Superbe deuxième de l’Oman Open, Clément Sordet a franchi une étape importante dans sa carrière. Un putt de 1,50m manqué au 72e trou l’a même empêché de faire mieux…

Il est né près de Lyon, il vit à Nice, il a grandi en tant que golfeur au Texas. Mais Clément Sordet se sent comme chez lui dans le sultanat d’Oman. Sur le formidable et scénique parcours d’Almouj Golf à Muscat, dessiné par Greg Norman sur les flancs de l’Océan Indien, le Français avait conquis la plus belle victoire de sa jeune carrière en remportant la grande finale du Challenge Tour il y a deux ans.

Après une première saison sur le grand Tour européen un peu compliquée en 2018, il a su sauver les meubles en conservant ses droits de jeu grâce aux cartes. Et la saison 2019 se présente déjà beaucoup mieux. En terminant deuxième derrière à Oman l’Américain Kurt Kitayama (qui avait déjà coiffé au poteau Matthieu Pavon à l’Open de l’île Maurice en tout début saison), Clément Sordet a confirmé que sa place était bien parmi les grands sur le Vieux continent. D’autant qu’il avait déjà signé une huitième place en Australie au début du mois, au Handa Vic Open.

On peut voir la bouteille à moitié pleine : au départ du 72e et dernier trou, Clément Sordet était en bonne position pour devenir le 15e joueur français de l’histoire à triompher sur le Tour européen. Las, malgré un bon bois 3 sur le délicat trou n°18, il a concédé un bogey fatal en concédant un trois putts à 10 mètres du trous. Pendant ce temps, Kitayama enchaînait birdie au 16 et birdie au 17 pour se présenter avec un coup d’avance avant le dernier acte. Un par solide offrait à l’Américain de 26 ans son deuxième succès de la saison.

Jeune homme très cool en dehors des parcours, adepte du yoga, Clément Sordet a une tête et un swing bien faits.

Il confirme les propos récents de Jeff Lucquin sur ce blog : le mental des joueurs français, parfois décrié, se porte plutôt bien en 2019. Les résultats sont encourageants : à Oman, Victor Dubuisson a confirmé que son retour au sommet n’était pas utopique avec une 12e place encourageante. Benjamin Hébert termine également dans le “Top 20”.

On souhaite par ailleurs un bon rétablissement à Alex Lévy qui a dû abandonner en raisons de problèmes dorsaux. Il reviendra vite et la bonne nouvelle, c’est qu’il sera moins seul à tutoyer le haut des leaderboards que lors des deux dernières saisons…

Souscription Gratuite
Pour rester informé gratuitement de l’actualité du golf, pour découvrir le golf autrement ou encore pour rejoindre une communauté de passionnés, abonnez-vous 😉

Répondre

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.