dimanche 31 mai 2020

Sur la route du Masters : l’Augusta National Golf Club

Masters AugustaDans un mois exactement (30 jours et 11 heures à 18h00 en France ce 7 mars pour être précis), le 7 avril donc, le départ du Masters 2016 sera donné sur le parcours de l’Augusta National Golf Club. Créé en 1934, ce tournoi est sans doute le Majeur le plus connu et il est, en tout cas à mes yeux, LE tournoi de golf dans le monde ! En clair, mon préféré.

L’occasion est donc idéale pour plusieurs rendez-vous sur le blog de La Petite Balle Blanche lors de ces prochaines semaines. Au travers d’anecdotes, d’images, de palmarès, de records et d’actualités nous plongerons à la fois dans les 84 années de l’histoire du “Tournoi des Maîtres” et dans l’édition de cette année.
En route pour le Masters 2016, 80ème du nom ! 🙂

Au commencement…

Augusta National Golf Club - Magnolia LaneLe Masters est unique en son genre parmi les 4 Majeurs qui composent le Grand Chelem actuel. Il est certes le seul à se jouer chaque année sur le même parcours mais surtout il n’est l’oeuvre d’aucune organisation reconnue de golf tels l’USGA, la PGA ou le Royal & Ancient pour les 3 autres. Non, le Masters est de la seule responsabilité du club privé de l’Augusta National Golf Club et de ses quelques 300 membres. Du positionnement des drapeaux sur les greens aux prix des boissons et sandwiches, tout est décidé par différents comités chapeautés par des membres du club.

C’est en 1931 que la légende Bobby Jones (13 Majeurs remportés en 7 ans dont le Grand Chelem de l’époque : US Open, US Amateur, British Open, British Amateur en 1930) s’est associé avec son ami, le financier new-yorkais, Clifford Roberts pour acquérir une pépinière abandonnée de 1,5 km2 près d’Augusta en Géorgie. Au plus fort de la Grande Dépression, le terrain est acheté pour une relative poignée de dollars et la création du parcours est lancée dans la foulée pour s’achever l’année suivante en 1932.

Fruitland - Futur Augusta National Golf Club-House
1857 : Maison de Dennis Redmond

Le bâtiment, aujourd’hui club-house du Augusta National Golf Club au bout de la fameuse “Magnolia Lane”, a été construit en 1854 par le propriétaire de la plantation de l’époque, Dennis Redmond, pour en faire sa résidence personnelle. Terrain et maison furent vendus 4 ans plus tard à un horticulteur belge, Prosper Berckmans, qui a transformé la plantation en une pépinière d’arbres fruitiers : Fruitland Nurseries. Après le décès de Berckmans en 1910, la propriété n’a plus été entretenue puis même laissée à l’abandon total en 1918 jusqu’à l’arrivée de Jones et Roberts.

À l’origine, le club voulait accueillir 1.800 membres moyennant un droit d’entrée de 350$ et une cotisation annuelle de 60$. Une somme volontairement “modeste” selon le souhait de Bobby Jones qui s’inspirait de ce que pratiquaient le R&A Golf Club de Saint-Andrews et les autres clubs écossais. Une vaste campagne de promotion du nouvel Augusta National Golf Club fut entreprise à travers tous les États-Unis et même le Canada pour attirer des nouveaux membres. Mais la crise économique battant son plein, après une année de travail et des milliers de lettres d’invitation à rejoindre le club, ce dernier ne comptait que 66 membres en avril 1932 et 10 de plus seulement l’année suivante !

L’US Open à Augusta

En février 1933, Roberts invite à jouer un homme d’affaires de Wall Street, Prescott S. Bush (dont le 2ème fils alors âgé de 8 ans se prénomme George, futur 41ème président des USA). L’homme est également Président du comité des championnats de l’USGA, organisatrice de l’US Open et de l’US Amateur. Bush va alors proposer qu’Augusta National accueille l’US Open de 1934, ce dont Bobby Jones avait toujours rêvé depuis la création du parcours. Au-delà du prestige d’héberger le Majeur, Jones et Roberts y voient alors une opportunité de séduire des nouveaux membres et de garder le club en vie.

Augusta National Golf Club - Invitation Masters 1934L’USGA va refuser la proposition. Toujours animé par la volonté (vitale) de trouver de nouvelles sources de revenus, Roberts lance l’idée de créer leur propre tournoi en étant persuadé que la seule présence de Bobby Jones parmi les joueurs, celui-ci s’étant retiré de toute compétition depuis son sacre en 1930, en ferait un succès. Et de crainte que les meilleurs golfeurs de l’époque refusent de participer à ce premier tournoi s’ils n’étaient pas sollicités directement, des invitations personnelles ont été envoyées. Certains refusèrent. La tradition est toujours respectée même si on n’imagine guère un joueur la décliner aujourd’hui ! 🙂

La première édition et les suivantes jusqu’à la seconde guerre mondiale attirent tant bien que mal suffisamment de spectateurs pour couvrir les frais. Ensuite, l’Augusta National Golf Club eut recours entre 1942 et 1944 à l’élevage de bétail et de dindes sur les fairways pour obtenir, par la vente des animaux, quelques rentrées d’argent alors que le parcours était fermé. À la fin de 1944, 42 prisonniers de guerre allemands ont été affectés à la remis en état du parcours d’Augusta. Pour la plupart, ils étaient des ingénieurs qui avaient construit de nombreux ponts en Afrique pour permettre le passage des tristement célèbres Panzers (chars d’assaut) du général Erwin Rommel. Ils avaient alors construit un pont similaire près du trou n°13 qui n’existe plus aujourd’hui.

