Crédit photos : Alexis Orloff

2 petits mois se sont écoulés depuis la fin de la Ryder Cup, il était temps après le billet concernant les journées d’entrainement de poursuivre avec les journées de matchs. 🙂

Vendredi 28/9

On y est. Les journées d’entrainement terminées, la Ryder Cup commence enfin. La veille, j’apprends de ma team leader que je serais au départ du 12 ainsi qu’un de mes collègues. Le blog ayant déjà maximisé ma renommée, nul besoin pour moi d’apparaître à la télé. Je laisserais donc mon partenaire indiquer les lignes pour nos collègues de tombée de drive, je m’occuperais du public près du départ. Si vous regardez les replay de la Ryder Cup (durant les fêtes), c’est mon partenaire qui tient la pancarte silence sur la caméra du départ du 12 ;-).Bénévole - Ryder Cup 2018

Depuis 3 jours, on voit une importante foule mais avec des départs du 1 et du 10 lors des entraînements, cette sensation s’en trouvait amoindrie.

Il est 5h30, et c’est la claque. Tout est blindé : le parking, le bus ou le contrôle de sécurité. Fort heureusement pour les volontaires (et pour les médias) travaillant pour la Ryder Cup, un coupe file nous permet de franchir au mieux cette marée humaine. Passage rapide au QG des volontaires, et il est 6h, je suis en poste.

Au moment de l’ouverture des portes au public, nouvelle claque : il fait nuit noire et je vois des flashs de smartphones avancer à vive allure vers la tribune du 1 (ils ne bougent pas seuls mais bon je ne vois pas leurs propriétaires 😉 ). 10 minutes de fractionné pour atteindre le Graal, la tribune de 6500 places. La Ryder Cup, c’est un autre monde. 17 minutes plus tard, la tribune est pleine … Dingue !

Je me remets en chauffe pour les « Need some help? Besoin d’aide ? » mais il y a moins de demandes : les spectateurs commencent à connaître le parcours. La question essentielle en cette heure matinale est plutôt « où est le café le plus proche ? »

Malheureusement, au départ du 12, tu es loin de tout (en particulier de la restauration et des toilettes). L’idéal serait de faire demi-tour pour aller au village Est, mais cette idée est vite écartée par les spectateurs.

Les joueurs sont encore un peu loin du départ du 12 mais sonne la 1re alerte. A une petite dizaine de mètres, j’entends le bruit sourd d’une balle tomber : comme lors du dernier HNA  Open de France et le départ du 7 loupé par Justin Thomas, Brooks Koepka fait de même et rate très fort à gauche.

C’est en fin de soirée qu’on me parlera de l’incident avec l’oeil d’une spectatrice (la balle de Koepka au trou 6). L’occasion d’un débat qui est vain pour moi : j’adore le golf pro grâce à la proximité qu’on peut avoir avec les joueurs. Si, pour des raisons de sécurité, on devait m’éloigner des joueurs aussi bonnes soient elles, ça serait une déception pour moi.

Le temps passe, et la foule grossit. Je me demande si on ne pourrait pas faire une Ola géante partant du green du 10 jusqu’au green du 12 en passant par le green du 11. Très majoritairement assise le long de ce green, grand ou petit, la foule profite du magnifique spectacle. Encore merci Hubert pour ton golf !

Une petit coup d’oeil sur l’écran géant, la 1re partie de la matinée est en train de taper le 2e coup sur le 10.  Il est temps de faire son hôtesse de l’air : consignes de sécurité, téléphones en silencieux, ne pas pousser sur les cordes, le public est au top ! A propos d’hôtesses, quelques énergumènes du Sud-Ouest me demanderont même de déplacer les représentantes d’Emirates positionnées au départ. Sans succès et pour cause, je n’ai même pas tenté à vrai dire. La Ryder Cup, c’est du spectacle mais c’est aussi des sponsors.

Ca y est enfin, la 1re partie est là et l’excitation aussi. Assis le long des cordes à regarder les spectateurs pour être certain qu’il n’y aurait pas de problème, je vois à peine les joueurs. Mais quand Justin Rose – le champion olympique – rentrera un chip-in monumental depuis le rough qui borde le green de mon trou, à défaut de voir les joueurs, la foule, je l’entends.

Après le passage des 4 parties, sportivement pour l’Europe, c’est dur. 3 parties européennes sont Down mais le tandem Rose et Rahm est Up. Il est un peu plus de midi, fin de la journée de travail. Déçu du score, mais le temps de se restaurer et d’acheter une radio, on pense à autre chose.

