Woods-Haney
Hank Haney – Tiger Woods

Sur le parcours, ou au club-house, on a tous rencontré un jour ou l’autre des joueurs qui n’étaient pas avares de conseils sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire. Dans certains cas, vous comprenez rapidement qu’il vaut mieux faire ce qu’il dit et un peu moins ce qu’il fait… 😉 Toutefois, quand ces suggestions sont celles de Hank Haney (Coach de Tiger Woods de 2005 à 2010), vous pouvez aisément penser que même si vous ne l’avez jamais vu jouer, il a une crédibilité plutôt certaine.

Au travers d’un article paru sur Golf Digest, Haney nous incite à repenser notre stratégie sur le parcours pour augmenter nos chances de réaliser un meilleur score. Et, pour aller encore un peu loin dans ces réflexions, j’ai sollicité l’avis des amis de chez PlayingGolf, Nicolas Allain et Julien Xanthopoulos, coachs et consultants pour la chaine Golf+.

Selon Hank Haney donc, il ne faut plus :

  1. Choisir son Bois3 pour plus de régularité
  2. Tomber à sa distance favorite pour le coup suivant
  3. Viser au plus près du drapeau
  4. Chipper depuis le pré-green

1Toujours jouer votre driver !

Hank Haney part du postulat que de nombreux joueurs préfèrent taper un Bois3 pour mettre correctement la balle en jeu. Mais il souligne qu’en réalité les joueurs d’index moyen tapent à peu près leur Bois3 comme leur Driver… Avec un résultat donc identique mais 20 à 25m plus court !
Il explique qu’il est d’autant plus difficile d’avoir un bon contact avec son Bois3 que la surface de la tête du club est plus petite que celle d’un driver et que le tee sera placé plus bas.

Donc, à moins qu’un obstacle d’eau ou un hors-limite ne soit en jeu, privilégiez votre driver et acceptez les conséquences d’une trajectoire parfois aléatoire pour avoir le bénéfice de la distance parcourue. Car, même si vous tapez parfaitement votre Bois3 avec précision, la distance qu’il vous restera à parcourir vous fera peut-être perdre l’avantage d’être effectivement sur le fairway.

Logo_PlayingGolfNous ne sommes pas tout à fait d’accord avec M. Haney. Certes, ce conseil était très répandu quand les 2 clubs avaient une taille sensiblement identique à l’époque des Persimmons et que les progrès technologiques ont permis de niveler la différence entre les deux… Mais il n’en reste pas moins que le driver reste un club très problématique pour un grand nombre d’amateurs. En leçons, il est même très commun d’avoir des joueurs qui ont beaucoup de mal avec le driver mais qui sont très à l’aise avec un bois 3 ou 5, qui donnent instinctivement plus l’envie de swinguer et moins l’envie de forcer que le driver. Et dans ce cas, n’en déplaise à Mr Haney, un bois 3 bien tapé ira toujours plus loin qu’un driver mal tapé ! Donc si vous n’êtes pas à l’aise avec le bois de parcours, je suis d’accord avec son conseil de prendre son courage à deux mains et de taper le “big stick” mais si vous êtes en confiance avec votre bois 3 ou même 5, prenez ce club car la confiance fera la différence !

2Être le plus près possible du Green

L’idée de vouloir placer sa balle à une distance “favorite” pour le coup suivant est, selon Hank Haney, un mythe issu probablement de notre manière de regarder le golf à la télévision. Il explique que ce genre de stratégie est suivi par un joueur professionnel sur un Par5 mais, 99 fois sur 100, si les joueurs ont la possibilité d’être au plus près du green sans risque, ils opteront pour ce choix.
En plus, statistiques du PGA Tour à l’appui, Haney justifie ce point car, en moyenne, plus les joueurs sont proches du green, plus proches du drapeau ils terminent sur le coup suivant.

Donc, même si vous accordez une confiance totale à votre Fer7 pour trouver le green, vos scores sur le long terme s’amélioreront si vous allez le plus loin possible à chaque coup. Il est toujours préférable de jouer un wedge, plutôt qu’un long fer.
Les seules exceptions? Comme précédemment, quand un tel long coup pourrait vous amener dans un obstacle, des hautes herbes, ou encore que cela vous ferez jouer le coup suivant dans une pente difficile.

