vendredi 3 juillet 2020

Découvrez le 1er episode du PODCAST #LPBB

L'émission golf par la Team a été lancée le jeudi 4 juin pour vous proposer un nouveau rendez-vous à écouter 2 fois par mois : débats, invités, regards sur le golf et bonne humeur !

Francesco Laporta : “ce serait fantastique d’être dans l’équipe européenne en Italie”

L'Italien, vainqueur de l'ordre du mérite 2019 sur le Challenge Tour

Interview originale en Anglais disponible ci-dessous

Grâce à 2 victoires sur le Challenge Tour dont le Grand Final à Majorque, Francesco Laporta a terminé 1er de l’ordre du mérite 2019. En possession d’une catégorie pleine sur le Tour Européen pour cette année, l’Italien retrouve à nouveau l’élite 4 ans après une premiere tentative (2016). Cette fois, Francesco Laporta se sent mieux préparé et prêt à relever les challenges qu’il s’est fixés.

Bonjour Francesco, comment avez-vous commencé le golf ?
J’ai commencé à jouer vers 13/14 ans avec mon père lorsque nous étions en vacances en Afrique du Sud. Cela a été tout de suite un coup de coeur !

Vous avez démarré votre carrière professionnelle sur le Sunshine Tour. Pourquoi ce choix ?
J’ai essayé de passer professionnel en Europe via l’Alps Tour (il a participé à 4 tournois entre 2009 et 2011 sur l’Alps Tour) mais sans obtenir ma carte. Peu de temps après, en Afrique du Sud, j’ai obtenu un droit de jeu sur le Sunshine Tour grâce à un birdie sur le dernier trou des qualifications.

Quelles sont les principales différences entre le Sunshine Tour et le Challenge Tour ?
L’herbe et le design des parcours. Sur le Sunshine Tour, il y a 2 types d’herbe différente. Quand nous jouons à Johannesburg, l’herbe est plus “spongieuse” alors que sur la côte, c’est un mix de Bermuda. En Europe, nous jouons sur un type d’herbe complètement différent. Côté parcours, ils sont très longs et large sur le Sunshine Tour alors que sur le Challenge Tour, ils sont plus courts et étroits.

Vous avez réalisé une magnifique saison en 2019 (7 top5 dont 2 victoires). Avez-vous changé quelque chose dans votre jeu ou votre préparation ?
J’ai changé ma façon de m’entraîner lors des parties de reconnaissance. J’essaie avant tout de me préserver physiquement. J’ai aussi beaucoup travaillé mon swing et mon mental avec un coach spécialisé. C’était vraiment bénéfique.

L’an dernier, vous avez signé un Top10 (T7) lors de l’Open d’Italie qui est aussi une épreuve Rolex Series. Qu’en avez-vous retiré ?
C’était une bonne expérience et je suis certain que cela m’a apporté lors de mes débuts sur le Tour Européen ensuite. C’était intéressant de pouvoir déjà se comparer avec les grands champions et ressentir la vie parmi l’élite. Cela m’a aussi donné plus de confiance pour les tournois qui ont suivi (Francesco gagne la semaine suivante le Hainan Open en Chine sur le Challenge Tour puis la finale de la saison 3 semaines plus tard – ndlr)

Vous avez déjà joué une saison sur le Tour en 2016. Est-ce que cela va vous servir pour cette année ?
J’ai certainement appris beaucoup lors de cette première année sur le Tour européen. Déjà, ce que j’ai vécu m’a beaucoup aidé lors des 3 saisons suivantes sur le Challenge Tour. En 2016, je savais que je n’étais pas prêt, donc j’ai surtout observé et appris des champions que je côtoyais.

En janvier, le mois dernier, à Abu Dhabi, vous êtes leader après 2 tours, et vous jouez en dernière partie le dimanche. Finalement vous terminez T17. Déçu de ce résultat ?
Cela n’est s’est évidemment passé comme je l’avais espéré mais j’ai fait un super tournoi. Jouer en tant que leader ou en dernière partie pendant le week-end a été une bonne expérience. Je vais sûrement pouvoir m’appuyer dessus pour la suite de la saison.

© Francesco Laporta

Quel est votre objectif pour 2020 ? Garder votre carte ?
Pas seulement, je me suis fixé plusieurs objectifs pour 2020. Evidemment conserver un droit de jeu plein pour la saison prochaine. Il y a aussi la qualification pour représenter l’Italie lors de Jeux Olympiques à Tokyo. Le 3e objectif est de participer à un Majeur.

Quels sont les points forts de votre jeu ?
Je réalise des très bonnes mises en jeu, même si c’est plutôt apparu comme mon point faible ces dernières semaines. Et selon les statistiques, j’ai aussi un très bon petit jeu autour des greens. 🙂

Avec la victoire de Francesco Molinari à The Open en 2018 et l’édition 2022 de Ryder Cup à Rome, pensez-vous que le golf se développe en Italie ?
Il semble oui même si le nombre de licenciés n’est pas encore très élevé (91165 en 2018 -ndlr). Toutefois je remarque que les gens sont plus nombreux à connaître le golf et on me pose souvent des questions.

Pensez-vous à la Ryder Cup en 2022 ?
C’est assurément un rêve et ce serait fantastique d’être dans l’équipe européenne en Italie.

