La prochaine édition de la Ryder Cup aura lieu du 22 au 27 septembre 2020 sur le parcours de Whistling Straits (Wisconsin, USA) et les critères de qualification pour l’équipe européenne viennent “seulement” d’être dévoilés. Il était temps ! Habituellement révélés – en janvier ou février – dans le même temps que la nomination du Capitaine, il aura donc fallu attendre ce mois de mai pour les connaître enfin.

Après le mini suspens entre Lee Westwood et Padraig Harrington, c’est finalement l’Irlandais qui encadrera notre sélection aux Etats-Unis, même si être capitaine à l’extérieur ressemble toujours à un cadeau empoisonné selon moi. Comme nous sommes des gens sympas sur le blog, on va vous décortiquer les critères et le processus.
Embed from Getty Images

Les dates de qualifications

La 1ère chose, c’est qu’il est étonnant de commencer une conférence de presse en disant que “la continuité est l’une des raisons des succès récents de l’équipe” et changer finalement autant de choses. Habituellement, la qualification commençait à l’Omega Masters (mi-septembre) et se concluait lors du Made in Denmark (fin août / début septembre) par 3 tournois mineurs (Suède, République Tchèque et donc Danemark en 2018). Pour cette Ryder Cup 2020, suite au changement du calendrier, on commencera fort avec le BMW PGA Championship (du 19 au 22 septembre 2019) et on finira tout aussi fort avec l’édition 2020 de ce même tournoi qui comptera donc 2 fois dans le calcul.

Cette façon de faire est plutôt intelligente – ou a marche forcée – pour rehausser le standing du BMW PGA, tournoi porte drapeau de l’European Tour qui galérait réellement pour attirer ses tops stars au cours des des dernières années. Compte tenu de la dotation et des points à prendre dans une épreuve Rolex Series, c’est dire l’importance de cette réorganisation.

Sans disposer encore du calendrier 2020, cela veut probablement dire que la sélection sera connue un peu plus tard que d’habitude (après la mi septembre).

Les critères de sélection

Ici, pas de grande révolution dans ce domaine. On commence par un petit sourire : il y a toujours 12 joueurs sélectionnés (ouf …) ! 🙂

En 2017, Thomas Bjørn avait modifié les conditions pour être membre du Tour Européen afin “d’inciter” l’adhésion de Paul Casey en particulier. Pour 2019, pas de modification de ce point. A noter tout de même que Rory McIlroy a enfin repris son membership (et oui, il apparaît enfin dans la liste ici, ce qui veut aussi dire qu’il sera bientôt sélectionnable à la Fantasy) et c’est tant mieux pour les bleus.

Pour la méthode d’attribution des points, on applique donc les mêmes règles qu’en 2017 : un classement européen basé sur les points de la Race To Dubai et un classement mondial basé sur les points mondiaux. Le système de coefficient multiplicateur de 1.5 sera maintenu afin de favoriser les joueurs en forme, même si on ne connaît pas encore précisément à partir de quel tournoi durant l’année 2020.

Enfin, comme pour la Ryder Cup 2018, tout tournoi (sur le PGA Tour en particulier) ayant lieu en même temps qu’un Rolex Series ne comptera pas pour ce classement.

Les sélectionnés

Là aussi, la notion de continuité semble être variable. Bjørn était passé de 3 à 4 invitations suite à la Ryder Cup 2016 où beaucoup de joueurs qualifiés étaient novices ou peu en forme.

Backspin d’Harrington qui revient à 3 invitations comme cela était le cas en 2014 et 2016. Personnellement, je vous avoue ne pas comprendre l’intérêt. Alors certes, Padraig a beau jeu de dire qu’un joueur automatiquement qualifié est plus en confiance, mais comme l’indiquait Adrien Toubiana dans un de ses tweets, c’est sans doute un moyen d’enlever un peu de pression sur le capitaine.

