Ce dimanche du Masters 2017 a tourné en véritable Match-Play sur les greens d’Augusta. La dernière partie qui réunissait Sergio Garcia et Justin Rose a livré son plein de superbes, de suspens, de renversements de situation, de guerre des nerfs et d’émotions pour offrir la consécration tant attendue à l’espagnol. Enfin!

Mais Augusta est déjà fini. En guise de conclusion de cette 81e édition, mes coups de coeur, les bonnes surprises, les beaux coups de golf d’un côté, mes déceptions et les ratés de l’autre. Voici donc les Tops et les Grattes du Masters 2017 ! 🙂

Top Sergio Garcia 

71-69-70-69. Le seul joueur avec 4 cartes sous le Par. 7 bogeys pour 14 birdies et 1 eagle sur la semaine et surtout, il ne s’est pas désuni lorsqu’il a eu ce coup de moins bien au début du retour (Bogey aux 10 et 11). Il sauve magnifiquement le Par au 13 apres s’être mis à la faute avec son driver et nous gratifie de 3 coups parfaits pour l’eagle au 15 qui lui permet de revenir à hauteur de Rose. Aux 16 et 18, il a des putts plus difficiles (gauche-droite en descente) que la distance au trou ne laisse penser. Mais que dire de ses 2 coups de fer sur le 18 (denier trou + playoff), si ce n’est qu’ils frôlent la perfection au moment où cela compte le plus. Sa joie et son émotion étaient contagieuses. Au passage, il bat l’un des records à Augusta que l’on avait annoncé sur le blog avant le tournoi.
Dernier fait amusant, dans l’histoire du Masters, 3 fois un espagnol a été leader/co-leader après 3 tours et 3 fois il a gagné: Ballesteros (1980), Olazabal (1999) et Garcia donc.


>> [Lire/relire] On se lève tous pour Sergio

Top Justin Rose

Sergio Garcia a aussi brillé parce son partenaire du jour a été excellent. On peut même presque se demander pourquoi la veste verte a finalement échappé à Justin Rose ce dimanche. Calme et tranquille, il a saisi les occasions quand elles étaient là (birdies 6-7-8 puis 15-16) mais il manque étrangement le coche sur les 2 derniers trous. Il a même donné l’impression d’avoir “perdu” trop tôt apres son putt raté au 18, alors que l’espagnol devait encore jouer. Est-ce parce qu’il est encore “surpris” d’avoir toujours une chance qu’il manque son drive en playoff? Et ce coup de recovery est apparu sans audace (et un poil raté) dans un moment aussi critique. Quoiqu’il en est, c’est forcément partie remise pour l’anglais car il a la panoplie complète pour gagner à Augusta.

Gratte Jordan Spieth

Le vainqueur du Masters 2015 a fini comme il a commencé… Mal! Une carte de 75 en ouverture (et dimanche) mais les conditions du 1er tour étaient difficiles, beaucoup d’autres ont souffert. Ses 69 et 68 à suivre, avec une série de 29 trous consécutifs sans bogey, nous ont fait pensé logiquement qu’il serait à la lutte pour le titre. Mais Spieth n’a jamais été dans le coup. Il passe l’aller en +2 et surtout il nous gratifie d’une balle dans l’eau sur le meme trou 12 que l’an dernier qui tend à prouver que ses démons n’ont pas complètement disparu. Ses 3 birdies en 4 trous lui permettent toutefois de terminer T11.

Top Thomas Pieters

thomas-pieters-europe-ryder-cup-2016Ouaouh! La Belgique tient (encore) un sacré joueur avec Pieters. La dernière Ryder Cup nous avait déjà donné de sérieuses confirmations sur son talent. Et pour son 1er Masters, son 3ème Majeur, il termine dans le Top5 avec une ultime carte de 68, soit 1 coup de mieux que Garcia et Rose sur cette journée. Une série de 4 birdies de suite du 12 au 15. Son bogey du 16 l’empêche d’être sur le podium (et sa carte de 75 samedi d’être dans la bagarre finale) mais il réalise une vraie et belle performance en s’affichant comme une valeur sûre chez les joueurs européens des prochaines années. Une excellente nouvelle pour la Ryder Cup 2018!

Gratte La nouvelle génération américaine 

En dehors de Spieth, on attendait quand même mieux des Rickie Fowler, Justin Thomas et autre Russel Henley. Vainqueur au moins une fois sur le PGA Tour cette saison, on pensait les voir plus souvent aux avant-postes. Tout n’a certes pas été mauvais, Fowler etait 3ème après le Moving Day avant de louper son dimanche (76). Henley et dans une certaine mesure Koepka finissent aussi T11 après leur 69 final mais on ne les a pas vraiment vu. Justin Thomas termine à +2, Daniel Berger +3.

Top Le trou 16

Ce Par3 devient un véritable phénomène à lui tout seul et va être “the place to be” le dimanche. L’année dernière, on avait vu 3 trous en un le dimanche (et en bon supporter tricolore on ajoutera le chip de Langasque ?). Dimanche, Matt Kuchar a vécu ce moment magique avec le 1er ace de l’américain en Majeur qui signera d’ailleurs la meilleure carte du jour (67). Sur 28 trous en un réalisés au Masters, desormais 19 l’ont été sur ce seul trou 16!

Gratte Phil Mickelson

Contrairement à 2016, le gaucher aux 3 vestes vertes a passé le cut mais il ne signe qu’une seule carte sous le Par en 4 jours. 16 bogeys, 2 doubles sur la semaine et un niveau de jeu souvent loin de son dernier Open Championship. Peut-être espérait-on plus que de raison de Lefty parce que c’était Augusta et le Masters? Après tout, Mickelson n’a plus gagné, en individuel, depuis bientôt 4 ans et son titre à Muirfield (The Open 2013).

Top Fred Couples 

Il est vrai que la tradition du Masters d’offrir une exemption à vie pour jouer le Masters est parfois injuste. Elle laisse sur le carreau quelques joueurs aux portes du Top50 au détriment d’anciennes gloires qui ne font qu’un passage éclair lors des 2 premiers tours. Toutefois quand cette gloire s’appelle Fred Couples, ce dernier fait honneur a son invitation. Jugez plutôt! Vainqueur en 1992, il a réalisé sur ses 23 participations suivantes 2Top3, 4 Top10 (sans inclure les Top3) et 7 Top20 (sans les Top10) et seulement 3 cuts manqués. A 57 ans, il termine T18 cette année et devient le 4ème golfeur de l’histoire à jouer 72 trous au Masters (29 fois).

Gratte Danny Willett

On le sait, il est difficile d’enchainer un bon résultat au Masters en tant que tenant du titre mais Danny Willett a fait plus qu’être dans la difficulté. Il ne realise que 3 birdies lors des 2 premiers tours (et un eagle) pour 6 bogeys, 1 double et même un quadruple. Il manque le cut, ce qui n’etait arrivé que 4 fois sur les 25 dernieres années (Mike Weir, le dernier en 2004).

Top Le site web du Masters

On est tout proche de la perfection en terme de couverture d’un événement sportif: vidéos, interviews, conférences de presse, reportages, vue aérienne de chaque trou, tracking temps réel de tous les joueurs, statistiques en tout genre. Bref, une mine d’or pour tout ceux qui veulent ne rien manquer du tournoi (ou pour les blogueurs qui ne sont pas sur place par exemple ?). Si en plus, vous trouvez le moyen de vous géolocaliser aux USA, vous pouvez suivre le direct chaque jour sur votre ordinateur. Le Top!

Alors d’accord ou pas? Et vous, quels sont vos Tops et vos Grattes de cette édition 2017?

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.