Logo_PlayingGolfEntièrement d’accord !
Et pour avoir une idée sur les statistiques, on vous recommande l’excellent livre de Mark Broadie : “Every Shot Counts!” 

3Jouer le centre du green

Là encore entre les images des pros à la télé et l’apport des nouvelles technologies, telles que le télémètre, qui nous permettent de savoir qu’il nous reste précisément 127m jusqu’au drapeau constituent un piège dans lequel Haney recommande de ne pas tomber.
En effet, pour lui, nombreux sont ceux qui ne frappent pas à la même distance avec un même club de manière constante. Il précise ainsi “Lorsque vous croyez savoir que votre Fer8 correspond à 125m, en réalité la plupart de vos coups seront plus courts, aussi mieux vaut utiliser les distances ‘Milieu de green’ et ‘Fond de green’ pour savoir quel club jouer de préférence”.
Son conseil, lors de votre prochaine partie, oubliez la distance au drapeau et suivez le principe suivant : jouer le centre du green quand le drapeau est à l’entrée, et légèrement au-delà du milieu du green quand le drapeau est au fond.

L’objectif devient ainsi de viser et tomber sur la partie la plus large du green et de vous laisser une chance de ne faire que 2 putts. Car Haney explique que lorsque vous jouez le centre du green, vous le manquez moins souvent et vous vous trouverez alors moins souvent dans une situation d’approche-putt qui peut mettre même les pros en difficulté.

Logo_PlayingGolfParfait! En effet, quand on prend la mesure du drapeau, on a la vision unique de celui-ci. En général, on en oublie les obstacles et les conditions de jeu. Faites des parties sans le drapeau et sans votre télémètre et vous constaterez alors que cela force à observer plus attentivement les contours du green et à réaliser une prise d’informations plus complète. Au final, vous ferez de faire des choix stratégiques plus cohérents, comme nous l’expliquons dans la vidéo d’un de nos exercices!

4Putter dès que vous le pouvez

Avouez-le… Le temps que vous passez au practice est rarement consacré au petit jeu et au putting. En tout cas, pas dans une durée proportionnelle au nombre de phases de jeu que vous rencontrez sur le parcours. Et parce que Hank Haney le sait, il conseille d’oublier alors chips et autres pitchs depuis les fairways superbement entretenus autour des greens.
Sa recommandation est simple, pour la majeure partie des joueurs du week-end, il vaut mieux choisir de putter depuis ces endroits car, en moyenne, vous obtiendrez un meilleur résultat qu’une tentative de coup roulé ou de coup lobé.
Les greens-keepers facilitent de plus en plus cette stratégie en tondant souvent court autour des greens donc, si les conditions vous laissent un coup possible sur une herbe rase, utilisez votre putter.

Toutefois, comme le souligne le coach américain,  même si vous savez déjà comment putter, il est utile de s’entraîner un peu avant votre partie pour bien sentir ce genre de coup: déposez quelques balles sur la partie pré-green du practice et essayez de ressentir la vitesse qu’il faut donner à votre putt pour passer cette zone et rouler sur le green ensuite. Votre plus mauvais putt sera toujours meilleur que votre plus mauvais chip !

Logo_PlayingGolfEncore une fois c’est un conseil plus que recommandé de la part de Mr Haney. Quand on veut faire un chip précis, on a besoin d’un bon contact ET de trouver le bon dosage, donc de deux éléments si l’on peut dire.
Le putter? En facilitant le contact, et même on ira jusqu’à dire en le garantissant, vous pourrez vous concentrez uniquement sur le dosage pour un gain de précision énorme. Après, comme pour le coup de départ, si votre contact au chipping est excellent, n’hésitez pas à chipper! Mais si vous avez le moindre doute, putter vous permettra de jouer beaucoup plus relaché!

Alors, votre avis sur ces conseils de Hank Haney? Certains faisaient-ils déjà partie de votre stratégie? Et sinon, envie de les essayer ce week-end? 😉

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.