Pour sa première participation à l’US Open en tant que professionnelle, Céline Boutier a signé une magnifique performance avec un Top5 final lui assurant ainsi une qualification pour l’édition 2020. La Française déjà auréolée d’un titre sur le LPGA en février dernier confirme, semaine après semaine, son statut de joueuse du Top mondial. Une belle nouvelle pour le golf tricolore, même si l’issue de cette semaine laisse une pointe d’amertume car l’exploit est passé près…

Classée 4e à l’issue du 1er tour, puis T3 après 36 trous et 1re aux côtés de Yu Liu à l’issue du Moving Day, Céline s’est doucement mais sûrement affirmée tout au long de la semaine comme une prétendante à la victoire finale. Doucement mais sûrement, une formule qui semble caractériser la championne tant son début de carrière se construit patiemment pour l’emmener durablement vers une suite prometteuse.

Doucement mais sûrement

Née à Clamart (92) le 10 novembre 1993, le même jour que sa soeur Christie, Céline a débuté le golf à l’âge de 7 ans. Membre du Paris Country Club, elle a obtenu sa 1re victoire significative en 2009 avec le titre de Championne de France U16. En 2010, elle a remporté les Internationaux d’Italie et le Skandia Open puis, début 2011, le Annika Invitational, célèbre épreuve pour les Juniors aux USA. Des résultats qui lui ont permis d’être sélectionnée quelques mois plus tard en équipe européenne de Junior Solheim Cup aux côtés de ses compatriotes Emilie Alonso et Manon Gidali mais aussi de l’Anglaise Charley Hull ou encore l’Irlandaise Leona Maguire. Son palmarès a continué de s’enrichir chaque année avec en point d’orgue le statut de n°1 mondiale amateur fin 2014.

Céline Boutier
Tulsa, Okla.–05/23/14–Duke’s Celine Boutier, left, celebrates with teammate Sandy Choi and assistant coach, Jeanne Cho, far right, after they won the Women’s 2014 NCAA Division 1 Golf Championships at Tulsa Country Club.(Photo by Tracy Wilcox/GOLFWEEK)

Entre-temps, en 2012, elle a intégré l’université Duke au Texas (Dallas, USA) où en 4 ans, elle s’est constitué un joli palmarès aussi bien individuel que collectif. Côté études, elle en est sortie avec un diplôme en Psychologie agrémenté d’une mineure en Economie. Pendant ces années, elle a également commencé à travailler avec Cameron McCormick, le coach de Jordan Spieth, qui a tout de suite apprécié chez la Française “les qualités de son swing et de ses compétences physiques“. La Française décide alors de passer professionnelle en août 2016.

Passé par les cartes du LPGA fin 2016, elle a obtenu une catégorie 17 en terminant à la 44e place pour pouvoir jouer ainsi sur le Symetra Tour (2e division) lors de la saison 2017. Avec 2 victoires dès sa première année sur ce circuit, elle a terminé 3e au général de la saison lui procurant un droit de jeu complet sur le LPGA. Elle décide de terminer son année en participant à quelques épreuves du LET et soulève le trophée du Sanya Ladies Open en novembre.

En février 2018, elle gagne à nouveau sur le LET avec le Ladies Bonville en Australie mais elle connaît des débuts difficiles outre-Atlantique en manquant le cut lors de ses 4 premiers tournois sur le LPGA. Céline reste patiente et la suite de la saison est émaillée de quelques Top15 avant une superbe 3e place en novembre au Blue Bay LPGA.

2019 est donc sa seconde saison pleine sur le LPGA et c’est encore en Australie que la tricolore s’est illustrée avec une victoire au ISPS Handa Vic Open sur le LPGA cette fois. On n’avait pas vu de victoire française sur le circuit élite féminin depuis Patricia Meunier-Lebouc en 2003. C’était au Kraft Nabisco Championship (désormais ANA Inspiration depuis 2015 -ndlr), le dernier titre dans un tournoi du Grand Chelem pour le golf français.

Une histoire de putts…

Alors logiquement, c’est le genre de souvenirs qui ressurgit lorsque Céline Boutier a pris le départ du 4e tour de l’US Open en tant que co-leader. Sa journée a pourtant mal démarré avec un double bogey sur le premier trou puis un bogey sur le 3, mais Céline reste patiente. Encore et toujours. Elle a repris son rythme des tours précédents, s’appliquant à retrouver le fairway sur ses mises en jeu, récompensée avec des birdies aux 4 et 5 pour repasser ensuite seule leader après 7 trous. C’est alors qu’au début du retour, Jeongeun Lee6 a accéléré et enchaîné 2 birdies consécutifs aux 11 et 12 puis un autre sur le 15. Conjugués au bogey de Céline sur le 11, cela a permis à la Coréenne de s’échapper avec 3 longueurs d’avance sur la tricolore.

Puis le tournant de la journée a lieu sur le trou 16, un Par4 de 390m. Lee6 rate son putt de 2,50m pour sauver le Par et retombe à -7. 20 minutes plus tard, sur ce même trou, Céline signe un splendide coup de fer de 150m qui lui laisse un putt de 1m en descente pour birdie. Elle ne veut pas être courte, elle attaque son putt, la balle prend de la vitesse, roule sur le bord du trou mais ne tombe pas. La Française reste à -5 et le regret s’intensifie lorsque la Coréenne commet un ultime bogey sur le 18 pour rentrer au club-house à -6.

Après un Par sur le Par3 du 17, Céline a essayé d’attaquer ce 18 pour chercher ce point qui lui manque. Un 2e coup qui termine dans le bunker, une sortie ratée, une balle qui ressort du green, une approche trop courte et 2 putts. La tricolore termine comme elle a commencé avec un double pour retomber à -3 total synonyme “seulement” de la 5e place ex-aequo. Jeongeun Lee6 rookie sur le LPGA remporte l’US Women’s Open 2019, son 1er majeur.

Alors forcément quelques regrets car l’occasion était belle mais Céline Boutier a réalisé la meilleure performance française depuis la 6e place ex-aequo en 2005 de Karine Icher dans ce même tournoi du Grand Chelem. Grâce à sa victoire en début d’année, Céline a déjà gagné son ticket pour tous les majeurs restants de la saison (KPMG PGA Championship du 20 au 23 juin, Evian Championship fin juillet et British Open début août). Elle va pouvoir poursuivre son ascension. Lentement mais sûrement.


Classement final – US Women’s Open 2019 :

-6/1 Jeongeun Lee6 (CDS)
-4/T2 Angel Yin (USA), So Yeon Ryu (CDS), Lexi Thompson (USA)
-3/T5 Gerina Piller (USA), Jaye Marie Green (USA), Mamiko Higa (JAP), Yu Liu (CHN), Céline Boutier (FRA)
-2/T10
Ally McDonald (USA), Jessica Korda (USA)


 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.