dimanche 31 mai 2020

Ces histoires folles que l’on pourrait vivre lors de l’US Open 2019

Pebble Beach, parcours scénique pour un Majeur magique

Pour sa 119e édition, l’US Open revient pour la 7e fois à Pebble Beach (Californie, USA) dans le cadre d’un tournoi du Grand Chelem. Le plus emblématique des parcours californiens a déjà accueilli 5 US Open (1972, 1982, 1992, 2000 et 2010) ainsi que le PGA Championship en 1977. Pebble Beach Golf Links y a offert souvent des scénarios incroyables tels la démonstration de Tiger en 2000 ou encore la victoire de Graeme McDowell 10 ans plus tard. Que pourrait donc nous réserver cet US Open 2019 qui démarre ce jeudi (13 juin) ?

Koepka, encore et toujours

Brooks Koepka, vainqueur de l’US Open en 2017 et 2018, tentera une passe de 3 que personne n’a réalisé depuis plus d’un siècle (L’Écossais Willie Anderson avait gagné les éditions 1903, 1904 et 1905). Si le n°1 mondial a remporté 4 des 8 derniers Majeurs qu’il a joués (absent du Masters 2018), en 2019, il a terminé 7 fois en dehors du Top20 sur 9 participations à une épreuve régulière du circuit PGA. L’Américain n’est définitivement pas le même joueur mentalement dès qu’il est au départ d’un tournoi du Grand Chelem.

Toutefois Pebble Beach ne convient pas aussi bien à son jeu que Bethpage Black le mois dernier (PGA Championship), ou encore Erin Hills (US Open 2017), car le petit jeu sera une des clés pour la victoire finale. Cette saison, Koepka est au-delà du Top100 sur le PGA Tour concernant le “SG around the green” et le “SG putting” mais, malgré ses statistiques, difficile de l’écarter des prétendants. En cas de victoire, il deviendrait le 1er joueur à gagner 3 US Open avant ses 30 ans depuis Bobby Jones (27 ans lors de son 3e sacre en 1929) et le 3e joueur de l’histoire à gagner 5 Majeurs en 9 joués avec Tiger Woods et Ben Hogan. Ça vous place assurément dans une autre dimension !

Ou plutôt son pote…

Amis dans la vie, tout au moins celle des salles de musculation, DJ est aussi l’anti-Koepka dès qu’on parle de palmarès. Dustin a gagné 20 fois sur le PGA Tour depuis 2008 mais ne compte pourtant qu’un seul Majeur, l’US Open 2016.

Happy Birthday Phil!

Nombreux clament que c’est sa dernière chance de remporter – enfin – l’US Open après lequel il court depuis plus de 27 ans et son passage chez les professionnels. C’est le seul Majeur qui manque au palmarès de Mickelson. En 25 participations, le gaucher américain n’a manqué que 3 cuts (1992, 2007 et 2016) et enregistré 10 Top10 dont ses fameuses 6 places de second, seul ou ex-aequo, constituant un record.

Sur un parcours qu’il affectionne particulièrement avec ses 5 victoires à l’ATT Pebble Beach Pro-Am (Tournoi du PGA Tour) dont lors de l’édition 2019 et sa 4e place lors de l’US Open 2010 sur ce même parcours (2010), Phil Mickelson pourrait enfin soulever ce trophée dimanche, le jour même de ses 49 ans ! Cela ferait de lui le vainqueur le plus âgé de l’histoire des 4 Majeurs, un record détenu à ce jour par Julius Boros (PGA Championship 1968 à 48 ans, 4 mois et 18 jours).

Woods: to seize his chance!

Tiger n’a pas gagné 2 Majeurs la même année depuis 2006 (The Open et PGA Championship) et il n’a pas gagné le Masters et l’US Open la même saison depuis 2005, ses 9e et 10e levées du Grand Chelem. Il y a 18 mois, peu le voyait revenir et encore moins l’imaginait gagner à nouveau. Mais Woods est une légende et il a gagné le Masters, son 15e majeur, pour se rapprocher à 3 unités de Jack Nicklaus. Il n’a joué qu’un tournoi depuis son cut manqué au PGA Championship et a signé une intéressante 9e place au Memorial Tournament début juin, avec notamment 7 birdies sur les 12 premiers trous du dernier tour.

Et puis le Tigre à Pebble Beach, c’est sa victoire à l’US Open 2000 qui résonne toujours comme la plus grande démonstration de golf jamais réalisée (vainqueur avec 15 coups d’avance). Alors certes Woods n’est plus le joueur dominant de cette période, certes il n’a pas fini dans le Top20 de l’US Open depuis 2010 et a manqué le cut lors de ses 2 seules participations depuis 2014 mais plus rien n’apparait comme impossible pour ce joueur car il est juste hors normes. S’il venait a l’emporter, il rejoindrait Willie Anderson, Bobby Jones, Ben Hogan et Jack Nicklaus dans le cercle très fermé des vainqueurs de 4 US Open.

