Cette semaine, les Européennes vont tenter de réduire l’écart du nombre de victoires au palmarès de la Solheim Cup (10-5). La 16e édition, du 13 au 15 septembre 2019, se déroule à Gleneagles en Écosse, le seul pays hôte qui a toujours vu l’Europe triompher dans les confrontations biennales face aux USA, aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Etat des lieux des forces en présence et des chances de succès des Européennes.

Expérience : Europe 1Up

Les Européennes totalisent 31 sélections sur 9 joueuses puisque seules la tricolore Céline Boutier, l’Anglaise Bronte Law et la Néerlandaise Anne Van Dam font leurs débuts dans cette compétition. En moyenne, plus de 3 participations en Solheim Cup par joueuse, ce qui garantit à la capitaine Catriona Matthew de pouvoir constituer des duos 100% expérimentés et surtout déjà testés.

On pense notamment à l’association entre la Suédoise Anna Nordqvist et Georgia Hall qui avait rapporté 2 points en 2 matches dans les sessions de foursomes en 2017. On se souvient aussi, malgré la fameuse mésaventure dans leur match de 4Balles en 2015, le duo Pettersen/Hull avait gagné en Foursome et en 4Balles.

De plus, avec les Espagnoles Ciganda et Munoz, l’Allemande Masson ou encore la Suédoise Hedwall qui honorent toutes leur 4e sélection, la maturité européenne est réellement au rendez-vous de cette édition.

En comparaison, leurs adversaires sont à la peine. L’équipe des USA affiche 18 sélections dont la moitié sur les seules Stacy Lewis* et Morgan Pressel invitées par leur capitaine Juli Inkster pour renforcer son groupe de 10 joueuses qualifiées automatiquement.

En plus de leurs 5 rookies (Nelly Korda, Megan Khang, Narina Alex, Brittany Altomare et Annie Park), 3 Américaines n’ont participé qu’à une seule édition : Danielle Kang, Jessica Korda et Angel Yin. Assurément Inkster devra composer des paires qui auront peu ou jamais joué ensemble, voire même totalement débutantes.


Flash :
Mardi matin 10/9, Stacy Lewis a déclaré forfait pour cause de blessure au dos et est remplacée par sa compatriote Ally McDonald qui fera ses débuts. Les USA perdent une joueuse d’expérience et défendront donc leur titre avec 6 rookies, soit la moitié de l’équipe.


L’atout expérience des USA est incontestablement sa capitaine. Juli Inkster participe à sa 12e Solheim Cup, 9 en tant que joueuse pour 5 victoires et sa 3e de suite en tant que capitaine. Invaincue dans ce rôle, ses capacités de gestion de l’équipe vont être sérieusement éprouvées alors qu’elle va encadrer la plus inexpérimentée des équipes américaines du 21e siècle.

Résultats de la saison : USA 1Up

Ni Américaines, ni Européennes n’ont remporté un seul Majeur en 2019. Jamais dans l’histoire de la Solheim Cup, cela n’avait été le cas lors de l’année où a lieu cette rencontre. Cependant sur les 5 Majeurs, avantage est donné aux USA puisqu’on dénombre 5 podiums (Thompson x2, Yin, N. Korda et Salas) quand l’Europe n’en a aucun parmi les membres de son équipe.

Pour les tournois de la saison régulière en 2019, sur le LPGA, les Européennes ont gagné à 2 reprises, avec les rookies Céline Boutier et Bronte Law, comme les Américaines avec Nelly Korda et Lexi Thompson (seulement !). Sur le LET, même si les joueuses de la bannière étoilée ne jouent que peu de tournois, Charley Hull et Anne Van Dam ont gagné chacune 1 tournoi.

Si on élargit les chiffres aux places d’honneur sur le seul circuit LPGA, les USA totalisent près de 2 fois plus de Top10 que l’Europe* (52 contre 30) en 2019 grâce notamment à Lexi Thompson (7 Top10 dont 1 victoire) et à Nelly Korda (9 Top10 dont 1 titre). Côté Vieux continent, les espagnoles Ciganda (8 fois) et Munoz (6) ont été les plus présentes dans le Top10 cette année.

