lundi 10 mai 2021

Tour Européen : entre incertitudes et projections

Focus sur un mois de Novembre exceptionnel

L’actualité est ainsi faite que parfois le tourbillon qu’elle engendre est difficile à maitriser, si ce n’est impossible. Je vous propose un un léger backspin des actualités European Tour du mois de Novembre pour mieux anticiper le futur. En route vers le futur donc ! 

Traditionnellement, le mois de Novembre sur le Tour Européen, c’est le mois jackpot avec les fameux Rolex Series. Et malgré un tas de pépettes à gagner, les champs de joueurs n’étaient parfois pas en relation. Cette année, Covid oblige, la saison du Tour Européen ressemble à un gloubi-boulga. Des annulations de tournois en série remplacés par des tournois modestes, mais des tournois tout de même. Et comme cette saison est particulière, là où en Novembre, on ne devrait parler quasiment exclusivement que de jeu, c’est l’actualité qui fait la une en ce moment. Retour sur un mois de Novembre qui n’a ressemblé à aucun autre.

1ère semaine de Novembre

Le calendrier du Tour européen semblait se figer sur 37 tournois et 4 Rolex Series (au lieu de 45/47 tournois et 8 Rolex). Patatra, annonce d’un nouveau tournoi à Dubaï, sur l’autre parcours du golf du DP World que j’ai eu la chance de jouer.

2 tournois programmés la même semaine, chose pas si courante suscitant une légère incompréhension au début. C’est finalement une excellente nouvelle pour tous les joueurs (on y revient un peu plus bas).

2ème semaine de Novembre

Preuve de l’exceptionnel, avec un Masters programmé en Novembre, votre blog préféré a même lancé son podcast quotidien. Ce tournoi a vu Dustin Johnson – en mode char d’assaut – revêtir la fameuse veste verte et doublant ainsi son nombre de victoires en majeurs. Victoire  auréolée d’un paquet de nouveaux records à son actif (la liste est trop longue pour être citée). Habitué à son style détaché, on a finalement découvert non seulement l’image de Wolverine (avoue, il lui ressemble) mais surtout celle d’un être humain sensible et touchant qu’il cache parfaitement sur un parcours.

 

3ème semaine de Novembre

On commence par la confirmation de la présence des 5 premiers joueurs actuels de la Race au DP World : Reed, Fleetwood, Morikawa (et oui), Westwood et Victor Perez bien entendu.

Dans la foulée, annonce était faite des 4 premiers tournois de la saison 2021 commençant donc à Hong Kong à partir du 14 Janvier.

Pour les non-initiés, la diffusion – toujours pas faite ce jour – du planning du 1er semestre 2021 était attendue pour Juillet/Août 2020 : je vous laisse tirer votre propre conclusion quand à la bonne santé du Tour Européen… Ce qui est confirmée la semaine suivante ! 😉

 

4ème semaine de Novembre

Semaine de folie ! On a commencé par l’éventualité de l’annulation du WGC Mexico : information non confirmée pour l’instant mais pas démentie non plus. L’histoire serait assez drôle, si avec un Trump sur le départ, le WGC Mexico l’était aussi. 😉

Au même moment, Pascal Grizot – qui deviendra le futur président de la FFGolf le samedi 5 décembre – annonçait les discussions entre le PGA Tour et la FFGolf quant à l’éventuelle organisation d’un grand tournoi itinérant sur le sol Européen.

Aujourd’hui nous sommes loin d’une fusion entre les deux tours. Keith Pelley (Octobre 2019)

L’actualité Covid revenait en tête de pont avec l’annonce de la ré-ouverture des golfs en France (avec des limitations malheureusement) et ce vendredi 27 Novembre a vu une journée peu ordinaire. Il y a eu d’abord cette information peu reprise mais, sachez-le, le Tour Européen a publié ses comptes.

Comme d’habitude, en écoutant le discours du boss du Tour Européen – Keith Pelley – voici un résumé à peine truqué : blabla … strongest ever … blabla . Et même si certains indicateurs sont effectivement strongest ever, c’est aussi le cas pour les pertes opérationnelles en 2019 (somme du chiffre d’affaire moins de la somme des dépenses) ! En attendant, même si tu n’es pas blonde mais que tu t’y connais un peu en rapport annuel anglais, fais-moi signe au plus vite.

