La première sur l’Albatros vous ayant plu, on continue. Et comme j’adore Hubert Chesneau, je vous propose de découvrir un parcours en Bretagne Nord, celui de Saint-Malo (35).

Vous trouverez ci-dessous des explications sur la stratégie pour quelques trous mais, en cliquant dans les zones qui vont bien, vous avez la possibilité de lire la stratégie trou par trou pour les plus férus. 

Et comme cela m’a été demandé : je suis classé 7 et des poussières (qui m’amènent vers les 8). J’essaie plutôt d’être intelligent dans ma stratégie, pas trop agressif. Pas super long (au drive à 200-210m) et plutôt droit, je suis plus un bogey player qui fait de temps en temps approche putt pour sauver des pars.

Bonne lecture et bon jeu.

Ce parcours conçu par Hubert Chesneau est un de mes préférés avec Pléneuf et l’Albatros car il est très divers et permet de bien tester son jeu. Et tout comme ces 2 autres parcours, ce parcours reçoit aussi chaque année les professionnels, ceux de l’Alps Tour en l’occurence.

A gauche du pont, le green du 16. A droite, le green du 6.

Infos générales

  • Localisation : En Bretagne, en Ille et Vilaine (35), à 50km au Nord de Rennes et 20km au sud de Saint-Malo (clique sur la carte pour le lien vers la carte Google)

Les points clés :

  1. Le parcours demande d’être intelligent. Certains trous sont larges et on pourra s’y lâcher. D’autres sont plus serrés et demanderont d’être malin dans son choix de clubs.
  2. Entre les nombreux hors limites et l’eau, il y a de quoi se délester de quelques balles.
  3. Jouer “centre de green” sur les trous dangereux est pertinent.

Le parcours

A bien y regarder la carte de score, le parcours ne semble pas si complexe. Néanmoins un slope de 128 des Jaunes (et 140 des Blancs) illustre bien la difficulté réelle de ce parcours. Certains trous sont vraiment vicieux et ne demandent qu’à se laisser tenter par des hors limites ou par 3 putts sur des greens larges et rarement plats.

Pour info, les distances ci-après sont données depuis les départs Jaunes.

Petit passage par le club house, un petit café (on prend soin de ne pas glisser dans les escaliers) et on y va. Les 3 premiers trous sont assez simples en terme de stratégie : pas très longs, on ne rate pas à droite et on fait attention à sa précision sur le coup d’attaque du green.

Lire la stratégie détaillée des trous 1, 2 et 3
Au départ du 1, jouer plutôt la partie gauche du fairway. Plus long sera le 2e coup, plus la zone de tombée de drive rétrécira. Si le drapeau est à droite, il faudra vraiment être très précis. Si vous ne le jouez pas, attention à la pente importante (de droite à gauche) qui rendra probable alors le 3 putts.

–Pour le 2, alignez vous à gauche mais pas trop pour éviter les arbres de droite et pour vous ouvrir le green. Pas besoin de driver, mais le 2e coup devra être très précis (eau à gauche, bunker à droite). Tu as peur des problèmes, soit long, y’aura moins de souci.

–Moins de souci sur le 3, sauf sur le green. Ajoutez un club pour attaquer le green et essayez de tomber du côté du drapeau sinon le 3 putts ne sera pas très loin.

On enchaîne avec 3 trous que je considère difficiles surtout en partant des blancs mais pas si simples des jaunes pour autant. Sur le 4, soyez précis : un club de moins pour la descente mais attention au vent. Et une fois sur le green, attention, le 3 putts n’est jamais très loin.

Focus sur le 5

Depuis 3 ans maintenant, je m’inscris à une compétition qui a lieu en Août sur 4 tours comme les pros. En 12 parcours, sur ce trou, 6 bogeys, 4 doubles et 2 triples. Aie ;-(
Par 4 très long avec un drive à mettre sur la partie – en descente – droite du fairway mais pas trop. Le fairway amène vers la gauche et vers les problèmes. Mais en réussissant à rester sur cette partie gauche, on s’ouvre le green. Zone à pénalité présente à environ 100m du green qui est très profond, en forte montée et en pente droite/gauche.
Vous savez ce qu’il faut faire ? Je n’ai jamais réussi pour ma part 😉 Tenté par le Par ? Double assuré selon moi. Soyez humble.

Le trou 6, un petit par 3. Credit : Tristan Jones

On finit ce trio de trous difficiles par le 6 où là aussi, il est pertinent de prendre un club de moins. Le green est encore une fois complexe car en forte montée : restez court du drapeau pour vous simplifier la tâche.

On enchaîne ensuite avec le 7, par 5 assez facile (quand tu restes sur le fairway), mais un green bosselé ressemblant quelque peu au 9 de l’Albatros. On poursuit avec un par 4 de 278m facile (mais avec tout de même un hors limite à droite et à gauche et un green assez compliqué).