* Chiffres relevés avant l’annonce du forfait de Stacy Lewis.

Individualités en Solheim Cup : A/S

Sur le papier qui est celui du Rolex Rankings, classement mondial féminin, les Américaines sont supérieures : 2 joueuses dans le Top10 mondial (Thompson 3e et N. Korda 10e) et 3 de plus dans le Top20 (Salas 16e, Kang 17e et J. Korda 18e) alors que seule Carlota Ciganda (13e) y figure pour l’Europe. Pour autant, ces classements ne font pas nécessairement la différence lors de la session des simples du dimanche.

Ainsi, Lexi Thompson n’a pas gagné en simple depuis 2013 (match partagé en 2015 et 2017), Stacy Lewis n’a jamais gagné son face-à-face lors de ses 4 sélections précédentes (3 défaites et 1 nul), Angel Yin et Jessica Korda ont partagé leur seul match solo joué en Solheim Cup. On le sait, le match play, d’une part, lors de ces confrontations par équipes, d’autre part, offre toujours un contexte particulier qui rend indécis chaque match.

Dans l’histoire, si la tendance a régulièrement été favorable aux USA lors de la session des simples, cela tend à s’équilibrer au cours des dernières années puisque, en cumulé lors des 4 dernières éditions, les 2 équipes ont marqué 24 points chacune, à l’image du 6-6 lors de l’édition 2017.

Côté chiffres de la saison (LPGA uniquement), en s’intéressant aux 2 meilleures joueuses, 1re Américaine et 1re Européenne, sur différentes statistiques, le match reste toujours équilibré entre les représentantes des 2 équipes :

USA

Données

Données

EUROPE

Scoring average

Nelly Korda

69,810 69,763

Carlota Ciganda

% Driving accuracy

Lizette Salas

80,8 77,3

Anna Nordqvist

Driving distance (yards)

Angel Yin

281,733 284,148

Anne Van Dam

% Greens in regulation

Nelly Korda

76,8 75,7

Jodi Ewart Shadoff

Putts par GIR

Brittany Altomare

1,763 1,761

Carlota Ciganda

% Sand saves

Megan Khang

57,38 61,64

Céline Boutier

 

Gleneagles, Ecosse : Europe 1 Up

Jouer à domicile devant ses supporters présents en majorité a plutôt été un avantage pour l’équipe hôte. L’Europe a glané 4 de ses 5 victoires lorsqu’elle jouait chez elle – tout en y perdant à 3 reprises (1996, 2007 et 2015). Sur ces 4 succès, 2 ont été acquis en Ecosse (1992 et 2000) sur les 2 seules éditions jouées dans ce pays.

C’est à nouveau en Écosse, sur le PGA Centenary à Gleneagles dessiné par Jack Nicklaus, que se joueront les 28 matches de la Solheim Cup 2019. Le Par72, en terres européennes, ne sera donc pas un Links et, par les coups de crayon du champion américain, aura plutôt des allures de parcours rencontré habituellement sur le LPGA.

Pour autant, on se rappelle que les Américains n’y avaient pas brillé en 2014 lors de la Ryder Cup sur ce même parcours. Ils n’ont remporté que les 2 sessions de 4Balles (2,5-1,5 à chaque fois) en étant dominé par ailleurs pour une défaite finale de 16,5 à 11,5.

Pour les joueuses de cette Solheim Cup 2019, difficile d’avoir des points de repère puisqu’aucune compétition ne s’y est disputée récemment exceptés les Championnats d’Europe par équipe l’été dernier (2018). Des 24 joueuses, Georgia Hall est la seule ayant participé à cette épreuve (associée à Dame Laura Davies, les Anglaises ont été éliminées en 1/2 finales).

Il n’empêche qu’entre la chaleur du coeur des Écossais, le climat très tempéré peu coutumier pour les américaines et un pays qui n’a guère porté chance aux USA, l’Europe se voit ainsi affublée de quelques atouts supplémentaires dans leur conquête d’un 6e succès en Solheim Cup.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.