Le final du Masters 2018 était attendu comme un dimanche où l’Europe accuse 3 points de retard avant les 12 simples d’une Ryder Cup. Et pour beaucoup, de ce côté-ci de l’Atlantique, avec l’espoir d’un retournement de situation « Medinesque » dans le match play « Hazeltinien » qui opposait Patrick Reed à Rory McIlroy. Mais l’américain a tenu fort et bon autant que le nord-irlandais a été loin de compléter un Grand Chelem de carrière. Bilan de la 82ème édition sur le parcours de l’Augusta National avec les traditionnels coups de coeurs et déceptions diverses du premier Majeur de l’année.

Top Patrick Reed

69-66-67-71. « Cap’tain America » a pris le commandement du tournoi après 36 trous suite à une journée où il avait tout de même signé 9 birdies dont 6 du 1 au 9. Il a ensuite confirmé lors du Moving Day alors qu’il jouait son premier face-à-face du week-end avec l’australien Marc Leishman. Ce dernier, si bon jusque là, a été désarçonné par l’américain qui a enchainé notamment 2 eagles sur les Par5 du 13 et 15. Avec 3 coups d’avance au départ du dernier tour, Reed est d’abord apparu tendu par l’enjeu ouvrant son dimanche avec un bogey. Mais l’eagle manqué de McIlroy sur le Par5 suivant qui aurait mis les 2 hommes à égalité après 2 trous seulement a certainement aidé Reed, sentant le nord-irlandais finalement aussi fébrile. L’américain est bien resté dans sa partie et son birdie sur le Par3 du 12 s’est avéré déterminant pour la suite, et celui sur le Par3 du 14 décisif pour garder à distances ses partenaires de Ryder Cup Jordan Spieth et Rickie Fowler. A 27 ans, Patrick Reed remporte son 1er Majeur pour sa 5ème participation. Il permet également aux américains de détenir les 4 trophées du Grand Chelem.

Gratte Rory McIlroy

La veille du dernier tour, il a évoqué attendre cette opportunité depuis un moment tout en confiant qu’il avait beaucoup appris de son effondrement de 2011 alors qu’il était en tête du Masters. On l’a pensé fin prêt pour ce rendez-vous en se rappelant notamment sa domination lors du dernier tour du Arnold Palmer Invitational qu’il venait de gagner. McIlroy ne s’est pas effondré, il s’est juste lentement effrité trou après trou, trahi par un niveau de putting trop faible pour les greens d’Augusta. Il termine avec une carte finale de 74, la seule au-dessus du Par parmi tous les joueurs du Top15. Le Grand Chelem de carrière devra attendre, encore 364 jours au moins, possiblement bien plus…

Gratte  Nos espoirs déçus

Contrairement à l’an dernier avec Garcia et Rose, la dernière partie de la journée n’a pas été à la hauteur de nos espoirs. Ceux d’un duel de la même veine que celui dont les 2 protagonistes nous avaient régalé à Hazeltine lors de leur match de simple à la Ryder Cup 2016. Il n’en a rien été au-delà des 3 premiers trous, la faute en partie à Rory dont le jeu s’est désagrégé, signant 5 bogeys le dimanche contre 4 au total sur les 54 premiers trous. A grand renfort de photos et de vidéos souvenirs de ce match de Ryder Cup et de l’édition à venir en Septembre au golf National, on s’est logiquement mis en mode match play… Là est sans doute un peu notre erreur en tant que spectateur et passionné d’avoir voulu voir ce dernier tour à travers le prisme d’un seul duel quand il faut simplement profiter du spectacle et de la magie toujours délivrés par les meilleurs golfeurs mondiaux sur l’un des plus beaux parcours du monde.

Top Rickie Fowler

Il est prêt à gagner un Majeur selon ses déclarations à l’issue du tournoi, et on est aussi prêt à le croire tant ses 2 derniers tours ont été éblouissants. 65 le samedi et 67 le dimanche, un bogey lors du week-end, sa seule erreur sur 36 trous, celle qui le fait terminer 2ème à 1 coup de Patrick Reed. Son dernier putt pour birdie, et garder encore l’espoir d’un playoff, est une démonstration du mental du garçon. Quant à son jeu, pas grand chose à redire, tant Fowler est un joueur complet. Son 7ème Top5 sur les 17 derniers Majeurs joués est aussi son meilleur résultat au Masters. Rickie gagnera certainement un Majeur prochainement, reste à savoir lequel sera le premier.

