vendredi 25 juin 2021

PGA Championship, le majeur vous salue bien

Régulièrement chahuté par les fans de golf, le PGA Championship souffre d’une image de cinquième roue du carrosse alors qu’il en est une roue à part entière du Grand Chelem depuis 1916 (plus ancien que le Masters donc). Pourtant chaque année, le PGA Championship propose le champ le plus fort des quatre majeurs.

Ce majeur en mal d’identité s’apparente souvent comme une version plus fade de l’US Open, dénué de toutes traditions comme celles qui symbolisent le Masters et loin des saveurs de l’Histoire du golf qui planent sur The Open. Au point que le slogan de la PGA (et non pas le PGA Tour) qui organise le tournoi a même été un temps “This is Major” !

Un jour ou l’autre, nous y sommes tous allés de nos propositions pour (re)dorer le blason du PGA Championship : revenir à sa formule en match play d’avant 1958 ou le faire voyager sur tous les continents. Certains ont même proposé de faire un cut après chaque tour, et ici même, on avait évoqué de frapper plus fort en le remplaçant carrément par The Players. Ce PGA Championship qui ne demande finalement rien à personne alors qu’il fête sa 103e édition en 2021.

En fait, la meilleure chose qui soit sans doute arrivée à ce majeur, c’est de ne plus être le dernier des quatre dans le calendrier. Coincé entre The Open et les playoffs de la FedEx Cup depuis 2007, joué en plein mois d’août pendant 50 ans, le PGA Championship devait faire face au manque d’intérêt en comparaison des évènements l’encadrant et au manque de visibilité de cette période estivale.

Désormais second majeur de l’année calendaire, le tournoi est placé au sein d’une dynamique mensuelle des grands rendez-vous mondiaux qui débute en Mars avec le Players et se termine, pour 2021, en septembre avec la Ryder Cup.

Enfin, pour l’instant il n’en a effectivement profité qu’en 2019 puisque, l’an dernier, la crise sanitaire l’a contraint à être joué en août une nouvelle fois. Mais l’événement est arrivé à point nommé pour tous les fans de la petite balle blanche en manque de golf depuis de longs mois. Une édition qui a couronné le jeune Collin Morikawa au terme d’un suspense intense qui a vu une dizaine de joueurs différents s’emparer du fauteuil de leader dans le dernier tour.

Et le PGA Championship est plutôt coutumier du fait de ne délivrer son verdict que dans les derniers instants du tournoi. Il fait d’ailleurs mieux que ses homologues. Sur les 30 dernières éditions, 22 d’entre elles se sont terminées avec un maximum de 2 coups d’écart entre le vainqueur et les premiers poursuivants. Il y en a eu 19 pour le Masters, 21 pour l’US Open et 18 pour The Open.

C’est aussi le Majeur qui a le plus faible écart entre le 1er et le(s) second(s) avec 8 coups, un record détenu par Rory McIlroy en 2012 alors que c’est au minimum 12 coups sur les 3 autres majeurs. Même Tiger Woods n’a pu faire mieux que 5 coups d’avance au mieux (2006) !

Certainement parce que le PGA Championship propose le plateau du Grand Chelem le plus relevé de la saison : 156 joueurs au départ et (généralement) tous professionnels. Le Top100 mondial est automatiquement qualifié chaque année. Certes il y a eu quelques vainqueurs inattendus tels Jimmy Walker ou Jason Dufner pour les éditions les plus récentes, mais rien de plus étonnant, au moment de leur succès, que Willett ou Schwartzel au Masters, Woodland ou Simpson à l’US Open, Lowry ou Clarke à The Open.

En fait les deux premiers américains nommés sont les seuls vainqueurs des 10 dernières éditions qui n’étaient pas déjà dans le Top15 mondial juste avant de soulever l’imposant trophée Wanamaker. Une coupe qui manquera d’ailleurs pour toujours au palmarès d’Arnold Palmer et de Tom Watson, les empêchant de réaliser leur grand chelem de carrière.

Cette édition 2021 se déroule sur le splendide tracé dessiné par Mister et Miss Dye à Kiawah Island. Un par72 qui affiche 7202m au compteur, soit le plus long de l’histoire des Majeurs, histoire de mettre une claque à l’absence d’identité sans doute. 😉

Lionel
Installé à Stockholm depuis 2015, Lionel est spécialiste en Marketing digital. Il a le style vestimentaire de Henrik mais plutôt le swing de Marcel. Il s'éclate toutefois depuis 2012 avec La Petite Balle Blanche, car il n'y a vraiment que sur son blog qu'il arrive à jouer en régulation ! Spécialités : golf féminin, archives et records du golf, rédac´chef

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Derniers Articles

Enfin des statistiques sur le LPGA !

Le nouveau programme KPMG Performance Insights va enfin permettre d'offrir des statistiques pertinentes sur le LPGA.

Pastille Bonus #33 : Segment 4 – Travelers Championship 2021

Les favoris et les infos utiles sur le Travelers Championship, 2e tournoi du dernier segment.

Ligue Unibet LPBB 2021 : résultats US Open

Les résultats de la Ligue Unibet LPBB à l'issue du 3e Majeur de 2021 avec l'US Open

De Korda à Shepherd en passant par les JO

Comme d'habitude, au programme de «5e TOUR», les résultats et actualités des derniers jours