Leader de bout en bout, Brooks Koepka s’est comporté en véritable patron du circuit pendant cette semaine new-yorkaise. Un patron qu’il est d’ailleurs devenu aujourd’hui en prenant la 1re place du classement mondial grâce au 4e titre Majeur de sa carrière. Un compteur de victoires en Grand Chelem qui ne devrait pas en rester là, assurément.

Même pas peur…

En tête avec 7 points d’avance au départ du 4e tour, Brooks Koepka était confiant sur sa victoire à venir, tout comme étaient réalistes ses adversaires. Dustin Johnson, parmi ses premiers poursuivants à -5, avait annoncé le seul scénario possible :”Je vais avoir besoin d’un peu d’aide de sa part, et ensuite je devrais très très bien jouer“. Koepka a fait sa part du boulot ce dimanche en rendant une carte de 74 (+4), mais DJ n’a pas respecté la sienne en ne profitant ni du vent qui soufflait plus fort sur le parcours, ni de celui qui tournait en sa faveur sur le début du retour.



Malgré un bogey d’entrée de jeu, Koepka réalisait un aller dans la veine de ses tours précédents. Il bouclait les 9 premiers trous du jour dans le Par grâce à un birdie sur le Par5 du 4. Sa splendide approche sur le 10 sonnait le glas à tout infirme espoir de son pote DJ qui, après 3 birdies (trous 4, 6 et 9) trébuchait, lui, au même moment sur le 11. L’écart tombé à 4 coups repassait à 6 avec 8 trous à jouer pour le leader.

Et puis, Koepka a commis des petites erreurs, les mêmes que celles des autres joueurs pendant toute la semaine : des drives un peu (beaucoup sur le 13) hors de la piste qui empêchaient de toucher les greens en régulation, des approches un poil trop courtes, des putts un soupçon trop forts. Des détails pour des sanctions immédiates : le leader concédait 4 bogeys consécutifs (11-14) et Johnson, avec un birdie au 15, revenait alors à 1 coup. Juste impensable 45 minutes plus tôt.

Après coup, Koepka évoquait ne pas avoir stressé dans cette situation car il était toujours leader, même par le plus petit des écarts qu’il soit. D’autant que la pression n’a pas duré (assez) longtemps, DJ commettant 2 bogeys dans la foulée aux 16 et 17 pour conclure avec une carte de 69 quand Koepka retrouvait sa précision sur les mises en jeu. Ce dernier faisait bien 3 putts sur le Par3 du 17 mais la messe était dite. Un dernier Par suivi d’un poing serré fouettant l’air pour célébrer sa victoire la plus convaincante avec 2 coups d’avance.

“Petit” devenu Grand

Brooks Koepka a fêté ses 29 ans quelques jours avant le rendez-vous de Bethpage State Park. Natif de West Pam Beach (Floride, USA), il s’est d’abord fait connaitre par ses résultats amateurs lors de ses années universitaires (3 fois All American). Il jouait son 1er Majeur en 2012, en tant qu’amateur, à l’US Open sans y franchir le cut.

Passé professionnel au début de l’été, il décidait d’évoluer sur le Challenge Tour en Europe. En Septembre, deux mois plus tard, il remportait son 1er titre professionnel en Espagne (Challenge de Catalunya). Lors de la saison suivante, en 6 semaines entre Mai et Juin, il décrochait 3 titres et un droit de jeu sur l’European Tour jusqu’à la fin de la saison 2014.

Bénéficiant d’invitations outre-Atlantique, il participait à quelques tournois sur le PGA Tour avant de signer une 4e place lors de l’US Open 2014, synonyme de carte de membre pour la saison 2014-15. Continuant d’évoluer parallèlement sur le circuit européen, il remportait son seul titre du Tour Européen (hors majeurs) avec le Turkish Airlines Open en Octobre 2014. Il terminait 8e de la Race to Dubaï cette année-là.

En Février 2015, il gagnait son 1er tournoi du PGA Tour dans l’enfer vert du Phoenix Open. Au cours de l’été, en Majeurs, il enregistrait un Top10 à The Open et un Top5 au PGA Championship. En 2016, il ajoutait une place de T4 au PGA Championship et un titre du Japan Golf Tour à son palmarès.

C’est à partir de 2017 que ses résultats en Majeurs ont pris un nouveau tournant. T11 à Augusta avant de gagner l’US Open à Erin Hills avec 4 coups d’avance puis T6 à The Open en Juillet et T13 au PGA Championship en Août. Si une blessure au poignet le prive de jeu pour le début de l’année 2018 – dont le Masters -, Koepka retrouvait rapidement son niveau pour d’abord conserver son titre de l’US Open à Shinnecock Hills puis, deux mois plus tard, soulever son 3e trophée du grand Chelem lors du PGA Championship au Bellerive CC. La victoire dans ce PGA Championship 2019 marque donc le 4e Majeur gagné par l’Américain sur les 8 derniers joués.

Avant ses 30 ans, Brooks Koepka rejoint les plus grands de ce sport. Certes les McIlroy ou Day sont des exemples récents que les promesses d’avenir radieux peuvent avoir du mal à être tenues. Mais, pour l’heure, la mécanique semble aussi costaud que bien huilée alors que le champion ira défendre son titre pour la 3e fois de suite du côté de Pebble Beach (Californie, USA) du 13 au 16 juin. Et, jardin du Tigre ou pas, le boss du moment s’appelle bel et bien Koepka, Brooks Koepka.

Voir le leaderboard final

Coup de chapeau à Mike Lorenzo-Vera qui signe des cartes de 68-71-75-69. Le Français a réalisé un excellent tournoi et termine T16 de cette édition, son meilleur résultat en Majeurs. Une performance qui lui permet de devenir le 100e joueur mondial en ce lundi 20 mai 2019, à 3 places de son meilleur classement en carrière.
Souscription Gratuite
Pour rester informé gratuitement de l’actualité du golf, pour découvrir le golf autrement ou encore pour rejoindre une communauté de passionnés, abonnez-vous 😉

En cliquant sur le bouton "Je m'abonne", vous acceptez de recevoir nos newsletters (4 par mois maximum) avec les articles récemment publiés.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.