Nos chaleureux remerciements à Francesco Laporta pour son temps et sa disponibilité. En lui souhaitant le meilleur pour cette année et les suivantes ! 🙂


Interview réalisée en exclusivité pour LPBB – Original interview made by LPBB


Francesco Laporta won the Order of Merit title on the Challenge Tour in 2019. The Italian player won twice last year including the Grand Final in Mallorca. His first two victories in his professional career guaranteed him a full category on the European Tour. Four years after a first try among the elite, Francesco is feeling now more confident and ready to pursue great goals.

Hi Francesco, how did you get into golf?
I started playing golf in South Africa when I was a teenager. I was there on vacation, and my dad asked me if I wanted to try. It was love at first sight.

You have started your professional career on the Sunshine Tour in 2013. Why there?
Before we tried the Sunshine Tour I tried to turn pro in Europe, I tried the Alps Tour but without any success. Shortly after I went to South Africa and with a birdie at the last hole I was able to win the card for the Sunshine Tour.

Could you tell us the main differences between the Sunshine Tour and the Challenge Tour?
The grass and the design of the golf courses. On the Sunshine Tour, there is a two different types of grass. When we play in Johannesburg we play on a more spongy grass while on the coast, it is a different mixture of Bermuda. We often play on a completely different type of grass in Europe. The golf courses are very long and wide on the Sunshine and in Europe they are shorter and tighter.

You had a great season in 2019 (7 top5 with 2 wins). Did you change something in your game or your preparation?
I changed the way I train during the practice round. I am always trying to preserve physical fatigue. I did also a good job on the swing and a good job with a mental coach. That was really important!
Embed from Getty Images

Last year, you finished T7 in your national Open which is also a Rolex Series tournament. How did you experience it?
It was a good experience and I am sure it has helped me for the start of my new season on the tour. It was great to compare with the big champions right away and start getting used to this lifestyle. It certainly gave me a certain amount of confidence for the subsequent tournament. (Francesco won the week after in China on the Challenge Tour and the Grand Final of the season 3 weeks later – ndlr)

About learning, what did you get from your first season on the European Tour in 2016?
I certainly learned a lot during my first year on the Tour. What I’ve experienced helped me for the next three years on Challenge Tour. In 2016 I knew I wasn’t ready, so I took advantage to learn from the best by watching them.

In Abu Dhabi last month, you led the tournament after 36 holes and then you played with in the final group on Sunday. You ended T17. Disappointed by this result?
It certainly didn’t go as I hoped, but it was a great tournament. Playing as a tournament leader during the last two days has been a good experience. I will certainly benefit from it for the rest of the year.

What is your goal for 2020? Keep your card?
Not only. I have several goals for this year, and I certainly have to keep my full category for the next season. But I want also be qualified for the Olympics in Tokyo. I would like also participate to a major.

What are the strengths of your game?
I have a very strong tee-shot, although it was kind of my weak point these last weeks. And according to the statistics I have a good short game around the green. 🙂

With Molinari’s victory at The Open 2018 and the Ryder Cup 2022, do you think golf is growing in Italy?
It looks like it is but the number of members are not on our side (91.165 golfers in 2018 – ndlr). But still I have noticed that now many people know golf and often ask me for information.

And do you think about the Ryder Cup in 2022?
It is definitely a dream and it would be wonderful to play Ryder Cup in Italy.

Many thanks to Francesco Laporta for his availability. We wish him a great season and many dreams to become real! 🙂

Newsletter gratuite

Lisez nos publications quand vous le souhaitez (4 emails / mois maxi)

Votre mail ne sera jamais communiqué à des tiers, partenaires ou non du blog.
Marc
Marc
Pour Marc, le golf véhicule de nombreuses valeurs: (éternelle) remise en question, humilité, joie, déception, motivation. Le golf, c’est aussi prendre du plaisir en jouant et, en même temps, découvrir des sites magnifiques. Descendu jusqu’à 11 de handicap, il est aujourd’hui à peine plus haut mais comme il dit : « c’est comme ça le golf, on peut toujours fait mieux ! » Spécialités: Homme de terrain (Interviews), développement du golf et graphiste pour les besoins du blog

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Le PGA Tour tremble à nouveau

Après Nick Watney, un deuxième joueur du PGA Tour, Cameron Champ, a révélé avoir été testé positif au Coronavirus. Le calendrier prévisionnel du circuit américain est-il en danger ?

La 3e édition de la Beachcomber Golf Cup enfin déconfinée !

Après 12 semaines d’interruption due à la pandémie qui a contraint les golfs à fermer leurs portes, la Beachcomber Golf Cup repart pour une troisième édition dans une trentaine de clubs dans toute la France.

Parlez-vous clubmaking et clubfitting ? Le vocabulaire à connaître

Arnaud, nouveau contributeur LPBB, clubmaker et clubfitter indépendant vous propose un tour d'horizon du vocabulaire golfique lié à votre swing et à vos clubs. 

Café LPBB #6 : spécial rencontres avec les greenkeepers

Un 6e épisode en 2 parties qui donne un coup de projecteur bien mérité à 4 professionnels du terrain qui ont continué de travailler pendant tout le confinement pour vous proposer des formidables terrains de jeu partout en France à votre retour.

Arnaud Maurin, clubmaker et fitteur, rejoint LPBB

Arnaud est clubmaker et fitteur et rejoint LPBB pour partager ses connaissances et son savoir-faire avec tous les amateurs de matériel. Interview.