Lire la stratégie détaillée des trous 7 et 8
Hors limite à gauche, il faut essayer de poser le drive sur la partie droite du fairway. Pas trop sinon vous serez un peu coincé par un arbre judicieusement placé. Pour les plus longs, l’attaque du green en 2 sera possible. Sinon, choisissez un club qui vous donnera un coup plein pour le 3e coup. Il faudra être précis pour le coup d’attaque sous peine de glisser vers un rough ou un bunker. Bref, le par est là.

–J’ai souvent été agressif sans succès sur le petit par 4 qu’est le 8. En dehors des hors limites à gauche et à droite (c’est un préambule pour le 9), la difficulté est aussi et surtout sur le green qui est en forte montée. Sortir avec le par pourrait paraître décevant mais ce trou est le handicap 10.

Et maintenant, on attaque un enchaînement de trous importants et difficiles. En effet, c’est à partir du 9 que va se faire la décision sur votre carte. Serrer le jeu est un impératif et jouer les zones ‘safes’ vous fera gagner des points.

Focus sur le 9

Belote et rebelote. Hors limite à droite et à gauche mais avec une aire de départ incitant à jouer la partie gauche du fairway, l’idée est bonne. Il restera une bonne distance à faire pour votre 2e coup avec à gauche du green de l’eau et à droite, des buttes avec un bon rough.
Vous êtes du genre sage ? Un layup et le bogey sera presque facile sur le trou avec le handicap 4.

Au Masters, il y a le Ben Hogan Bridge. A Saint-Malo aussi sur le trou 10 qui est un par 4 en montée avec un green pas simple car en forte montée. On poursuit sur le 11, un petit par 3 ou jouer à gauche du green (mais pas trop) permettra de ramener la balle. Et on continue sur le 12, par 4, avec encore un hors limite intégral et un green bien défendu.

Lire la stratégie détaillée des trous 10, 11 et 12
Au départ des jaunes du 10, il y a environ xxxm pour passer le ruisseau. En vous mettant sur la partie droite du fairway, vous aurez ainsi une meilleure vue du green. Compte tenu de la montée, ajouter un club est pertinent. Et pour se faciliter le putting sur un green en forte montée (encore), jouer dans la zone du drapeau sera encore malin. Encore une fois, le bogey sera un bon score ici.

–Pour le 11, prenez un club de moins pour la descente. Le bunker est vraiment pénalisant, donc jouer un peu plus long. Sauf si le drapeau était entrée de green et bon courage pour le putt. S’aligner un peu sur la gauche permettra d’utiliser les buttes qui ramènent en général les balles.

–Trou 12, lui, non plus, ce n’est pas mon trou préféré. Si tu es un sliceur, tu as déjà du souffrir. Ce trou ne va pas te rassurer 😉 Faut jouer plutôt un peu à gauche mais pas trop pour éviter les 2 hors limites. Il restera encore de la distance pour atteindre ce green en longueur encore bien défendu. Pas serein sur le coup ? Jouer court du green, avec une petite approche roulée, 2 putts et encore un bon bogey. Dis comme cela, c’est facile le golf 😉

Tu aimes le draw? Tu vas adorer le 13. Aligner milieu de fairway, il te restera alors un 2e petit coup à taper où la précision sera de rigueur, sans quoi la punition t’attendra ! On continue avec un par 3 “horrible” des blancs et encore plus quand tu ne mets pas ta balle sur le plateau où est le drapeau (je ne décris rien, la surprise sera encore plus grande). Le 15 est un par 5 assez simple, plutôt court, où l’attaque pourra être punie si tu n’es pas précis. Ici le par est un score normal.

Lire la stratégie détaillée des trous 13, 14 et 15
L’aire de départ du 13 te rend un peu claustrophobe ? Tel est l’objectif ! Si par défaut, tu as une tendance à slicer, colles toi sur la partie droite du départ et aligne-toi sur les pierres de gauche. Il ne faut pas trop aller à droite au risque de s’ennuyer avec nos amis les arbres. Rater le fairway trop à gauche sera très compliqué pour l’attaque du green. Attention, l’avant green est souvent dur. Si tu as peur d’attaquer le drapeau, jouer court à gauche et laisser rouler la balle vous donnera un résultat très satisfaisant.

–Pour le 14, analyse bien la position du drapeau pour se mettre dans l’axe. Si tu es court dans l’axe, y’a aucun problème car, pour moi, le par est un très très bon score sur ce trou, donc le bogey n’est pas si mal.

–Le 15 est un par 5 assez court. Le fairway étant orienté de droite à gauche, jouer la partie droite du fairway est malin. L’axe est dur à donner mais l’arbre qu’on voit à droite et l’endroit à droite qu’il ne faut pas dépasser. Ensuite pour le 2e coup, soit le layup pour se donner un 3e coup plein. Mais si tu attaques, attention à ne pas dépasser le green ou rater à gauche, car cela risque de faire mal à la carte. Green assez plat avec la petite butte (comme sur le 6 de l’Albatros) qui vient perturber la prise de distance.

