Quand il s’agit d’évoquer le golf féminin, beaucoup (trop) ne le voit qu’à travers ces jeunes golfeuses qui inondent Instagram dans des tenues aussi courtes que vos approches et que de (trop) nombreux sites se plaisent à relayer dans une rubrique qui leur est même dédiée. Mais combien d’entre vous ont déjà suivi un tournoi de golf féminin? Réellement, de bout en bout, comme vous le faites avec le circuit européen?

Les mêmes arguments ressortent invariablement pour justifier votre regard qui se porte ailleurs. Ce jeudi 13 juillet débute l’US Women’s Open et je vais vous expliquer pourquoi vous avez tort de l’ignorer. Alors préparez-vous à regarder, ou à trouver une nouvelle excuse!

1Les golfeuses ne sont pas assez puissantes

En bon mâle empli de testostérone, votre truc à vous c’est de voir plutôt Rory McIlroy cogner des drives à plus de 300m! Bon, vous l’avouerez tous les joueurs ne sont pas body-buildés comme Rory, c’est sans doute pour cela que la moyenne en 2016 sur le PGA Tour (total des joueurs) était aux alentours de 260m. Puisqu’on parle de nord-irlandais, prenons Graeme McDowell que vous avez sans doute pris plaisir à regarder lors de ses victoires à l’Open de France ou dans lors de son association avec Dubuisson en Ryder Cup. En 2016, sa moyenne au driving était identique à celle de la française Joanna Klatten sur le LPGA, environ 257m…

2Les golfeuses ne sont pas aussi précises

L’américain Colt Knost a été le joueur qui a touché le plus de fairways en 2016 avec une moyenne de 73.36%. Une moyenne qui l’aurait placé à la 47ème place sur le circuit LPGA d’un classement remporté par l’américaine Mo Martin (86%). Vous allez me dire, oui mais c’est parce qu’il tape plus fort donc un peu moins précis! La distance moyenne au drive de Knost en 2016 était de 246m…
En 2016, Lucas Glover a dominé le classement des greens en régulations avec 71.6%, il n’aurait pas terminé dans le Top20 de la saison du LPGA (Nordqvist 1ère avec 78.6%).

J’aime regarder particulièrement les femmes taper un hybride. C’est une blague de voir à quel point elles sont talentueuses avec ces clubs. Je suis même enclin à croire que Lydia Ko est meilleure que la vaste majorité des hommes dans des coups à 180m. GEOFF OGILVY

3Elles ne jouent pas assez vite

J’imagine que, dans ce cas, vous faites référence à leur routine. On ne va pas évoquer un Kevin Na, un Jordan Spieth ou même un Tiger Woods qui était loin d’être le plus rapide, mais j’imagine que vous ne comptabilisez pas le temps qu’a passé le joueur un peu plus tôt à chercher sa balle, ou à faire déplacer les spectateurs pour pouvoir la jouer. La plus grande régularité des femmes à être sur le fairway font qu’au final, elles ne perdent pas réellement de temps. La question à se poser est: “sont-elles plus précises parce que leur routine est meilleure?” 😉

4Elles font plus de putts

Spieth a terminé l’année 2016 avec une moyenne de 27.82 putts pour 76 rounds joués. Chez les femmes, c’est Lydia Ko qui a terminé en tête avec 28.31 pour 94 rounds joués.
La moyenne des putts pour des greens touchés en régulation est de 1.710 pour les meilleurs (Dustin Johnson et Jordan Spieth) contre 1.711 pour Lydia Ko…

5L’US Women’s Open n’a pas d’histoire

Ce tournoi est le plus ancien des Majeurs toujours joué par les femmes et ne date “que” de 1946. 2017 est la 72ème édition du Majeur que l’américaine Patricia Jane “Patty” Berg a été la 1ère à conquérir. Son nom ne vous dit probablement rien mais elle détient toujours le record de victoires en Majeurs avec 15 titres (Oui un de plus que Woods!).
Parmi les 71 titres déjà décernés, la française Catherine Lacoste – celle du crocodile – en a décroché 1 en 1967. Elle reste même à ce jour la seule amateur de l’histoire vainqueur de l’US Women’s Open.

6Ce sont toujours les coréennes qui gagnent

C’est vrai que la Corée du Sud domine sérieusement le golf féminin depuis le début des années 2010. Les 22 derniers majeurs ont été remportés, pour 10 d’entre eux, par des coréennes, et principalement une (Inbee Park 6 fois sur les 10).
Tiens, mais puisqu’on parle de domination, côté messieurs, les américains ont raflé à eux seuls la moitié des 22 derniers tournois du Grand Chelem…

7En tout cas, rarement une française!

En fait, une fois moins rare qu’un français! Chez les hommes, Arnaud Massy est le seul à être au palmarès d’un Majeur avec The Open 1907, il y a 110 ans. Chez les femmes, Catherine Lacoste peut compter sur une autre compatriote. En 2003, Patricia Meunier-Lebouc a décroché le Kraft Nabisco Championship (désormais ANA Inspiration) et réalisant ce qu’aucun tricolore n’a encore réussi dans l’histoire du golf moderne. Cette même année, elle termine 5ème du British Open et finit T11 et T13 dans les 2 autres majeurs.

8Les parcours des Majeurs ne sont pas connus

Exception faite de l’Evian Resort quand même j’espère! Si les golfeuses ne jouent pas l’Albatros, le parcours de l’Evian Championship (rappelez-moi au passage le majeur masculin qui se joue en France?!) reste un des bijoux de notre territoire, et pour le coup, on peut y voir les meilleures joueuses du monde!
L’US Women’s Open 2017 se joue au Trump National GC de Bedminster que vous aurez l’occasion de retrouver dans 5 ans pour le PGA Championship 2022 et le prochain Women’s British Open se joue à Kingsbarns, l’un des 3 parcours du Dunhill Links Championship sur l’European Tour.

9Même si je voulais, ça ne passe pas à la télé.

Certes les droits du golf féminin ont été acquis par Golf Channel en France, une autre chaîne que pour les hommes donc. Sauf que, cette année, Golf+ retransmet l’US Women’s Open en direct à partir de 20h00 chaque jour de jeudi à dimanche.
Vous pouvez aussi aller directement sur le site de usga.org qui suivra un groupe lors de chaque tour (Jeudi: Pettersen, Wie, Lincicome ; Vendredi: Thompson, Lewis, Henderson)
Et puis, ce n’est pas parce qu’on dit LE streaming que celui-ci ne fonctionne pas avec les femmes!

10Oui enfin, globalement, il y a moins de coups incroyables!

Ci-dessous, le Top10 des meilleurs coups de l’US Women’s Open 2015. On en reparle dans 3 minutes si vous le souhaitez! 😉

Alors toujours pas convaincu que ce tournoi, et le golf féminin, mérite votre attention?

Toujours pas envie de supporter Isabelle Boineau et Karine Icher, les 2 représentantes françaises au départ ce jeudi matin dans l’état du New Jersey parmi le champ de 156 joueuses?

Pas intéressé de savoir si Brittany Lang conservera son titre dans le tournoi le plus richement doté de la saison (5 M$)?

À vrai dire, à part la mauvaise foi, je ne sais vraiment pas quelle pourrait être votre excuse! 🙂

En Une: Danielle Kang (USA) vainqueur du KPMG PGA Championship 2017

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.