Et revoilà Jordan

Jordan Spieth a remporté l’US Open 2015 au nez et à la barbe de Dustin Johnson (ce dernier a fait 3 putts sur le dernier trou pour finir à 1 coup de Spieth). Malgré ses mésaventures printanières à Augusta lors des Masters 2016 et 2017, il remporte son 3e Majeur avec, The Open 2017, alors qu’il n’a encore que 23 ans.

Depuis ? Plus un seul trophée individuel. En 2019, sur ses 11 premiers tournois de la saison, son meilleur résultat est 21e ex-aequo lors du Masters. Mais ça c’était avant, avant le déclic lors du dernier PGA Championship et une place sur le podium (T3). Le Texan de 25 ans a alors enchaîné 2 Top10 lors de ses participations suivantes pour arriver à Pebble Beach avec le plein de confiance. Spieth a également remporté l’ATT Pebble Beach Pro Am en 2017 avec un total de -19.

McIlroy de -16 à +23

D’un côté, Rory a remporté le 1er de ses 4 majeurs en 2011, à l’US Open. Lors de cette édition, il a terminé avec un score, record de l’US Open, de 16 sous le Par et la plus large avance (8 coups) depuis les 15 coups de Tiger Woods sur ses poursuivants en 2000. De l’autre côté, lors des 3 dernières éditions (2016-2018), le Nord-Irlandais a manqué le cut avec un total combiné de 23 au-dessus du Par sur 6 tours joués donc.

En 2010, McIlroy avait aussi manqué le cut lors de la précédente édition du Majeur à Pebble Beach après 2 cartes de 75 et 77 (+10) mais il arrive cette année fraîchement orné d’une victoire impressionnante au RBC Canadian Open le week-end dernier (22 putts le dimanche) qui s’ajoute à celle du Players en Mars. Suffisant pour soulever son 1er Majeur depuis 2014 ?

Le clan des premiers

Pendant que les 7 premiers du classement mondial actuel collectionnent 27 Majeurs, les 8 joueurs suivants n’en totalisent aucun ! Cantlay, DeChambeau, Schauffele, Fowler, Kuchar, Rahm, Finau, Casey classés respectivement de la 8e à la 15e place mondiale ont tous la chance de décrocher un 1er titre en Grand Chelem pour leur forme du moment, ou pour leur consistance lors des grands rendez-vous.

Et pour celles et ceux qui souhaitent s’appuyer sur des chiffres pour conforter leur choix, si l’on prend en compte les 10 dernières éditions, l’âge moyen du vainqueur est de 27 ans et demi avec un classement mondial moyen de 20,2. En amont de cet US Open 2019, Tommy Fleetwood, n°20 mondial, a fêté ses 28 ans cette année.

 

Newsletter gratuite

Lisez nos articles quand vous le souhaitez (4 emails par mois maximum)

Merci de cocher la case pour valider votre abonnement à la newsletter LPBB
Avatar
Lionel
Installé à Stockholm depuis 2015, Lionel est spécialiste en Marketing digital. Il a le style vestimentaire de Henrik mais plutôt le swing de Marcel. Il s'éclate toutefois depuis 2012 avec La Petite Balle Blanche, car il n'y a vraiment que sur son blog qu'il arrive à jouer en régulation ! Spécialités : golf féminin, archives et records du golf, rédac´chef

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Arnaud Maurin, clubmaker et fitteur, rejoint LPBB

Arnaud est clubmaker et fitteur et rejoint LPBB pour partager ses connaissances et son savoir-faire avec tous les amateurs de matériel. Interview.

Essai d’analyse organisationnelle d’un sac de golf

Trop de nos clubs subissent les foudres de nos contrariétés. Or, il en va de notre office que de leur témoigner nos égards, pour forger autour de ce grip trop lustré une harmonie angélique. Dans sa diversité, au travers de ses us et coutumes, rencontrons-les, rencontrons-nous.

iGolf.one : votre analyse de swing à la demande !

Un article en 2 temps où Charles Auberger a d'abord interrogé Pierre Girard, fondateur de iGolf.one, pour présenter l'application, son fonctionnement et ses objectifs avant ensuite de tester l'application.

Ryder Cup 2020 : pourquoi même confinée, elle doit se jouer !

Parmi les rendez-vous de cette année, dans un calendrier totalement bouleversé, la Ryder Cup à Whistling Straits pourrait tout de même avoir lieu... sans supporters. Une décision qui aurait finalement des atouts intéressants.

Café LPBB #5 : spécial rencontres avec des directeurs de golf

Dans cet épisode n°5, après plus de 6 semaines de confinement et avec une sortie du tunnel qui semble se rapprocher, nous avons convié 4 directeurs de golf pour nous raconter comment ils gèrent cette crise et ce qu'ils imaginent du retour des golfeurs sur leur parcours.