Ensuite, en octobre 2019, Pelley déclarait auprès du Figaro : “Nous sommes un tour différent du PGA Tour. Nous sommes beaucoup axés sur l’innovation. Nous jouons dans 17 pays différents. Les meilleurs Européens sont basés essentiellement aux US. Les sept plus gros tournois sont aux Etats-Unis. Quand Tony Finau et Billy Horschel sont venus jouer en Europe à Wentworth, on ne les a pas payés. Ils voulaient expérimenter un tournoi du tour européen. Aujourd’hui nous sommes loin d’une fusion entre les deux tours. Il faut du temps pour créer un circuit mondial. C’est plus complexe que je ne l’avais imaginé. Et ce n’est pas encore pour demain.”

Ensuite, annonce était faite de l’alliance, du partenariat, bref de la NON fusion – comme l’a répété à maintes reprises Keith Pelley – entre le PGA Tour et l’European Tour. Je vous le disais, dur de se rappeler que DJ gagnait le Masters il y a 3 semaines seulement.

Et maintenant ?

Cette semaine 2 tournois sont donc au programme. L’un à Dubaï commençant ce mercredi et l’autre en Afrique du Sud débutant ce jeudi. Près de 250 joueurs au total dont 18 Français avec, pour certains, l’objectif de jouer la finale du DP World où les 60 meilleurs joueurs de la Race to Dubaï seront qualifiés. On est déjà certain de l’absence de 5 joueurs (Oosthuizen, Ancer et Finau qui seront sur le PGA Tour, Rahm et McIlroy ayant annoncé leur pause) et on peut douter de la présence de Im ou Scott. De fait, à minima les 65 premiers joueurs de la Race seront qualifiés. L’heure de sortir la projection, non ?

Suite au test positif de Romain Langasque (actu du 2 décembre 2020), et sauf changement de dernière minute, il ne devrait pas être présent au DP World. De fait, on devrait probablement remonter au 66è minimum.

Soyons clair, la projection n’est rien d’autre qu’une règle de trois avec toute la limite de l’exercice (surtout quand 2 tournois se jouent en même temps). Actuellement 97% des points de la Race ont été distribués et le 66è actuel (mister Jamieson) a 494 pts  … Abracadraba … en lui ajoutant 3%, on obtient 510 points.

Vous trouverez ci-dessous les résultats que devront faire les joueurs français à Dubaï ou en Afrique du Sud pour atteindre ces fameux 510 points. Perez et Rozner sont assurés d’y être, Hébert quasiment. On espère une bonne nouvelle pour Pavon à minima.

Projections R2D 2020 - Tour européen

La semaine prochaine, je vous parlerais des fameux critères de qualification qui sont un peu dans le flou actuellement. Avec un top20 de la Race habituellement qualifié au WGC Mexico (mais aura-t-il lieu ?) et un top30 offrait une qualification pour The Open… Mais sachant que la dernière édition n’a pas eu lieu, le top30 de la Race fin 2019 devrait aussi être qualifié. Vous l’avez compris, il y a encore quelques incertitudes 😉

 

Gurvann
Gurvann
ET, Ryder Cup & référence absolue pour le classement mondial et ses projections Devenu golfeur dans un autre millénaire (à Pléneuf Val André) et vivant maintenant tout près du Golf National, la Ryder Cup est devenue un centre d'intérêt. Aimant la programmation, c'est donc tout naturellement que je me suis passionné pour le classement mondial et le classement Ryder Cup... On est fou ou on ne l'est pas ! 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Ligue Unibet LPBB 2021 : résultats Canary Islands Championship

Les résultats et le général de la Ligue Unibet LPBB qui récompense le vainqueur de la semaine du Canary Islands Championship 2021.

Inesis 900, du faire-savoir au savoir fer !

Envie d'en savoir plus sur la série combo des fers Inesis 900, les clubs dédiés aux joueurs experts ?

Avoir ou ne pas avoir d’objectifs au golf ?

Fixer un objectif n’a rien de naturel ni d’évident pour chacun et chacune d’entre nous mais il semble toujours important de savoir pour quelles raisons nous faisons les choses.

Rory McIlroy : comment rallumer la flamme ?

A 32 ans alors qu'il retombe 15e mondial, Rory McIlroy dit qu'il a besoin d'une étincelle pour retrouver ce qu'il pense avoir perdu.