Vous êtes requinqués ? Ca tombe bien car un trio infernal arrive.

Focus sur le 16
Vu d’ici, le trou n’a pas l’air si difficile.Tu te trompes 😉 Credit : Tristan Jones

Tu te souviens du 6 où tu voles au dessus de l’eau et bien, sur ce trou, on le fait dans l’autre sens. De l’eau à passer, des pentes énormes qui ramène vers un massif fleuri où le drop sera obligatoire. Qu’il est dur ce trou ! Ah oui, je suis bête. J’ai oublié de te parler du drive qui doit juste être très bon si tu veux espérer attaquer le green en 2 (il te restera probablement 130m minimum et compte tenu de la montée, ajoute un club). Le green est horrible, en forte montée. Le bogey est un superbe score une nouvelle fois.

Pour le 17, trou assez court en forte descente puis forte montée. Il faut vraiment s’aligner sur la partie gauche du fairway pour s’ouvrir le green qui est bien défendu par un bunker à l’entrée droite et sur la partie gauche du green. Pour le 2e coup, ajouter un club compte tenu de la montée. Et green à nouveau en forte montée.

Le green du 18 et son club-house. Credit: Tristan Jones
Focus sur le 18

Ca y est, on termine le parcours avec un superbe par 5. Pas simple du tout des blancs alors que depuis les jaunes, il est beaucoup plus court. La principale difficulté consiste à passer l’eau au départ en évitant la partie droite du trou qui fermera pas mal de possibilité. 2e coup difficile car en aveugle en partie, il ne faudra pas être plus à gauche que l’arbre situé sur la gauche du fairway. Il reste donc le 3e coup. Les aquaphobes pourront jouer la droite du trou (en faisant attention de ne pas atteindre le hors limite). Pour les plus téméraires, à l’attaque ! Attention, car la profondeur du plateau bas (qui est à gauche) est vraiment petite. Et si vous jouez la sécurité sur le plateau droit avec un drapeau à gauche, putt sympa en approche (j’ai mis putt au singulier, car je connais ton talent 😉 ). Tu fais plouf ? Il te reste à espérer que personne n’était au bar, sinon, pas grave, prépare-toi au chambrage.

J’ai aimé

  • Un parcours vraiment original avec des coups sympas à faire : la créativité est mise en valeur.
  • Un tarif raisonnable comparé au golf de Dinard (et je ne te parle même pas de l’ambiance).
  • L’ouverture d’un Training Center par Christian Cevaer permettant de profiter d’enseignants très professionnels (Quand Christian n’est pas là, Erwan l’autre pro est très bon !). Et des tarifs super sympas quand tu combines Hotel et training.
  • La possibilité de jouer un tournoi sur 4 tours. En 2019, ca sera du 22 au 25 Août. Inscription via le site web du Golf probablement dès mars. L’occasion d’y faire un fantasy en réel, non ?

Je n’ai pas aimé

  • Les conditions météos qui rendent parfois le jeu encore plus dur (satané vent et pluie parfois 😉 ) !

The very worst of Gugu

Voici la compétition sur 4 tours que j’ai fais en 2017. Vous vous plaignez de ne pas être régulier, que dire de cette carte alors ?

 

Les qualités requises pour bien y jouer

  • Certes seulement 5580m des jaunes mais pour agresser le parcours, il faudra faire preuve de maîtrise dans son jeu. Les sliceurs droitiers risquent de passer une journée à travailler les recentrages.
  • Le putting : peu de greens plats, en général bien défendus. Pour scorer et faire quelques birdies, il faudra attaquer les drapeaux car les putts ne seront pas évidents.
  • Savoir apprécier les différences de niveau, sur ou sous clubber est un vrai métier. Vous allez pouvoir le vérifier.

Tarifs

  • de 55€ à 85€ selon les saisons (mais pas mal de réduction possible. Plus d’infos ici).

A faire / visiter autour

  • Découvrir Saint-Malo et Intra-Muros. Une galette (c’est un plat) et une crêpe (c’est un dessert), une petite bolée de cidre, et on est bien.
  • Le Mont St Michel est tout proche aussi (même si ce n’est pas en Bretagne… à moins que si 😉 ).
  • Un petit passage à Cancale pour déguster quelques huîtres.
  • A portée de drive, le golf de Pléneuf – bientôt présenté dans le “Parcours à Gugu” – vous attend. N’y allez pas, foncez-y !

Merci par avance de vos commentaires.

Souscription Gratuite
Pour rester informé gratuitement de l’actualité du golf, pour découvrir le golf autrement ou encore pour rejoindre une communauté de passionnés, abonnez-vous ! 😉

En cliquant sur le bouton "Je m'abonne", vous acceptez de recevoir nos newsletters (4 par mois maximum) avec les articles récemment publiés.

 

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.