vendredi 24 septembre 2021

Retour aux affaires courantes

16/09/2020 - Lacoste Ladies Open de France - Golf du Médoc Resort Crédit Photo : A.S.O./Timothé Renaud

Après un été animé par les majeurs européens et l’épreuve des Jeux Olympiques, les meilleures Européennes et Américaines ont enchaîné avec leur confrontation biennale. Cette 17e édition de la Solheim Cup qui a été remportée brillamment par le Vieux Continent était l’ultime rendez-vous notoire de l’agenda 2021. Sur le LET et/ou sur le LPGA, les proettes vont désormais en découdre dans les tout derniers tournois pour terminer la saison.

Ladies Open de France sur le LET

Contrairement à son homologue américain, le Ladies European Tour avait des épreuves à son calendrier ces quatre dernières semaines. Deux épreuves en Suède, dont le Didriksons Skafto Open remporté par la Française Pauline Roussin-Bouchard, puis le VP Bank Swiss Ladies Open le week-end dernier que s’est adjugée la Thaïlandaise Atthaya Thitikul.

Cette semaine (16-18 septembre), place au Lacoste Ladies Open de France qui accueille 108 joueuses sur le parcours des Châteaux au Golf du Médoc. Avec 300.000 euros de dotation, le tournoi se disputera sur 54 trous où la tenante du titre Julia Engström sera absente. La Suédoise, nouvelle pépite Scandinave vainqueur à deux reprises en 2020, qui visait d’ailleurs l’équipe européenne de Solheim Cup, traine une blessure au dos depuis l’hiver dernier et n’a pas joué un seul tournoi cette année.

Le bataillon de talents suédois sera tout de même encore bien représenté pour cette dernière édition de l’Open de France au golf du Médoc. Elles seront onze au départ dont Maja Stark vainqueur début septembre à domicile (Creekhouse Ladies Open).

C’est une autre vainqueur d’un tournoi récent en Suède qui sera dans le champ de cette édition 2021. Pour la première fois de sa carrière, Pauline Roussin-Bouchard jouera l’Open de France, son 4e tournoi professionnel, avec un certain Alexander Levy sur son sac.

Elle est l’une des 22 tricolores annoncées cette semaine parmi lesquelles on citera Agathe Sauzon, Agathe Laisné, Céline Herbin et, cerise sur le gâteau, Céline Boutier. La Française, vainqueur de sa seconde Solheim Cup, aura à coeur de faire au moins aussi bien qu’en 2019 (2e) terminant loin derrière une certaine Nelly Korda qui avait survolé l’épreuve (-15).

Les spectateurs pourront également profiter de l’entrée gratuite pour suivre Emily Kristin Pedersen, la Danoise héroïne de la Solheim Cup qui a apporté le point de la victoire aux Européennes.

Le soleil se lève à l’Ouest

Le LPGA reprend cette semaine (Cambia Portland Classic du 16 au 19 septembre) alors que le circuit mondial féminin était en pause depuis la fin du Women’s Open (22 août), dernière épreuve du Grand Chelem remportée par Anna Nordqvist.

De ce côté-ci de l’Atlantique, quelques joueuses de la récente rencontre USA-Europe font aussi leur “rentrée” sur le LPGA alors qu’il ne reste plus que huit tournois avant la fin de la saison. Le Cambia Portland Classic (16 au 19 septembre) comptera dans ses rangs les Américaines Yealimi Noh, Brittany Altomare, Jennifer Kupcho, Austin Ernst et Mina Harigae ainsi que l’Espagnole Carlota Ciganda.

La tricolore Perrine Delacour tentera, elle, de grignoter quelques places au classement de la Race to CME Globe où elle pointe actuellement 71e. Le CME Tour Championship (18-21 novembre) qui clôture la saison du LPGA est réservé aux 60 premières du classement général.

Ce 23e tournoi de 2021 comptera parmi les dernières chances pour les Coréennes de renouer avec le succès. Au delà de leur inefficacité en Majeurs (0 victoire pour la 1re fois depuis 2010), les stars asiatiques n’ont surtout remporté à ce jour que trois épreuves du calendrier, soit trois fois moins que leur moyenne depuis 2015.

Cette semaine, les meilleures golfeuses du monde entament leur sprint final d’une année que l’on peut déjà qualifier d’exceptionnelle avec la confirmation de talents venus de tous pays : l’Américaine Nelly Korda, la Philippine Yuka Saso, l’Irlandaise Leona Maguire ou encore la Française Pauline Roussin Bouchard. Vivement la suite !

 

Lionel
Installé à Stockholm depuis 2015, Lionel est spécialiste en Marketing digital. Il a le style vestimentaire de Henrik mais plutôt le swing de Marcel. Il s'éclate toutefois depuis 2012 avec La Petite Balle Blanche, car il n'y a vraiment que sur son blog qu'il arrive à jouer en régulation ! Spécialités : golf féminin, archives et records du golf, rédac´chef

4 Commentaires

  1. Bravo Lionel👏👏 enfin des articles sur le golf féminin si fort et pourtant méconnu voire même méprisé par certains ignares…
    J’adore LPBB rare news que je ne rate jamais !!
    Continuez et merci beaucoup.
    Bien cordialement,
    Eve

    • Merci beaucoup Ève de votre message et de votre fidélité ! 🙏
      Nous sommes bien d’accord avec vous que le golf féminin mérite bien plus alors c’est toujours avec beaucoup de plaisir que l’on apporte notre pierre à leur visibilité. 🤗

  2. Enfin de l’information golfique de qualité ! . Depuis une dizaine d’années , j’ai découvert le golf féminin grâce à l’Evianchampionship . Depuis , je vais à Evian tous les ans (en tant que commissaire ) , je me suis abonné à Golf Channel , et cerise sur le gâteau , je découvre…La Petite Balle Blanche ! J’en apprend un peu plus sur le golf féminin , que j’adore , et je suis devenu un “groupie ” de ces dames !

    • Merci Meini de votre très sympathique commentaire. Bienvenue sur La Petite Balle Blanche alors 😉 et continuer de supporter les golfeuses. Elles le méritent !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Les USA tapent du poing d’entrée

Les USA ont dominé la session des foursomes en remportant trois matches sur quatre. La session des 4 balles. à venir est déjà crucial pour l'Europe.

Ryder Cup : Place aux premiers Foursomes !

De la logique, de l'espéré et de l'inattendu dans ces premiers matchs de la compétition.

Whistling Straits : mi-ange, mi-démon

Avec des faux airs de Links irlandais, Whistling Straits en bordure du lac Michigan sera l’hôte de la 43e Ryder Cup. Un parcours aussi splendide que redoutable.

Retour aux affaires courantes

Avec le Ladies Open de France sur le LET et le Cambia Portland Classic sur le LPGA, les proettes entament la dernière ligne droite de leur saison.