Spieth - Masters 2015 - 1ere manche du Grand ChelemÀ propos des 4 tournois du Grand Chelem, le jeune texan soulignait : “Tu ne peux pas tous les gagner (la même année), si tu ne gagnes pas les 2 premiers.” Plus facile à dire qu’à faire. Depuis que le golf est golf et que les 4 Majeurs sont le Masters, l’US Open, The Open et le PGA Championship, ils ne sont que cinq joueurs à avoir levé les 2 premières manches du Grand Chelem. Des légendes de la petite balle blanche, pour la plupart : Craig Wood (1941), Ben Hogan (1953), Arnold Palmer (1960), Jack Nicklaus (1972) and Tiger Woods (2002) !
Cependant, au terme de la saison, aucun n’était détenteur des 4 trophées. Alors Jordan Spieth peut-il être le premier joueur à accomplir cet exploit ? Et serait-ce une bonne chose pour lui ?

Plus souvent, 2 sans 3…

Ben Hogan - The Open 1953 - Grand Chelem
Ben Hogan – British Open 1953 (AP Photo/Dennis Lee Royle)

Des 5 précédents, seul Ben Hogan a réussi à enchaîner la passe de 3 consécutifs en remportant le British Open sur le Links de Carnoustie en 1953. Pour une histoire de calendrier et de tournois se chevauchant, il n’a pas participé au PGA Championship, perdant ainsi l’occasion de réaliser le Grand Chelem (à noter que le dernier Majeur se disputait encore en Match Play, format utilisé jusqu’en 1958).

En 1941, pour cause de 2ème guerre mondiale, The Open n’a pas eu lieu et les 2 Majeurs de Craig Wood resteront d’ailleurs les seuls de sa carrière.
En 1960,ur le Old Course de Saint-Andrews (parcours du prochain The Open), Arnold Palmer échoué de peu en terminant second avec 1 coup de retard sur l’australien Kel Nagle (son seul Majeur).
Même “punition” pour Jack Nicklaus en 1972, 2ème à -5 derrière Lee Trevino (-6) à Muirfield.
En revanche, sur ce même parcours en 2002, Tiger Woods ne sera, lui, jamais aussi proche d’une 3ème levée que ses prédécesseurs, notamment en raison d’un dernier tour en 81. Un score rare pour lui… À cette époque ! 😉

Du 16 au 19 juillet 2015, Jordan Spieth va donc tenter d’égaler Ben Hogan, et dans une autre mesure, Tiger Woods, l’autre unique golfeur à avoir remporté 3 Majeurs la même année (US Open, The Open et PGA Championship 2000). Du haut de ses “bientôt” 22 ans (le 27 juillet), Spieth peut-il triompher dans la mecque du golf ?

Saint-Andrews, un parcours favorable

old-course - Saint Andrews -Ecosse
Old Course – St Andrews

Le kid de Dallas en fait sa priorité à venir : “Je suis désormais tourné vers la Claret Jug (trophée de The Open -ndlr-)”. Vaincre l’Old Course devant 155 autres joueurs n’est évidemment pas chose aisée… Et ce, quels que soient ses résultats lors des 2 premiers actes du Grand Chelem !
Cependant le choix du parcours par l’USGA pour l’US Open 2015 vient d’offrir une répétition plus qu’intéressante à Spieth. Avec ce 2ème Majeur, son 3ème titre cette saison, il confirme sa capacité à gagner sur tout type de terrains : “Avec cette victoire, je me suis prouvé que je pouvais gagner sur un parcours de type Links, sans le comparer toutefois aux véritables links britanniques.”  

Avant Chambers Bay, le jeune prodige américain aurait pu aborder le prochain Majeur sur la base de ses 2 précédentes participations : T44 en 2013, T36 en 2014. À première vue, des résultats moyens mais en y regardant de plus près, on y trouve des motifs d’encouragement. En 2013, au soir du cut, il est à égalité avec Mickelson après 2 mêmes cartes que son aîné : 69-74. Avec 75 et 76 les samedi et dimanche, il terminera 13 coups derrière le futur vainqueur. L’année suivante, il est à 15 coups de McIlroy au final mais joue 140 (67-73), soit un coup de plus que le nord-irlandais pendant le week-end. Il sait donc qu’il peut rivaliser avec les meilleurs sur ces parcours et la victoire de dimanche ne peut que renforcer à la fois sa confiance et son mental déjà solide pour le faire pendant 4 tours !