J’étais un peu inquiet en apprenant que RMC gérait la radio de la Ryder Cup. La voix de Romain Bouchenot m’a rassuré. En réalité, la Ryder Cup, c’est plus une question d’émotion que de technique. Et je l’ai ressenti cette émotion. Bravo !

Ce vendredi après-midi restera marqué dans ma mémoire (et dans les livres aussi). A quelques kilomètres de Versailles, c’est royal tellement l’Europe domine. Du jamais vu : la 1re fois que l’Europe remporte 4 à 0 les foursomes, et avec un écart jamais vu. Requinqué le Gugu.  🙂

Fin de soirée, il faut rentrer. le staff du terminal de bus Est est exceptionnel. Les volontaires vous mettent la banane et sont géniaux. Espérons que les touristes qui seront venus garderont cette image plutôt que celle des gilets jaunes en ce moment.

Demain, je serais affecté à la sortie de ce même trou mais entre le green du 12 et le 13 avec une petite grasse matinée, le temps d’aller voir du jeu avant ma prise de service.

Samedi 29/9

Il est toujours aussitôt, il fait toujours aussi frais mais toujours aussi heureux. Histoire de voir un peu de jeu, je me positionne à la tombée de drive du 3. Entre temps, la tribune du 1 est encore plus vite remplie. C’est dingue.

La veille, je me lamentais des tenues moches des joueurs européens. Et là, je ne sais pas si c’est pire, mais en tout cas, ce n’est pas mieux. Passer par une entreprise italienne pour faire des tenues aussi moches, c’est à désespérer. A quand des tenues européennes sympas ?USA - EUROPE _Ryder Cup 2018

Armé de jumelles, je devine Tiger au départ. Les commissaires et les cadets tendent leurs bras sur la gauche, la balle va être pour nous. Suite à l’incident de la veille, je prends la liberté de prévenir les personnes qui m’entourent que la balle se dirige vers nous. Elle finira une petite dizaine de mètres courte. Un spectateur me « grondera » car la balle n’était pas sur nous : ne dîtes rien s’il n’y a pas de risque. Lol mon ami. 😀

Alors que Reed est à l’eau (beaucoup plus court), Woods n’en a que faire et joue son coup avant Reed. Equipe américaine ? Mon oeil. Tiger Woods reste Tiger Woods : une individualité. Il sera très intéressant de voir son comportement en tant que capitaine (et probable joueur) de l’équipe US lors de la Presidents Cup.

Comme expliqué dans mon précédent billet, le travail est toujours aussi simple : un seul petit hic avec un spectateur me disant que le fait de fermer les cordes est débile. Rien d’autre à noter. Facile je vous dis.

Fin de service, et hop, repas. Je me presse pour rejoindre des amis au trou 2. Et de nouveau, l’Histoire est là. Le matin, on a failli faire un 8 à 0 pour l’Europe ce qui aurait été inédit. Mais l’Histoire, c’est Garcia – Noren vs Watson-Simpson qui se présentent au départ du 2. 120 mètres et quelques ploufs plus tard, ce Par3 sera partagé à 6. Partagé, pas concédé. L’Albatros me fait peur. Mais aux pros aussi visiblement.

Direction le 11 maintenant. Comme souvent lors de cette Ryder Cup, le spectacle n’est pas seulement sur le green mais autour. Entre les tribunes qui se répondent à coup de « Europe », dans mon cas, c’est un écossais en kilt qui se met à parler et à chanter. Son accent à couper au couteau m’empêchera de tout comprendre, mais 2 minutes après, les Gardiens de la Galaxie puis la foule lui répondent en écho. Dix minutes plus tard, ce sont les « Frères Jacques » et les « Viva Espana » qui sont entonnés par la foule. C’est pas l’Open de France !

Si vous écoutez ou lisez les médias spécialisés, on a déjà évoqué une éventuelle nouvelle candidature de la France. Cette Ryder Cup a été exceptionnelle en tout point. Je pense qu’il y a peut être 2 choses à améliorer : D’abord les déchets. C’était vraiment crade. Pas assez de poubelles ou trop de ‘je m’en foutisme’ des spectateurs ? Je n’en sais rien. Mais il faudra trouver quelque chose. La seconde, c’est le practice. S’il était évidemment pratique pour les joueurs, le public, lui, était un peu trop loin des joueurs et sur le côté, on manque de hauteur. En dehors de cela, je le redis, exceptionnel !Tribune Practice - Golf National - Ryder Cup 2018

Pour Dimanche, je devrais être au départ du 1. Un dernier jour en forme d’apothéose probablement.

