Une de plus pour Reed !

Farmers Insurance Open - Final Round
SAN DIEGO, CALIFORNIA - JANUARY 31: Patrick Reed celebrates with the trophy after winning the Farmers Insurance Open at Torrey Pines South on January 31, 2021 in San Diego, California. Reed won by five strokes over the field shooting a 68 in the final round. (Photo by Katelyn Mulcahy/Getty Images)

Une victoire de plus certes pour Captain America. La neuvième en 9 saisons sur le PGA Tour, quasi au rythme de une par an (2 en 2014 et 0 en 2017). Son palmarès continue de s’étoffer à la vitesse de ses détracteurs et de ses “haters”. Car oui, PatricK Reed a remporté le Farmers Insurance Open ce dimanche mais sa réputation s’est encore entachée un peu plus.

En effet, c’est aussi une polémique de plus qui vient de naître au détour d’une controverse qui n’aurait sans doute pas due avoir lieu d’ailleurs. Samedi, sur le trou 10 du parcours Sud de Torrey Pines encore bien détrempé des intempéries de la veille, Reed constate que sa balle est pluggée dans son impact. Les règles l’autorisent à relever sa balle, la nettoyer et la replacer dans la limite d’une longueur de club.

Comme souvent chez les professionnels, dans des cas peu courants de drop sans coups de pénalité, leur confiance dans la connaissance des règles n’exclut pas le contrôle en faisant appel à un arbitre. C’est ce qu’a fait l’Américain alors que sa balle semblait pluggée dans le rough après son 2nd coup sur le 10. Jusqu’ici tout va bien.

Sauf qu’à peine avoir demandé la présence d’un officiel, Patrick Reed relève sa balle “pluggée” avant toute vérification. Et c’est là que débute le buzz ! Impossible pour l’arbitre qui finit par arriver de confirmer ou infirmer que la balle était bel et bien enfoncée. Il ne peut que sentir la présence d’une déformation dans le sol qui aurait été causée par l’impact de la balle selon les dires du joueur.

Deux questions émergent alors.
La balle était-elle suffisamment enfoncée dans le sol pour autoriser un drop sans pénalités ? Et pourquoi appeler un officiel et gérer la situation en solo ? Il n’en suffisait pas plus pour que les “haters” haïssent ou que les plus tempérés s’en amusent.

A ce moment du tournoi, Reed est seul leader avec 4 coups d’avance sur le premier joueur du champ mais il reste en core 27 trous à jouer. Il n’avait aucune raison de tricher sur cette situation. Paradoxalement, auteur d’un sans faute depuis le début du Moving Day, il enchainera ensuite 4 bogeys du 11 au 16 avant de conclure sur un nouveau birdie.

Au final, les officiels du PGA Tour lui donneront raison sur sa gestion de l’incident et les haters seront moins regardants avec la façon dont McIlroy a considéré, lui aussi, sa balle pluggée sur le trou 18 le même jour.

Ce sport de gentlemen s’arrête où Twitter commence et Patrick Reed a – sur ce coup – sans doute payer sa réputation qu’il prend trop souvent soin de ternir lui-même. Mais force est de constater que le Texan est aussi un sacré joueur bourré de talents (quel petit jeu !). En signant une carte de 68 lors du 4e tour, il a  relégué ses poursuivants à 5 coups pour s’adjuger un 4e trophée en 4 saisons consécutives.

LB.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.