The Open 2015 aura donc lieu à Saint-Andrews et on pourra y voir un signe que, depuis l’après-guerre, le Old Course est le parcours qui recueille le plus de victoires américaines (7) parmi tous les parcours concernés par la rotation. Dernière chose, tous les vainqueurs à Saint Andrews depuis 1970 ont tous été très performants sur le parcours d’Augusta au moins une fois dans leur carrière (Top3 minimum). On peut donc réussir sur ces 2 types de parcours très différents.

Le Grand Chelem, la 4ème dimension

wanamaker-trophy-pga-championshipEn partant du postulat d’une victoire lors du prochain British, Spieth se présenterait alors mi-août à Kohler dans le Wisconsin (USA) pour tenter de décrocher le dernier trophée du Grand Chelem.

Mais la question n’est pas seulement de savoir s’il peut remporter le PGA Championship dans un contexte qui serait hautement médiatique et avec une pression incroyable sur ses épaules. C’est aussi de se demander si cela serait profitable à la suite de sa carrière ?

Il réussirait à 22 ans et, après 3 années de professionnalisme, là où les plus grands avant lui ont donc échoué. Ce qu’il faisait d’ailleurs remarquer au soir de l’US Open : “Je pense que le Grand Chelem est quelque chose que je ne pouvais imaginer réalisable par quiconque. J’ai regardé Tiger si souvent, et lui n’a jamais pu le faire alors qu’il a tellement gagné. Je me suis toujours dit que si quelqu’un devait y arriver, ce serait lui, et il le peut encore (sic) !

Lorsque Woods remporte sa 2ème veste verte en 2001, il vient de réaliser l’exploit de gagner les 4 Majeurs à la suite (US Open, British et PGA Champ 2000) ! Si ce “Tiger Slam” est certes impressionnant, il n’en était pas moins dans la continuité de la domination du Tigre depuis 4 ans. Le Masters 2001 est sa 25è victoire, dont 6 Majeurs, depuis 1997 ! Quand l’année suivante, il est, lui aussi, à mi-chemin du Grand Chelem, il a empoché 5 tournois de plus, y compris le Masters et l’US Open donc.
Jack Nicklaus, en 1972, avait déjà accumulé 11 Majeurs et 31 autres victoires avant le British de cette année là.
Si le Masters et l’US Open remportés par Arnold Palmer en 1960 sont “seulement” ses 2ème et 3ème Majeurs, il totalise déjà 14 titres sur le PGA Tour par ailleurs.

Gagner tout, mais pas tout de suite…

Jordan Spieth a si “peu” gagné jusqu’ici. 2 Majeurs certes mais il n’a que 2 autres titres : John Deere Classic 2013 et Hero Challenge 2014. Naturellement, il n’y aurait pas usurpation du texan à accomplir le Grand Chelem dès cette année car cela signifiera qu’il a été le meilleur lors de chaque épreuve. Mais ensuite… De quoi pourrait-il rêver pour les années suivantes ? Comment peut-on appréhender ensuite chaque tournoi du “quotidien” avec appétit et envie ? Il en est d’ailleurs conscient : “Je suis juste excité par cette opportunité qui se présente, mais je ne veux pas penser à ce qui pourrait arriver après.”

Il lui resterait évidemment de multiples records à battre, à commencer par les 18 Majeurs de Nicklaus mais le Grand Chelem est un objet de fantasme et de convoitise qui perdrait sans doute un peu de sa magie à être gagné si tôt dans la carrière prometteuse de Spieth. Car plus que le Graal en lui-même, la légende s’est surtout écrite au travers des nombreuses histoires liées à la quête de cet objet mythique, sans que personne ne s’en empare réellement.

Alors, s’il te plaît Jordan, raconte-nous des histoires quelques années encore ! Le Grand Chelem peut bien attendre…

 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.