parcours de l’Albatros est probablement un maillon essentiel de cette vingtième confrontation entre USA et Europe. Dans l’esprit de beaucoup, il pourrait même être un élément déterminant pour la victoire des européens. La réponse ne saurait tarder désormais !

L’an dernier, nous vous avions proposé une longue interview en 3 parties de son architecte Hubert Chesneau. Sous peu, nous publierons celle d’Alejandro Reyes, le nouveau « maître » des lieux. Pour le moment, nous allons nous intéresser à ce stade de golf imaginé par Hubert Chesneau, l’arène où s’affronteront nos 24 gladiateurs avec une présentation trou par trou de l’Albatros.

Remarque : Si par hasard, vous assistez régulièrement au HNA Open de France, vous pourriez être surpris par certains choix de clubs. Gardez à l’esprit que nous serons fin Septembre, avec des départs tôt le matin : la balle ne volera pas de la même manière que lors de l’Open national au début de l’été.

Ce descriptif a été réalisé avec l’aide précieuse de Private Caddie que nous remercions chaleureusement.

PS : La difficulté du trou « #X » correspond à celle établie à l’issue de la semaine du HNA Open de France 2018.

Crédit visuel : © FFGolf

1En Avant – Par4 – 383 m – #14

C’est parti pour ce premier trou sympathique. Avec un driver ou un bois 3 au départ (Eau à 290m), il restera entre un petit fer et un wedge pour attaquer le green.

Tout drapeau situé près de l’eau devra nécessiter un bon contrôle du backspin sur le 2ème coup.

Crédit visuel : © FFGolf

2L’apontage – Par3 – 192 m  – #7

Trou complexe qui peut l’être encore plus suivant le vent, ou lorsque le drapeau est situé soit court à droite, soit au fond à gauche. Durant le HNA Open de France, les départs ont parfois été ramenés au niveau des boules jaunes (135 m).

Crédit visuel : © FFGolf

3La Mérantais – Par5 – 510 m – #18

Au départ les dangers se manifestent avec le rough à gauche et l’eau à droite (encore plus avec un vent latéral gauche -> droite).
Une bonne mise en jeu permettra l’attaque du green en 2. Un arbre et un bunker contrarient toutefois l’envie d’atteindre un drapeau placé à droite.
Le green en légère montée facilitant les 2 putts maximum.

Compte tenu de l’étroitesse du départ pro (surtout avec 4 cadets), il est probable que le trou soit raccourci de 30 mètres minimum.

Crédit visuel : © FFGolf

4Châteaufort – Par4 – 445 m – #2

Après la respiration du 3, on grimpe en difficulté. Très long Par4, en montée de surcroît, la zone de tombée de drive sera étroite. Pour lutter contre la longueur des joueurs, un bunker situé entre le 4 et le 5 a été remplacé en 2016 par des buttes avec du rough.

Avec un green énorme et en montée, le Par sur ce trou sera un très bon score.

Crédit visuel : © FFGolf

5Plein gaz – Par4 – 370 m – #12

Ce trou, comme le suivant, sont les trous habituellement les plus simples. Fer ou hybride au départ selon les joueurs, il restera un petit club à jouer pour atteindre le green.

Le drapeau situé au fond du green ou à l’entrée à gauche seront les positions les plus compliquées pour signer un birdie.

Crédit visuel : © FFGolf

6Maïs ou colza – Par4 – 348 m – #15

Placer la mise en jeu à l’aide d’un bon fer et il restera un wedge pour se poser sur le green. Une petite butte placée devant le green peut modifier l’appréciation de la distance.
Green assez simple en forme de cuvette avec des balles qui reviendront vers le centre du green.

Durant le HNA Open de France, les départs ont été avancés aux « Rouges » pour rendre ce par 4 ‘drivable’.

Crédit visuel : © FFGolf

7Le Dromadaire – Par4 – 440 m – #3

La mise en jeu devra trouver le fairway pour espérer le par sur ce trou. Etre à droite, c’est quasiment être condamné à un bogey. Finir dans le rough de gauche, le par restera encore difficile.

Le 2ème coup nécessite autour d’un Fer5 mais le vent peut vite devenir votre « ennemi ».

Le green est vaste. Une position de drapeau à l’entrée sera diabolique car située dans une zone en pente assez forte. Tout drapeau serré à droite sur le green sera lui aussi compliqué à atteindre.

Crédit visuel : © FFGolf

8Le green keeper – Par3 – 190 m – #11

Pour s’éviter tout mal de crâne, on oublie le drapeau et on vise le centre de green. En 4 balles, le 2e homme pourra se charger d’aller titiller le drapeau si son partenaire a assuré sa mission.

Green assez plat où le Par reste un bon score.

Crédit visuel : © FFGolf

9Vent debout – Par5 – 541 m – #16

Un Par5 assez long (enfin, on se comprend 😉 ).
La mise en jeu devra être placée sur la gauche du fairway tout en veillant à éviter l’obstacle d’eau. Plus on est à gauche, plus on se donne la possibilité d’attaquer un green diabolique. A l’exception des 4 balles, les joueurs devraient donc jouer le green en régulation et espérer un seul putt pour ressortir avec un birdie.

Green en dôme bien défendu par des bunkers devant  des pentes sur l’arrière et les côtés qui font rouler la balle en dehors du green.