La sélection sera composée donc des 4ers joueurs au classement des points de la Race to Dubai, puis constatant aussi avec une certaine lucidité que les stars européennes “désertent” un peu leur tour de référence, retour à la sélection du top 5 des joueurs selon les points mondiaux.

Bref, exactement les mêmes critères de sélection que 2014 (glop !) et 2016 (pas glop !)… Désolé mais personnellement, cela ne me réassure pas.

Je vais profiter de ce billet pour passer un petit coup de gueule. En général, dans les 2 classements (tant européen que mondial), on retrouve en tête les joueurs participants aux Rolex mais surtout aux Majeurs et WGC, les mêmes qui jouent de plus en plus sur le PGA Tour.

Sauf qu’en conservant le système de sélection, dans un 1er temps, les 4 meilleurs joueurs du classement européen puis les 5 joueurs du classement mondial, on privilégie indirectement les joueurs jouant le classement mondial. En effet, comme les 4ères places du classement européen risquent d’être trustées par les top joueurs mondiaux, les joueurs qui n’ont pas ce niveau devront passer par le classement mondial pour se qualifier.

Mais, suite à la réforme du calendrier du PGA Tour et en particulier, le changement de date des play-offs de la Fedex, les joueurs qui seront à la limite devront espérer y participer. Bref, le Tour Européen arrive à inciter les joueurs souhaitant jouer la Ryder Cup à favoriser le PGA Tour …

Pour limiter cet effet de bord, il suffisait de changer l’ordre de sélection. Sélectionner dans un 1er temps, les 5 meilleurs joueurs via le classement mondial puis les 4 meilleurs joueurs via le classement européen, ce qui aurait incité les joueurs à la limite de la qualification à favoriser le Tour Européen.

Mais bon, on y songera peut-être dans quelques années …

Un peu d’anticipation

Evidemment, et c’est pas de chance, pour pouvoir comparer avec les sélections précédentes, il faut tout re-convertir avec ce nouveau système de points. On s’en est chargé pour vous et voici le nouveau classement de la Ryder Cup :

    1. Molinari (6785 pts)
    2. Hatton (5023)
    3. Rose (4937)
    4. Olesen (4397)
    5. Rahm (4313)
    6. Fleetwood (4212)
    7. Rory (4158)
    8. Noren (3949)
    9. Pepperell (3219)
    10. Knox (3014)
    11. Fitzpatrick (2851)

Pour la Ryder Cup 2018, ce nouveau système de point n’aurait pas bouleversé grandement les choses : Olesen (au lieu de Fleetwood) aurait été qualifié directement par ce classement européen et Fleetwood (au lieu d’Olesen) qualifié via le classement mondial, ce qui n’aurait pas fait de changement dans l’équipe.

Pour cette course à la qualification, en résumé,  il y aura donc – sous réserves de changement du calendrier pour la saison 2020 :

  • 9 Rolex Series : BMW, Italie, Turquie, Nedbank, DP World, Abu Dhabi, Irish, Scottish et BMW.
  • 4 WGC : HSBC, Mexique, Dell MP et Fedex
  • 4 Majeurs : Masters, PGA, US Open et The Open.
  • Et la question des Jeux Olympiques… ?

Ce qui est certain, c’est qu’avec la forte augmentation des Final Rolex Series (Turquie, Afrique du Sud et Dubaï), tout joueur qui performera durant ces 3 événements fin 2019 prendra déjà une avance décisive pour la qualification. Espérons donc que les top players et/ou les joueurs d’expérience s’illustreront durant cette période pour s’éviter le souci d’Hazeltine en 2016 avec 5 rookies parmi les 9  qualifiés automatiquement dans l’équipe.

Bien sûr en suivant le blog régulièrement, vous ne manquerez rien de cette course à la qualification pour l’équipe européenne de 2020.

Souscription Gratuite
Pour rester informé gratuitement de l’actualité du golf, pour découvrir le golf autrement ou encore pour rejoindre une communauté de passionnés, abonnez-vous 😉

 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.