Dimanche 30/9

Même si je commence plus tard, j’y suis toujours aussi tôt, et être affecté au 1 à proximité de Marco (vous savez, l’homme qui se fait offrir un putter signé Sergio Garcia par Thomas Bjørn), c’est le summum !  😉 Passage Départ du 1 - Golf National - Ryder Cup 2018

Le défilé des stars commence : pas de tapis rouge certes, mais notre très beau goudron ou bitume (j’suis pas spécialiste) accompagné d’une barrière humaine de commissaires, c’est juste superbe. Je vois encore moins le jeu mais l’ambiance, j’en profite. Les 12 parties passées, il est temps de rejoindre ma belle et un ami au 8.

Et une fois de plus, on est assis et c’est toujours aussi sympa. Beaucoup de Pars sont au programme. Entre 2 parties, ma chérie tente de me piéger avec une question Ryder Cup : pourquoi sur les casquettes en particulier les étoiles du drapeau américain sont à droite ? Je sèche…
Réponse : donner la notion de conquête car les étoiles sont inversées. Raté les mecs !

L’après-midi sera relativement sereine même si, sur les coups de 15 heures, un court moment de stress pointera son nez quant à un possible Medinah à l’envers. Aussitôt imaginé, aussitôt écarté.

L’apothéose est en approche : la victoire de Molinari (avec son déluge de bières, la disparition des marques de départ du 16 remplacée par les pancartes silence), le Poulter qui se transforme en boîte aux lettres, Fleetwood qui n’a de cesse que de se recoiffer (l’Oréal parce que je le vaux bien) et on termine par le putt donné de Noren. Complètement dingue !Tommy Fleetwood - Europe - ryder Cup 2018

Histoire d’avoir quelques souvenirs, je passe par le merchandising du village Ouest. C’était le ‘Black Friday’ en avance. Non, pas qu’il y ait des tonnes de promotions qui se battent en duel. Mais surtout, ce sont des rayons vides qui occupent l’espace. Presque plus rien à vendre. Tout est parti à vitesse grand V. Probablement un des meilleurs chiffres de vente à n’en pas douter.

Cette fois ci, c’est vraiment la fin. Une dernière photo pour l’histoire. 7 années d’attente pour 6 jours de spectacles, c’est trop court mais cette Ryder Cup aura été exceptionnelle à tout point de vue.

Un énorme bravo à Hubert Chesneau pour ce parcours ainsi qu’à Pascal Grizot, Alejandro Reyes et Paul Ian Armitage et toutes les équipes pour leur travail de dingue. Merci à vous de m’avoir permis de vivre cette émotion. On compte sur vous pour 2030.

Merci à Canal+ pour avoir proposer tant d’heures d’antennes en clair pour populariser notre sport. C’est en entendant les trémolos dans la voix de Fabrice Tarnaud – un habitué de ce genre de compétition – ou ceux de Pascal Grizot, que je me rends encore plus compte de la chance que nous avons eu d’assister à ce spectacle.

Pour le blog aussi, cette semaine a été totalement dingue. On s’est donné à fond pour que vous ayez les infos les plus pertinentes au meilleur moment et vous avez aimé visiblement. Nous avons triplé notre fréquentation. Si en nous lisant, vous vous êtes sentis une fibre de blogueur, n’hésitez pas à nous rejoindre. Pas obligé d’écrire un paquet d’articles, mais c’est en commençant petit qu’on devient grand. Le blog a fêté ces 6 ans, le cadeau serait sympa si vous veniez nous rejoindre.

Et comme nous ne sommes plus qu’à quelques jours de Noël, voici une petite liste de shopping thématisé Ryder Cup :

  • Un livre sur la Ryder Cup de 1927 à 2018 écrit par le duo Laurent Louët / Lionel VELLA du Figaro Golf.
  • Egalement Ryder Cup, l’histoire intégrale (version réactualisée) écrit par Nick CALLOW avec une préface de Thomas Levet.
  • Le Hors Série du Journal du Golf disponible en ligne ou dans les kiosques.
  • Le film officiel qui est disponible à l’achat (attention, il me semble uniquement en anglais) ou en diffusion sur Golf+.

Et pour finir, on peut souhaiter d’excellentes fêtes en avance aux abonnés Golf+ : Rediffusion intégrale de la Ryder Cup avec un programme exclusif Canal+ contenant beaucoup de séquences inédites et intimes. Le titre provisoire est « Une Famille » mais s’il devait changer, pas d’inquiétude, on vous tiendra au courant.

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.