Crédit visuel : © FFGolf

10La mare aux foulques  – Par4 – 321 m – #7

Un court Par4 où la mise en jeu avec un fer long ( 3 ou 4) voire même un petit bois devra rester à l’abri de l’eau. L’attaque d’un green en « altitude » est bien défendue par un bunker devant lorsque le drapeau est à l’entrée. Peut être que pour animer la Ryder Cup, les départs seront avancés pour permettre aux gros frappeurs de tenter le green sur leur mise en jeu.

Green en légère montée. Pas de position réellement difficile, exceptée un drapeau au fond à gauche qui obligerait à jouer un wedge sur le green avec une balle posée, elle, au fond à droite.

Crédit visuel : © FFGolf

11Les grenouilles – Par3 – 163 m – #13

Un fer 6 à 8 au départ de ce magnifique trou – profondément remanié en 2016 pour le rendre plus scénique. L’eau n’est jamais en jeu sauf si le backspin n’était pas maîtrisé.

Green avec un plateau assez important et la position du drapeau en bas à droite sera des plus intéressantes.

Crédit visuel : © FFGolf

12Le goulet – Par4 – 396 m – #10

Un long dogleg droit. Au départ, suivant le vent, ils sortiront le drive ou le bois 3 avec comme principal danger les bunkers à la tombée.

Sur le second coup, il leur restera environ 150 m pour toucher un green qu’il ne faudra pas rater à droite en particulier… à gauche non plus en même temps ! 🙂

Green en montée assez prononcée, les positions de drapeaux à droite seront les plus exigeantes. Le Par est un très bon score, même en 4 balles.

Crédit visuel : © FFGolf

13L’île aux chênes – Par4 – 379 m – #5

L’un des trous les plus redoutés des amateurs comme des pros d’ailleurs. La meilleure mise en jeu doit se terminer sur la gauche du fairway, sans terminer pour autant dans le rough. Il restera ensuite une petite distance pour attaquer ce green défendu par 2 chênes.

Avec un drapeau entrée de green (tout près de l’eau) ou à l’entrée de green à droite, rare seront les joueurs à l’attaque. La position fond de green permettra à nos pros de bien tester la profondeur de leur club.

Crédit visuel : © FFGolf

14Les collines de Colin – Par 5 – 544 m – #17

Malgré sa longueur, ce par 5 est un trou plutôt simple. Au départ, gare aux hors limites à gauche et au rough assez dense à droite. Comme souvent sur ce parcours, une balle posée sur le fairway reste l’option à privilégier. Notamment pour les très gros frappeurs qui souhaitent attaquer ce par 5 en 2. Sinon, il s’agira de se placer sur le plateau haut où il restera une petit 100aine de mètres jusqu’à l’entrée du green.

Un green difficile, légèrement surélevé. En cas de drapeau au fond à gauche (sur le plateau bas), les 2e – ou 3e – coup devront être très précis.

Crédit visuel : © FFGolf

15Le juge – Par4 – 373 m – #4

Comme vous avez pu lire dans l’interview d’Hubert Chesneau, nous arrivons dans le « Tribunal ». En fonction du vent, au départ, le choix pourra se porter entre un driver, un bois 3 ou un fer 4. Il s’agira évidemment d’éviter l’eau à droite pour se donner une chance de birdie. Toujours suivant le vent, il restera du wedge à un fer 7/8 en 2e coup.

Le green en île est en très légère montée. Les positions de drapeau les plus ardues sont à l’entrée du green et au fond à droite.

Crédit visuel : © FFGolf

16L’appel – Par3 – 162 m – #9

Un magnifique Par3, pas si difficile que cela. Un drapeau à l’entrée du green à droite nécessite de laisser la balle courte du drapeau pour jouer un putt en montée. Une autre position un peu compliquée est un drapeau au fond du green car si on dépasse le drapeau, c’est rough avec une approche difficile. Probablement un trou où quelques matchs se dénoueront.

 

Crédit visuel : © FFGolf

17Le verdict – Par4 – 439 m – #6

Et hop, encore un 3ème par 4 de 440m ! La spécificité de ce trou réside dans l’absence totale de bunker ou autre obstacle du début à la fin. Il n’en reste pas moins compliqué à jouer car le vent est généralement contre, le trou est en montée et le green est très vaste.

Un birdie est une belle performance (61 lors de la semaine de l’Open de France contre 104 bogeys). Sauf exception, le driver sera le club au départ. Et il restera probablement un bon fer 6 pour attaquer  le green.

Crédit visuel : © FFGolf

18La foule – Par4 – 424 m – #1

Le trou le plus difficile de la saison du circuit européen aux dires des statistiques. En fonction du vent, c’est bois 3 ou driver. Il faut arriver à poser sa balle entre les bunkers de droite (ajoutés en 2016 pour ennuyer les longs frappeurs- ndlr) et l’eau à gauche.

Il restera encore un assez long coup de fer pour atteindre un green plutôt vaste où la meilleure stratégie reste le milieu du green.

 

Top Complément
Retrouvez la présentation détaillée de nos amis de Golf Azur dans leur excellent magazine de Septembre qui vous propose aussi un descriptif trou par trou réalisé par différents pros du circuit européen (on ne joue pas dans la même cour 😉 ).

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.