Ce sera la télévision, via la diffusion du Masters, qui va définitivement donner l’assise financière indispensable à l’Augusta National Golf Club. La chaîne américaine NBC, avec qui Roberts avait pourtant signé un contrat en 1947, ne diffusera finalement jamais une seule image du Masters. Au début de l’année 1956, NBC rendit “sa liberté” à l’Augusta National. Un accord à la hâte fut trouvé avec la chaîne CBS qui, elle, diffusera cette même année 56 un total de 2h30 de golf sur 3 jours… Il est estimé que 10 millions de téléspectateurs ont été touchés par cette retransmission !

Augusta National Golf Club : privé et exclusif

60 ans plus tard, après de nombreuses controverses liées au racisme, à l’absence de femmes parmi les membres du club jusqu’en 2012 (elles sont aujourd’hui 3), l’Augusta National Golf Club se porte bien. Ses quelques 300 membres paieraient entre 25.000 et 50.000$ de droit d’entrée et une cotisation annuelle inférieure à 10.000$. Des sommes certes conséquentes mais, selon l’esprit souhaité par Bobby Jones, qui restent “raisonnables” quand de nombreux clubs privés de par le monde demandent des droits d’entrée à 6 chiffres sans avoir la notoriété et le prestige de l’Augusta National…

Augusta National Golf Club - MembresRiche ou pas (enfin un peu quand même !), très bon golfeur ou pas (le handicap moyen des membres serait autour de 15), vous ne demandez pas à devenir membre. Non car au contraire cela pourrait nuire définitivement à votre acceptation ! Pour entrer, vous devez donc être “nominé” impérativement par un “déjà-” membre. Les nominations ne peuvent avoir lieu qu’en cas de départ d’un membre existant, plutôt rare avouons-le, ou en cas de décès, plutôt d’actualité ces temps-ci vu qu’en 2002, il avait été révélé que la moyenne d’âge était autour de 71 ans !
Un membre devra toujours accompagner physiquement son éventuel invité et il sera même responsable de ses agissements. Si, en tant que membre, vous portez la fameuse veste verte, vous n’êtes pas autorisé à l’accorder avec une casquette mise à l’envers, aussi tendance que vous trouviez ce style !

Et si un jour, vous étiez l’un(e) de ces 300 privilégiés, votre handicap sera défini par une règle propre au club basée sur la moyenne de Pars que vous faites lors d’un 18 trous à Augusta. Si, par exemple, cette moyenne est de 5, votre handicap à l’Augusta National Golf Club et, uniquement là-bas, sera de 18-5 = 13 (Un ajustement peut-être fait en fonction de votre moyenne de birdies). Dernière chose : le parcours est fermé de la fin mai à la mi-octobre pour le préserver lors des grosses chaleurs de l’été, vous ne pouvez donc y jouer que 7 mois par an. 🙂

Rendez-vous la semaine prochaine pour un autre épisode : “Sur la route du Masters”.

 

 

Newsletter gratuite

Lisez nos articles quand vous le souhaitez (4 emails par mois maximum)

Merci de cocher la case pour valider votre abonnement à la newsletter LPBB
Avatar
Lionel
Installé à Stockholm depuis 2015, Lionel est spécialiste en Marketing digital. Il a le style vestimentaire de Henrik mais plutôt le swing de Marcel. Il s'éclate toutefois depuis 2012 avec La Petite Balle Blanche, car il n'y a vraiment que sur son blog qu'il arrive à jouer en régulation ! Spécialités : golf féminin, archives et records du golf, rédac´chef

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Arnaud Maurin, clubmaker et fitteur, rejoint LPBB

Arnaud est clubmaker et fitteur et rejoint LPBB pour partager ses connaissances et son savoir-faire avec tous les amateurs de matériel. Interview.

Essai d’analyse organisationnelle d’un sac de golf

Trop de nos clubs subissent les foudres de nos contrariétés. Or, il en va de notre office que de leur témoigner nos égards, pour forger autour de ce grip trop lustré une harmonie angélique. Dans sa diversité, au travers de ses us et coutumes, rencontrons-les, rencontrons-nous.

iGolf.one : votre analyse de swing à la demande !

Un article en 2 temps où Charles Auberger a d'abord interrogé Pierre Girard, fondateur de iGolf.one, pour présenter l'application, son fonctionnement et ses objectifs avant ensuite de tester l'application.

Ryder Cup 2020 : pourquoi même confinée, elle doit se jouer !

Parmi les rendez-vous de cette année, dans un calendrier totalement bouleversé, la Ryder Cup à Whistling Straits pourrait tout de même avoir lieu... sans supporters. Une décision qui aurait finalement des atouts intéressants.

Café LPBB #5 : spécial rencontres avec des directeurs de golf

Dans cet épisode n°5, après plus de 6 semaines de confinement et avec une sortie du tunnel qui semble se rapprocher, nous avons convié 4 directeurs de golf pour nous raconter comment ils gèrent cette crise et ce qu'ils imaginent du retour des golfeurs sur leur parcours.