Top Jordan Spieth

On a beau nous expliquer que son putting n’est pas si bon que ça, que sa précision sur les coups de fer n’est pas parmi les meilleures du circuit. Oui, les statistiques le prouvent mais Spieth semble « taillé » pour se forger un palmarès impressionnant en Majeurs avec le Masters en haut de la liste. Leader pour la 9ème fois en 5 participations, soit autant que Tiger Woods depuis 1997, après 18 trous, il pointait toutefois à 9 coups de Patrick Reed avant le dernier tour. Sans cet ultime bogey sur le 18 à cause d’une mise en jeu ratée, il égalisait le record du parcours (63) détenu conjointement par Greg Norman et Nick Price. Au final une carte de 64 qui le place 3ème à 2 coups de son partenaire de Ryder Cup et le mauvais sort sur le Par3 du 12 enfin conjuré le dimanche avec la manière en signant un birdie, le 6ème de ses 9 réalisés dans cette journée. Spieth à Augusta, c’est donc T2 – 1er – T2 – T11 – 3è ! Wow!

Gratte Tiger Woods 

C’est un bilan partagé quand on évoque Tiger Woods pour son retour au Masters. Le simple fait que son compteur de participations au Masters ne soit pas resté bloqué à 20 est en soit une nouvelle aussi bonne qu’inattendue. Mais ses résultats dans les semaines précédant son arrivée à Augusta nous avait laissé croire à beaucoup mieux cette semaine. Une seule carte sous le Par, celle du dimanche (69), seulement 3 birdies mais aussi 2 bogeys sur les Par5 lors des 3 premiers tours, et même 2 balles dans l’eau lors 2 premiers tours sur le 12. Il n’a jamais réellement trouvé la mesure de ce parcours qu’il connaît si bien pourtant et c’est ce qui lui vaut cette « gratte ». Tiger termine T32 (+1), soit son deuxième moins bon résultat professionnel au Masters après la place de T40 en 2012.

Top Rahm, Stenson et autres européens

La désillusion de McIlroy ne doit pas effacer quelques bonnes satisfactions des joueurs de l’Europe. Certes les américains trustent le podium mais Jon Rahm signe une belle 4ème place alors que c’est seulement son 2ème Masters. Henrik Stenson réalise sa meilleure performance (T5) à Augusta en étant l’un des 3 seuls joueurs, avec Reed et Oosthuizen, à repartir avec 4 cartes sous le Par. Fleetwood, qui n’avait à son actif que 2 tours à Augusta avant cette année après le cut manqué en 2017, signe un Top20 (-4) aux côtés de Justin Thomas. Ses 2 compatriotes Justin Rose et Paul Casey (T12/-6) sont à 1 coup du Top10 avec un dimanche en 65 pour Casey. Toujours inquiet pour la Ryder Cup ? En 2016, Danny Willett a remporté le Masters et il y avait 7 autres européens dans le Top10 contre 5 américains. Pas la peine de vous rappeler qui l’a emporté ? 😉

Top Doug Ghim et son papa

L’américain Dough Ghim termine meilleur amateur de cette 82ème édition du Masters en décrochant la 50ème place (+8 total). Seul des 6 non professionnels au départ à passer le cut, les quelques images aperçues l’ont été après quelques jolis coups comme ses 2 eagles sur le 13 (1er et 3ème tour). Ce n’est pas la meilleure performance d’un amateur mais les scènes de joie délivrées par son père, caddie pour la circonstance, ont été rafraichissantes. Cela nous rappelle à quel point le golf est avant tout un jeu et combien père et fils ont su profiter de ce moment. La magie d’Augusta ! 🙂

Top Les coups exceptionnels

Il est parfois dit qu’Augusta est si dur et demande tellement de justesse dans son jeu que le parcours peut faire passer des professionnels pour des simples amateurs. Il restera tout de même de cette édition quelques coups fantastiques qui nous rappellent que les amateurs, ce sont bien nous! En numéro 1, évidemment le 2ème coup sur le 15 de Marc Leishman pour un eagle derrière. Mais on se rappellera aussi le hook sur 50m de Bubba Watson au 11, ou celui de Tiger Woods sur le trou 7 du dimanche. Ajoutez-y le trou en un de Hoffman sur le 16, le coup de driver depuis le fairway de Mickelson lors du Moving Day ou encore le 2ème coup de Spieth sur le 13 dans le sprint final. These guys are really good!

Gratte Sergio Garcia

Comme Danny Willett l’an dernier, Sergio Garcia rate son Masters en tant que tenant du titre. Mais la déception vient de la manière avec en point d’orgue ce scénario catastrophe sur le trou 15 lors du 1er tour qui est à la limite de l’entêtement. En mode « Tin Cup », l’espagnol répète 4 fois le même coup pour un total de 5 balles dans l’eau. Un triste record de 13 coups sur ce trou seulement et un total de 81 en fin de journée. Le lendemain, la carte n’est guère mieux avec 78 pour une sortie par la toute petite porte avec un total de +15.

Top Twitter

Ok, pas grand chose à voir avec cette édition du Masters en particulier mais ce réseau social est le numéro 1 incontesté pour suivre un évènement sportif. Les infos, les stats, les vidéos en temps réel, le fait de vivre le tournoi à plusieurs bien qu’étant seul chez soi est un vrai coup de coeur !


Alors d’accord ou pas? Et vous, que retenez-vous de cette édition ?

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.